Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Poker d'as 
    Hubert Cornfield - 1973
    Achetez "Poker d'as" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Rachel Cathoud dans Poker d'as
     
     
    Rachel Cathoud 


     Hélène Duc dans Poker d'as
     
     
    Hélène Duc 


     Maurice Teynac dans Poker d'as
     
     
    Maurice Teynac 


     Bruno Balp dans Poker d'as
     
     
    Bruno Balp 


     Robert Party dans Poker d'as
     
     
    Robert Party 


     Christine Laurent dans Poker d'as
     
     
    Christine Laurent 


     Henri Piègay dans Poker d'as
     
     
    Henri Piègay 


     Bernard Waver dans Poker d'as
     
     
    Bernard Waver 


     Gérard Buhr dans Poker d'as
     
     
    Gérard Buhr 


     Jean-Louis Allibert dans Poker d'as
     
     
    Jean-Louis Allibert 


     Jacques Debary dans Poker d'as
     
     
    Jacques Debary 


     Louis Arbessier dans Poker d'as
     
     
    Louis Arbessier 


     Marc Dudicourt dans Poker d'as
     
     
    Marc Dudicourt 


     Philippe Castelli dans Poker d'as
     
     
    Philippe Castelli 


     Jacques Couturier dans Poker d'as
     
     
    Jacques Couturier 


     Raoul Guillet dans Poker d'as
     
     
    Raoul Guillet 


     Jean Rupert dans Poker d'as
     
     
    Jean Rupert 


     Jean-Marie Robain dans Poker d'as
     
     
    Jean-Marie Robain 


     Paulette Dubost dans Poker d'as
     
     
    Paulette Dubost 


     Antoine Mosin dans Poker d'as
     
     
    Antoine Mosin 


     Jack Berard dans Poker d'as
     
     
    Jack Berard 


     Pierre Pernet dans Poker d'as
     
     
    Pierre Pernet 


     Liliane Gaudet dans Poker d'as
     
     
    Liliane Gaudet 


     Yvon Sarray dans Poker d'as
     
     
    Yvon Sarray 


     Claude Legros dans Poker d'as
     
     
    Claude Legros 


     Sylvain Levignac dans Poker d'as
     
     
    Sylvain Levignac 


     Pierre Duncan dans Poker d'as
     
     
    Pierre Duncan 


     Maurice Auzel dans Poker d'as
     
     
    Maurice Auzel 


     Marc Arian dans Poker d'as
     
     
    Marc Arian 


     Gaston Meunier dans Poker d'as
     
     
    Gaston Meunier 


     Raymond Pierson dans Poker d'as
     
     
    Raymond Pierson 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Poker d'as Poker d'as

    Arthur Bernede Arthur Bernede

    Rachel Cathoud Rachel Cathoud

    agent Duregard agent Duregard

    Antoine Saint John fait feu Antoine Saint John fait feu

    Antoine Saint John Antoine Saint John

    Balp et Saint John Balp et Saint John

    Castelli et Party Castelli et Party

    Christine Laurent la nuit Christine Laurent la nuit

    des academiciens des academiciens

    des policiers avec Debary des policiers avec Debary

    deux invitees a la reception deux invitees a la reception

    foule a la reception foule a la reception

    foule reception foule reception

    Inconnu Helene Duc et Gaston Meunier Inconnu Helene Duc et Gaston Meunier

    invite reception invite reception

    jolies femmes foule jolies femmes foule

    jury Hubert Lassiat avec  lunettes jury Hubert Lassiat avec lunettes

    le coiffeur le coiffeur

    le litterateur le litterateur

    le retraite militaire le retraite militaire

    Marc Dudicourt et Philippe  Castelli Marc Dudicourt et Philippe Castelli

    mariage mariage

    Party et Laurent dans les  catacombes Party et Laurent dans les catacombes

    un jure 2 un jure 2

    un jure 3 un jure 3

    un jure 4 un jure 4

    une invitee a la reception une invitee a la reception

    Antoine Rogani Antoine Rogani

    Antoine Saint John Antoine Saint John

    Christian Denis Christian Denis

    Claude Emile Rosen Claude Emile Rosen

    Gilbert Roimarmier Gilbert Roimarmier

    Herbert Fiala Herbert Fiala

    Hubert Lassiat Hubert Lassiat

    Jean Paul Petit a droite Jean Paul Petit a droite

    Lionel Baylac Lionel Baylac

    Norbert Dorsay Norbert Dorsay

    Pierre Barreau haut de forme Pierre Barreau haut de forme

    Raoul Henry Raoul Henry

    Robert Andre et Jean Ghis Robert Andre et Jean Ghis


    Document sans nom
    Robert Party le comte Robert de Rhuys & Jean de Rhuys, dit Poker d'as (les 26 épisodes) Rachel Cathoud Huguette de Rhuys (1, 2, 3, 5, 10, 12, 15, 16, 18, 21, 22, 23, 24, 25, 26) Hélène Duc la comtesse de Rhuys (1, 2, 3, 4, 5, 6, 9, 10, 15, 16, 18, 21, 22, 23, 24, 25, 26) Christine Laurent  Simone Servat (2, 3, 4, 5, 8, 9, 10, 12, 13, 15, 17, 20, 21, 22, 24,25, 26) Henri Piégay Hervé de Kergroix (2, 5, 8, 10, 15, 18, 21, 23, 24, 25, 26) Maurice Teynac Théodule, le maître d'hôtel des De Rhuys (les 26 épisodes) Bernard Waver  le docteur Georges Brière (9, 10, 12, 13, 15, 17, 20, 21, 24, 25, 26) Bruno Balp  Aristide Aryadès (1, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12) Antoine Saint-John  Benvenuto Soréno (1, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 12) Gérard Buhr Pierre Boureuil (5, 8, 10, 11, 14, 16, 17, 18, 21) Jean Louis Allibert Anselme Trincard (5, 8, 11, 14, 16, 17, 18, 19, 20, 21) Jacques Debary l’inspecteur de la Sûreté Vallon (11, 12, 13, 15, 24) Louis Arbessier le Président de la Cour d’assises (24, 25) Marc Dudicourt le juge d'instruction (5, 16, 21, 22, 23) Philippe Castelli le greffier (5, 16, 21, 22, 23) Jacques Couturier le révérend père Pierre d’Everond (14, 15, 17) Christian Denis Julien, le valet (5, 15, 23, 24) Raoul Guillet l'avocat de Robert de Rhuys (24, 25, 26) Jean Rupert le brigadier de Levallois (20, 24) Lionel Baylac l’avocat général (25) Jean Marie Robain le notaire (8, 12) crédité Jean-Marie Robin Paulette Dubost Mme Norbert, la propriétaire de la pension (5) Antoine Mosin l’agent de police de Levallois (19, 20, 24) Jack Berard le frère portier (14, 17) Raoul Henry l’académicien lisant le discours de réception à l’Académie française (1, 2) Pierre Pernet le barman du Bar du Diable (7) Antoine Rogani l’avocat d’Hervé de Kergroix (16) Liliane Gaudet l'infirmière de la clinique (13, 20, 24) Yvon Sarray le commissaire Vaurguin (10) Claude Legros l’agent Galussard (10) Claude-Emile Rosen le guide des catacombes (13) Sylvain Levignac le concierge de l'usine (19) crédité Sylvain Robert André un monsieur distingué à l’auberge, observant Poker d’As (1) Jean Ghis un monsieur distingué à l’auberge, observant Poker d’As (1) Pierre Duncan le garçon de café qui recommande la pension Norbert (4) Pierre Barreau le commissaire de police de la rafle au Bar du Diable (7) Maurice Auzel le cocher (8) Gilbert Roimarmier l’agent du commissariat de Boulogne-Billancourt (14) Marc Arian le médecin légiste (24) Norbert Dorsay le juré qui pose une question (24, 25, 26) Annie Gaillard la baronne Strenheim (1) Sandra Miller la poétesse (1) Jean Paul Petit le policier (21, 23) Jean-Claude Batie un voleur (4) Roger Merle un voleur (4) Hubert Lassiat un juré (24, 25, 26) Gaston Meunier un militaire décoré à la réception de l’Académie française (1, 2) Georges Léon un invité à la réception de l’Académie française (1, 2) Raymond Pierson un invité à la réception de l’Académie française (1) Roland Malet le chauffeur de la Comtesse de Rhuys (9, 18)    Note: Entre parenthèses, les épisodes    
    Document sans nom
    Poker d'As

    Réalisation: Hubert Cornfield (1973)

    Adaptation : Hubert Cornfield
    D’après le roman feuilleton d’Arthur Bernède [le générique indique fautivement Alfred Bernède]
    Directeur de la photographie : Henri Decomps (N&B)
    Cadreur : François Charles
    Musique : François de Roubaix
    Direction du montage : Pierre Houdain
    Montage : Bernard Bourgouin
    Ingénieur du son : Jacques Bougrier
    Assistant son : Denis Carquin
    Décoration : Michel Decaix & Daniel Sarmir
    Accessoires : Gérard Seybald
    Photographe spécialisé : Janos Klagyvik, assisté de Fabrice Rouland
    Costumes : Jean-Yves Tavernier & Annick François
    Assistante costumière : Sylvie de Segonzac
    Maquillage : Gina Tzertzvadze
    Coiffures : Chantal Durpoix
    Chef électricien : Emile Loubet
    Assistants réalisateurs : Louis A. Pascal & André Staut
    Script : Claudine Kerzanet
    Régie production : Mireille Tanguy
    Directeur de production et producteur délégué : Roger Deplanche
    Production : O.R.T.F. & Telfrance
    Avec l’aimable collaboration de l’Automobile-Club de l’Ouest et de Monsieur Bernard De Lassée, Directeur des Musées Automobiles du Mans et de CHatellerault.
    Durée : 26 x 13 mn
    Diffusé à partir du 31/10/1973, du lundi au vendredi à 20h20, sur la 1ère Chaîne de l’O.R.T.F.

    Titres des épisodes
    1- La réception / 2- Le coeur de Simone / 3- La confrontation / 4- Le sacrifice / 5- Les complications / 6- Le chantage / 7- le bar du Diable / 8- Le pseudonyme / 9- Les coups de feu / 10- Un bonheur en péril / 11- Rebondissements / 12- Sur la piste / 13- Les catacombes / 14- La machination / 15- L'erreur judiciaire / 16- L'accusation / 17- L'appel au devoir / 18- Le nouvel emploi / 19- L'effraction / 20- L'arrestation / 21- Le bâillon de l'honneur / 22- Au pied du mur / 23- La reconstitution / 24- La cour d’assises / 25- Le verdict / 26- La conclusion.

    Notes :
    Le cinéaste Hubert Cornfield (1929 – 2006) est reconnu par la critique comme un petit maître du polar américain. Sa carrière n’a pas dépassé les dix longs-métrages. Jean Tulard voit en lui un « talent mineur mais certain », dont le peu de films bénéficie d’une « violence contrôlée » et de « scénarios subtils ». Coursodon et Tavernier sont plus sévères et pointent un « excès d’ambition », en particulier pour son dernier film américain, La Nuit du lendemain, tourné en France. Tous s’accordent pour reconnaître la qualité des interprétations : Edmond O’Brien dans Allô l’assassin vous parle, Richard Boone dans La Nuit du lendemain. Sans aucun doute, et malgré le faible budget et les conditions de tournage limitées de l’ORTF, la vision de Poker d’as, feuilleton français, permet une réévaluation appréciable du cinéaste. Il s’empare d’un monument du roman-feuilleton, écrit par l’auteur de Belphégor, Arthur Bernède, et mène avec brio et ironie une intrigue incroyable par ces coups du sort, coups de théâtre, retenant les leçons des cliffhangers du serial. Il semble beaucoup s’amuser avec les comédiens, tous excellents, se délectant parfois dans l’emphase du genre. Cornfield souligne en fait l’irrésistible absurdité d’une intrigue qui condamne le comte de Rhuys, un homme de bien, prix Nobel à peine promu à l’Académie française, à se faire passer pour mort, à abandonner la gloire et la fortune, à fuir et à multiplier les fausses identités. Tout cela pour sauvegarder l’honneur de son nom et le bonheur de sa fille. Il faut dire qu’il vient de tuer accidentellement son frère quasi-jumeau, le fameux Poker d’As, une fripouille peu recommandable, échappé du bagne et revenant faire chanter sa mère, Hélène Duc, remarquable de gravité. Poker d’As tué sera donc considéré comme le comte lui-même, victime d’un cambrioleur. A partir de là, l’intrigue s’emballe jusqu’au dénouement grandiose. Dans sa fuite, le comte de Rhuys croise sur un pont une jeune fille suicidaire qui n’est autre que la propre fille naturelle de Poker d’As. Elle croit donc retrouver son vrai père ! Le comte, n’écoutant que son sens aigu de l’abnégation, du renoncement et de la charité, décide donc de devenir ce père qu’il vient de tuer… tandis que sa propre fille doit épouser le bel entrepreneur qu’aimait cette femme désespérée. Ah, le mélodrame étreint de tous ses tentacules les personnages. Des intrigues secondaires complexifient davantage l’intrigue, faisant surgir d’infâmes malfaisants. Tout mène à l’excès. Les bois de la guillotine se dressent face à l’innocent drapé dans son honneur. Les dialogues sont-ils extraits de Bernède ? Ils font en tout cas mouche, avec ce sérieux grandiloquent qui fait rire.
    - Vous oubliez que vous jouez votre tête.
    - J’en ai fait le sacrifice depuis longtemps.
    C’est probablement le rôle de sa carrière pour Robert Party, soutenu par une équipe chevronnée. Pour Hélène Duc, comme il se doit, le mélodrame est une poignante tragédie. Contrairement à quelques acteurs de second plan, elle n’a pas le droit à l’humour, elle s’enfonce dans la souffrance. Maurice Teynac est un majordome qui exerce une dérision délicate, chargé, en début de chaque épisode, de résumer de sa voix somptueuse, les péripéties précédentes. Jacques Debary est un inspecteur soupçonneux, aux manières cassantes qui rend palpable la menace policière ; le plus étonnant est certainement Antoine Saint-John, voyou qui semble d’une intelligence limitée mais dont l’understatement instille une ambiguïté réjouissante ; il avait été découvert dans le rôle du colonel Gunther Reza dans Il était une fois la révolution de Sergio Leone et jouait, la même année que Poker d’As, dans Mon nom est personne. Son acolyte, Bruno Balp, forme avec lui un duo parfait, sorte de Laurel et Hardy du crime, terrifiants de bêtise. Saint-John/Laurel susurre à Balp/Hardy un mémorable : « - Ton intelligence quelquefois m’inquiète. » Ce sont les méchants qui se distinguent toujours le mieux : pour preuve Jean-Louis Allibert, ex-vedette en 1931 du Million de René Clair, qui débuta dans le Muet, tourna pour Guitry, Diamant-Berger, Rex Ingram, Jean Renoir, Jean Boyer et Marcel L’Herbier. Le premier plan s’était éloigné de lui dès l’après-guerre ; il trouve, dans le souriant, aimable mais dégueulasse Trincard, machiavélique comptable, un chant du cygne éclatant. Gérard Buhr aussi n’a pas si souvent eu à défendre un rôle aussi substantiel : il est l’incarnation même du bourgeois, prêt à toutes les ignominies s’il croit tout risque écarté. « Le hasard peut être une éventualité redoutable », dit-il, craintif. Mention spéciale encore pour Philippe Castelli, greffier de Marc Dudicourt : il semble sortir d’une eau forte d’Honoré Daumier. Même les tout petits rôles sont bien campés : Jean Rupert, Antoine Mosin, Jean-Marie Robain, Pierre Pernet.
    Parmi les grands romans feuilletons adaptés par l’ORTF, Poker d’As, méconnu, ne démérite pas et vaut largement Chéri-Bibi ou La Poupée sanglante. Cornfield parvient même à donner un cachet de poésie désuète grâce aux transparences des décors en noir et blanc, réels ou peints, projetés derrière les acteurs.

    Christophe Bier

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire