Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Je suis à prendre 
    Francis Leroi - 1978
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Je suis à prendre" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Brigitte Lahaie dans Je suis à prendre
     
     
    Brigitte Lahaie 


     Karine Gambier dans Je suis à prendre
     
     
    Karine Gambier 


     Jean-Pierre Armand dans Je suis à prendre
     
     
    Jean-Pierre Armand 


     Robert Le Ray dans Je suis à prendre
     
     
    Robert Le Ray 


     Dominique Aveline dans Je suis à prendre
     
     
    Dominique Aveline 


     Gérard Grégory dans Je suis à prendre
     
     
    Gérard Grégory 


     Geneviève Hue dans Je suis à prendre
     
     
    Geneviève Hue 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Christel Lauris et Sophie Bulle Christel Lauris et Sophie Bulle

    Christel Lauris Christel Lauris

    Je suis a prendre Je suis a prendre

    Je suis a prendre Je suis a prendre

    Karine Gambier Karine Gambier

    Karine Gambier Karine Gambier

    le cheval Fou et Brigitte Lahaie le cheval Fou et Brigitte Lahaie

    Lydie et Sophie Bulle Lydie et Sophie Bulle

    Lydie Lydie

    Patrice Cuny et Brigitte Lahaie Patrice Cuny et Brigitte Lahaie

    Patrice Cuny Sophie Bulle et Lydie Patrice Cuny Sophie Bulle et Lydie

    Patrice Cuny Patrice Cuny

    Robert Le Ray Robert Le Ray

    Toni Morena Toni Morena


    Document sans nom
    Brigitte Lahaie Hélène Patrice Cuny Bertrand Karine Gambier Maguy, la bonne Jean-Pierre Armand Hector, le palefrenier Robet Le Ray Ralph, le majordome Lydie  Sophie Bulle  Geneviève Hue  Christel Lauris  Dominique Aveline  Toni Morena  Gérard Grégory les membres du club le cheval Fou 
    Document sans nom
    Réalisation : Francis Leroi
    Scénario et dialogues : Francis Leroi
    Image : François About
    Montage : Annabelle Le Doeuff
    Musique : Jean-Pierre Pourret, Dany Darras
    Assistant réalisateur : Pierre B. Reinhard
    Directeur de production : Richard Bigotini
    Production : Les Films de Palais Royal
    Tournage : 1977,
    Extérieurs : Château de la Bûcherie, Saint-Cyr-en-Arthies (95)
    Distribution : Alpha France
    Sortie le 5 avril 1978

    Hélène a épousé Bertrand. Après une cérémonie des plus classiques, elle s’apprête à vivre la nuit de noce romantique dont peuvent rêver toutes les jeunes filles. Mais Bertrand l’abandonne pour courir à son club libertin. Les jours passent et Hélène se sent de plus en plus délaissée. La voila assaillie par de violentes pulsions érotiques qui la conduisent à s’offrir aux domestiques. Pulsions qui, suivant les instructions de Bertrand, ont été provoquées par l’absorption de plusieurs aphrodisiaques. Hélène est en fait initiée à son insu aux jeux de l‘amour. Quand Bertrand juge le moment venu, il fait faire à sa femme une entrée triomphale dans le monde du libertinage.

    CRITIQUE(S):
    « Voici enfin une bonne surprise. Contrairement aux nombreux films qui se contentent de situations répétitives et d‘images bâclées JE SUIS A PRENDRE se distingue par la cohérence de son scénario, la beauté formelle de ses prises de vues et les trouvailles visuelles. Ici le propos va beaucoup plus loin que la simple accumulation d‘accouplements ; Francis Leroi tourne en dérision la cérémonie et l‘éthique du mariage pour réhabiliter ce que l‘on a coutume d‘appeler vice, et il conclut son film par une séquence qui nie vigoureusement et joyeusement les habitudes morales de notre temps. Pour établir sa thèse, il utilise les clichés et les stéréotypes du genre porno : le huis-clos du château, l‘absence de problèmes d‘argent, le club privé, la présence de domestiques complices, l‘architecture au service du voyeurisme. Grâce aux recherches formelles et à l‘esthétisme (parfois à la limite du gratuit) de sa mise en scène, Francis Leroi parvient à créer une atmosphère d‘envoûtement qui pousse la jeune héroïne aux débordements sexuels filmés avec la franchise qui convient au genre porno. Or, dans JE SUIS A PRENDRE, on ne se contente plus des effroyables inserts ennuyeux. Chaque scène érotique s’harmonise avec un contexte décoratif ou sonore. (…) Le film se termine par l’apologie de l’hédonisme collectif, sur fond de refus des morales anciennes. Dans cette séquence, Francis le roi est peut-être moins heureux ; il n’évite guère les pièges du déjà-vu des innombrables partouzes filmées. Mais comme il a su lui donner une signification, cette séquence demeure supérieure à toutes celles que nous ont proposées jusque-là les auteurs de la production porno. » - Raymond Lefèvre, La Saison cinématographique 1978

    « JE SUIS A PRENDRE est un film concentré et ambitieux. Leroi, à la façon des romantiques, utilise la nature non seulement comme un décor mais comme un contrepoint de l‘évolution intérieure de son héroïne et comme matrice de sa renaissance. Mais la poésie indéniable de certaines séquences est vite opposée à celles du club privé qui sont traitées d‘une manière ironique et nihiliste (…) La critique sociale et le sens de l‘implication sociale confèrent une tension sourde et continue à la plus paisible des séquences (…) Sans doute l’un des plus beaux rôle hard de Brigitte Lahaie, celui d‘une femme instinctive et fragile, sorte de Joan Fontaine à la scandinave, en butte à des maléfices hitchcockiens (…) » - Francis Moury, Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques 16 et 35 mm, Serious Publishing, 2011.



    Fiche réalisée par Stéphane Bruyère pour BDFF, 2017

    Note Alain S. : Lors de l'émission "Le divan" du 14/03/2017, Brigitte Lahaie dit que c'est son meilleur film X, son préféré.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire