Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • L'assassin viendra ce soir 
    Jean Maley - 1963
    Achetez "L'assassin viendra ce soir" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Raymond Souplex dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Raymond Souplex 


     Noël Roquevert dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Noël Roquevert 


     Paulette Dubost dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Paulette Dubost 


     Pierre Doris dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Pierre Doris 


     Daniel Emilfork dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Daniel Emilfork 


     Gilbert Gil dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Gilbert Gil 


     Jean Tissier dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Jean Tissier 


     Jean Daurand dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Jean Daurand 


     Guy Piérauld dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Guy Piérauld 


     Lucien Raimbourg dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    Lucien Raimbourg 


     François Dyrek dans L'assassin viendra ce soir
     
     
    François Dyrek 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    3 patibulaires 3 patibulaires

    bagarre sur la grande roue bagarre sur la grande roue

    carton generique carton generique

    Claude Sorel a droite Claude Sorel a droite

    Claude Sorel alanguie Claude Sorel alanguie

    couloir commissairat couloir commissairat

    Daniel Emilfork dans la fete  foraine Daniel Emilfork dans la fete foraine

    Daniel Emilfork et ses couronnes  mortuaires Daniel Emilfork et ses couronnes mortuaires

    des flics des flics

    Emilfork et Doris Emilfork et Doris

    Francine Allard Francine Allard

    Francois Deguelt Francois Deguelt

    huissier commissariat huissier commissariat

    inconnu 1 inconnu 1

    inconnu 2 inconnu 2

    inconnu 2b inconnu 2b

    Isa Rambaud a gauche Isa Rambaud a gauche

    Kim Kim

    la marche des tueurs la marche des tueurs

    Noel Roquevert Noel Roquevert

    Raymond Souplex et Renee  Cosima Raymond Souplex et Renee Cosima

    Renee Cosima Renee Cosima

    tueur mysterieux tueur mysterieux

    un tueur un tueur


    Document sans nom
    François Deguelt l’inspecteur Garnier Raymond Souplex le commissaire Serval Renée Cosima Catherine Muller Noël Roquevert le commandant Henri Muller Paulette Dubost Hélène Serval Kim Kyo Pierre Doris l’inspecteur Bourdier Daniel Emilfork le chef des pompes funèbres Gilbert Gil Paul Roubaix Jean Tissier le jardinier Jean Daurand l’inspecteur Sabatier Guy Piérauld l’inspecteur Martin [crédité Guy Pierrault] Lucien Raimbourg Muller, le père de Catherine Francine Allard la pompiste Henri de Chaptal  Christian Dunil  Claude Sorel la femme de chambre François Dyrek un tueur Jacques de Lannoy  Isa Rambaud la bonne Max Théol’s  
    Document sans nom
    France, 1963
    Production : Marc Bossu, Max Theol’s & Jean Tribolo, pour Association Européenne de Films
    Distribution : Les Films Jacques Leitienne
    Réalisation : Jean Maley
    Scénario : Jean-Michel Cabin [= Jean Maley]
    Adaptation : Jean Maley, Marc Bossu & Michel Dubosc
    Dialogues : Michel Dubosc
    Directeur de la photographie : Claude Robin
    Cameraman : Paul-Louis Souvestre
    Assistant opérateur : Nicolas Citovitch
    Musique : Camille Sauvage, à l’harmonica Alain Raisner (Editions Musicales Présence)
    Chansons du film : Paroles de François Deguelt et Christian Jolet, musique de Francis Baxter et Camille Sauvage, enregistrées par François Deguelt sur disques Pathé Marconi
    Ingénieurs du son : Jean Lecoq & Georges Mardiguian
    Mixage : Jacques Bonpunt
    Montage : Gabriel Rongier
    Assistante monteuse : Ludmila d’Artec
    Accessoiriste et effets spéciaux : Jean Boulet
    Bruitage : Albert Platzman
    Chef maquilleur : Boris de Banow et Roger Chanteau
    Décorateur : Jean Abribat
    Tapissier : Maurice Mougine
    Chef Machiniste : Marius Berger
    Chef électricien : Marcel Mairesse
    Directeur des bagarres : Henri Lambert
    Régisseur général : Pierre Lefait
    Chef comptable : Andrée Leguay
    Photographe de plateau : Marcel Ortola
    Directeurs de production : Raymond Blondy & Marc Bossu
    Directeur artistique : Max Theol’s
    Administrateur : Albert Usson
    Pellicule Agfa – Noir et blanc.
    N.P. 20 – Ultra rapide – Isopan Record
    Laboratoires Franay L.T.C. St. Cloud
    Effets spéciaux : Lax
    Durée : 82 mn
    Visa : 27391
    Début de tournage : 11 février 1963
    Sortie à Paris le 11 mars 1964 à l’Astor et au Ritz.

    Il s’agit du deuxième long-métrage de Jean Maley après Seul à corps perdu (1961) et probablement de la première apparition du comédien François Dyrek.
    Sous l’impulsion des Films Jacques Leitienne, qui distribuait avec succès des krimis outre-Rhin, les auteurs ont certainement voulu conjuguer le succès télévisuel des 5 Dernières minutes et la notoriété de Raymond Souplex avec l’atmosphère angoissante des adaptations d’Edgar Wallace. Il manque malheureusement les trouvailles baroques d’un Alfred Vohrer, malgré un premier meurtre réussi et une galerie de suspects ambigus. Souplex retrouve son fidèle Jean Daurand des 5 Dernières Minutes, Doris et Piérauld amusent la galerie mais le chanteur François Deguelt n’a aucun charisme pour porter cette petite série B. L’intrigue s’épaissit dans un mystère languissant. A l’époque l’Office Catholique du Cinéma réservait cette bande strictement aux adultes en raison d’une « atmosphère pénible […] entretenue volontairement par la cruauté des images et l’acuité pénible des sons ». Comme toujours, Daniel Emilfork apporte par sa seule gestuelle une poésie fascinante. Il dirige une curieuse officine de pompes funèbres qui sert de couverture à un gang de tueurs patibulaires. A noter aussi une qualité dans le réalisme des bagarres, dirigées par l’ancien boxeur Henri Lambert.
    (Christophe Bier)

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire