Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Regain 
    Marcel Pagnol - 1937
    Achetez "Regain" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Fernandel dans Regain
     
     
    Fernandel 


     Orane Demazis dans Regain
     
     
    Orane Demazis 


     Robert Le Vigan dans Regain
     
     
    Robert Le Vigan 


     Gabriel Gabrio dans Regain
     
     
    Gabriel Gabrio 


     Édouard Delmont dans Regain
     
     
    Édouard Delmont 


     Marguerite Moreno dans Regain
     
     
    Marguerite Moreno 


     Charles Blavette dans Regain
     
     
    Charles Blavette 


     Milly Mathis dans Regain
     
     
    Milly Mathis 


     Henri Poupon dans Regain
     
     
    Henri Poupon 


     Odette Roger dans Regain
     
     
    Odette Roger 


     Paul Dullac dans Regain
     
     
    Paul Dullac 


     Robert Vattier dans Regain
     
     
    Robert Vattier 


     Jean Castan dans Regain
     
     
    Jean Castan 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Regain Regain

    Regain Regain

    Regain Regain

    Charles Blavette Charles Blavette

    Edouard Delmont et Gabriel Gabrio Edouard Delmont et Gabriel Gabrio

    Edouard Delmont Edouard Delmont

    Fernandel Fernandel

    Fernandel Fernandel

    Fernandel et Marguerite Chabert Fernandel et Marguerite Chabert

    Fernandel et Robert Le Vigan Fernandel et Robert Le Vigan

    Gabriel Gabrio Gabriel Gabrio

    Gabriel Gabrio Gabriel Gabrio

    Gabriel Gabrio et Henri Poupon Gabriel Gabrio et Henri Poupon

    Louis Gay Louis Gay

    Louisard Louisard

    Marguerite Moreno et Gabriel Gabrio Marguerite Moreno et Gabriel Gabrio

    Odette Roger Odette Roger

    Orane Demazis Orane Demazis

    Orane Demazis Orane Demazis

    Orane Demazis Orane Demazis

    Paul Dullac Paul Dullac

    Robert Le Vigan et Rollan Robert Le Vigan et Rollan

    X1 un paysan X1 un paysan


    Document sans nom
    Gabriel Gabrio Panturle Orane Demazis Arsule Fernandel Urbain Gédémus Édouard Delmont le père Gaubert Marguerite Moreno la Mamèche Charles Blavette Jasmin Gaubert Milly Mathis Belline Robert Le Vigan le brigadier Henri Poupon L'Amoureux Odette Roger Alphonsine Paul Dullac M. Astruc Marguerite Chabert la Martine Louisard le garde-champêtre Robert Vattier le chef de gare Jean Castan Jérémie Robert Bassac le percepteur Charblay le boucher Louis Gay Balthazar Rollan Coriandre, le gendarme Olive Pierre l'oncle Joseph Fabre Cabanis Albert Spanna le cocher Louis Chaix le charbonnier
    Document sans nom
    Réalisation : Marcel Pagnol
    Scénario : Marcel Pagnol, d'après Jean Giono
    Dialogues : Marcel Pagnol
    Assistants réalisateurs : Léon Bourrely, Henri Garzia
    Image : Willy Faktorovitch
    Caméra : Roger Ledru
    Assistants opérateurs : Pierre Arnaudy, Henri Darriès
    Son : Jean Lecoq, Marcel Lavoignat, Max Olivier, Étienne Fabre
    Montage : Suzanne de Troye, assistée de Jeannette Ginestet
    Décors : Marius Brouquier, René Paoletti
    Musique : Arthur Honegger
    Directeur de production : Charles Pons
    Production : Marcel Pagnol - Les Films Marcel Pagnol
    Sortie le 28 octobre 1937

    Perché en Haute Provence, le village d’Aubignane ne compte plus que trois habitants. Et plus pour bien longtemps. Le père Gaubert, le vieux forgeron du village, s’apprête à quitter sa maison pour aller vivre chez son fils en ville. Mamèche, la vielle piémontaise, et Panturle, un paysan aux allures d’homme des bois d’une quarantaine d’année semblent condamnés à demeurer seuls au milieu des ruines. Mamèche refuse de voir mourir un village dans lequel son mari est mort il y à bien longtemps enterré par le puit qu’il creusait et part chercher une femme pour Panturle. A quelques lieues de là, le rémouleur ambulant Gédémus sauve Arsule, une « artiste » foraine, d’une troupe de charbonniers qui la violentaient…

    CRITIQUE(S):
    « Un minimum de personnages, un dialogue moins abondant que de coutume et plus « fonctionnel », des cadrages et des mouvements d’appareil plus élaborés afin de mettre en valeur le paysage, principal héros du drame, et puis cette effusion tranquille, paresseuse presque, avec l’univers, les herbes hautes, la nuit tiède, les aubes complices, les ruelles tortueuses du village abandonné, le chœur des cigales et du vent : dès le début du film, lors de la lente ascension de Gédémus et d’Arsule vers Aubignane, entrecoupée d’apparitions fugitives de la Mamèche, jusqu’à la chute de Panturle dans le torrent, le cadre naturel est utilisé avec une habileté confondante, qui n’est pas sans rappeler l’esthétique expressionniste - je songe en particulier aux films paysans de Murnau. Même les effets comiques ne « passent plus la rampe » comme on pourrait s’y attendre : quelque chose est dans l’air, qui leur donne une résonance insolite, voire fantastique.(…) la dernière partie touche au sublime : l’homme et la femme, semant le blé sur la terre reconquise, se croisent sans un mot, et la caméra s’attarde sur eux, découpant leurs silhouettes majestueuses sous le ciel. Ce n’est pas L’ANGELUS de Millet, mais les GEORGIQUES de Virgile, et cela en dit autant que vingt pages de laborieuses idylles. C’est aux cinéastes russes, pour le coup, que Pagnol s’égale : au Dovjenko de LA TERRE, à Olga Préobrajenskaia du VILLAGE DU PECHE. La visite de Panturle au chevet de Gaubert, qui lui transmet le soc de la charrue avec une ferveur bouleversante, la découverte du corps mutilé de Mamèche près d’un figuier d’argent, déchirant épouvantail humain, le crescendo final du blé qui lève, scandé par la généreuse musique d’Honegger, sont d’autres grands moments de ce « [cit. Robert Chazal] plaidoyer merveilleusement convaincant en faveur de la terre et de ses enfants » , de cette « véritable œuvre de régénération. » - Claude Beylie, Marcel Pagnol, Cinéma d’Aujourd’hui, Seghers 1974

    « Plus nettement que les autres films tirés par Pagnol de Giono (JOFROI, ANGELE, LA FEMME DU BOULANGER), celui-ce ressent de l’influence de l’auteur de SOLITUDE ET PITIE. Les personnages, plus primitifs que ceux venus directement de l’imagination de Pagnol, ont infiniment moins de rondeur, plus de brutalité. Ce sont aussi des personnages plus littéraires un peu abstraits et qui sont là avant tout pour servir un thème, le retour à la terre, qui commence d’abord ici par le maintient dans la terre. Ce thème n’a jamais inspiré aussi profondément un film dans le cinéma français. Il est lié dans REGAIN à un refus de la vie sociale et politique, plus marqué que dans les autres films de Pagnol. (…) » - Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma - Les Films, coll. Bouquins, Robert Laffont, 1992

    « Tourné en 1937, REGAIN est un hymne au retour à la terre. C’est l’histoire de deux êtres qui, par leur amour et leur courage, redonnent vie à un pauvre village abandonné. Ce message d’espoir st resté célèbre pour son émotion pudique. L’univers paysan a rarement été décrit avec autant de simplicité : c’est sans doute le film le plus profond et le plus abouti de l’auteur (…). Le film est une date importante dans le cinéma des années trente. C’est sans doute à cause de la grande vérité qui s’en dégage (…) » - Christian Gilles, Les écrans nostalgiques du cinéma français, Tome III, l’Harmattan, 2002



    Compléments par Stéphane Bruyère, 2017

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire