Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Les raisins de la mort 
    Jean Rollin - 1978
    Achetez "Les raisins de la mort" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    2 Commentaires
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Marie-Georges Pascal dans Les raisins de la mort
     
     
    Marie-Georges Pascal 


     Félix Marten dans Les raisins de la mort
     
     
    Félix Marten 


     Patrice Valota dans Les raisins de la mort
     
     
    Patrice Valota 


     Brigitte Lahaie dans Les raisins de la mort
     
     
    Brigitte Lahaie 


     Serge Marquand dans Les raisins de la mort
     
     
    Serge Marquand 


     Patricia Cartier dans Les raisins de la mort
     
     
    Patricia Cartier 


     Michel Herval dans Les raisins de la mort
     
     
    Michel Herval 


     Paul Bisciglia dans Les raisins de la mort
     
     
    Paul Bisciglia 


     Jean Rollin dans Les raisins de la mort
     
     
    Jean Rollin 


     Jean-Pierre Bouyxou dans Les raisins de la mort
     
     
    Jean-Pierre Bouyxou 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Evelyne Thomas Evelyne Thomas

    Evelyne Thomas Evelyne Thomas

    Francois Pascal Francois Pascal

    Jean Pierre Bouyxou Jean Pierre Bouyxou

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Marie Georges Pascal et Patricia Cartier Marie Georges Pascal et Patricia Cartier

    Mirella Rancelot Mirella Rancelot

    Mirella Rancelot Mirella Rancelot

    Mirella Rancelot et Marie Georges Pascal Mirella Rancelot et Marie Georges Pascal

    Olivier Rollin Olivier Rollin

    Patrice Valota et Felix Marten Patrice Valota et Felix Marten

    Patricia Cartier Patricia Cartier

    Paul Bisciglia et Mirella Rancelot Paul Bisciglia et Mirella Rancelot

    Paul Bisciglia Paul Bisciglia

    Raphael Marongiu Raphael Marongiu

    Serge Marquand et Patricia Cartier Serge Marquand et Patricia Cartier

    Serge Marquand Serge Marquand

    Brigitte Lahaie nue Brigitte Lahaie nue


    Document sans nom
    Marie-Georges Pascal Elisabeth Félix Marten Paul Patrice Valota Pierre Mirella Rancelot Lucie Brigitte Lahaie la femme blonde Serge Marquand Lucien, le paysan Patricia Cartier Antoinette, la fille du paysan Michel Herval Michel François Pascal Kowalski Evelyne Thomas Brigitte Paul Bisciglia Lucas Olivier Rollin le malade implorant Jean Rollin un ouvrier agricole Jean-Pierre Bouyxou l'homme à la faux Raphael Marongiu le mort dans le pressoir
    Document sans nom
    SCENARIO ET DIALOGUES Jean Rollin, Jean-Pierre Bouyxou, Christian Meunier ; IMAGE Claude Bécognée ; SON Gérard Barra ; MUSIQUE Philipe Sissmann ; EFFETS SPECIAUX ET MAQUILLAGE Alfredo Tiberi, Raphaël Marongiu, Yannick Josse ; PRODUCTION Claude Guedj, Jean-Marie Ghanassia

    Un ouvrier agricole, Kowalski, est pris de malaise après avoir pulvérisé un nouveau pesticide sur un vignoble du Midi de la France. Après une nuit passée dans le train, Elisabeth s'apprête à retrouver son fiancé, régisseur de l'exploitation viticole de Roublès. Elisabeth et son amie Brigitte sont les seules passagères du wagon. Alors que Brigitte se rafraîchit au lavabo, Kowalski monte à bord du train et vient prendre place dans le compartiment qu'occupent les jeunes femmes. Elisabeth voit alors avec horreur le visage de l'homme se mettre à suinter, à se déformer. Prise de panique, elle se rue dans le couloir et tombe sur le corps de son amie assassinée. Elle actionne le signal d'alarme, descend du train et s'enfuit dans la campagne...


    « Avec ses films de vampires, les concessions de Rollin se situaient au niveau du sexe ; avec Les Raisins de la mort, elles se situent au niveau de la violence et du discours politique. L'alibi demeure tout aussi artificiel, irréductiblement extérieur au propos véritable du réalisateur et Rollin ne fait aucun effort pour l'intégrer à son univers par le truchement d'une fiction cohérente. Le film démarre très bien, comme un lent glissement dans la logique implacable du cauchemar, puis comme une promenade lyrique au royaume de l'onirisme noir, sur les landes désertes et dans les ruines sauvages du subconscient débridé. Puis, faute d'un scénario valide, l'intrigue s'englue dans le dédale sans rigueur des séquences hétéroclites et non maîtrisées où l'horreur n'a d'autre fin qu'elle-même (...) Pourtant, sans surmonter l'hétérogénéité du matériau dramatique, le réalisateur parvient à introduire ses préoccupations familières et sa marque reconnaissable. L'itinéraire de la frémissante Marie-George Pascal, d'un train fantôme jusqu'à une cave vinicole hantée par l'ombre d'un amour perdu, est traversé d'éclairs splendides, porteurs de tous les grand thèmes rolliniens (...) L'image finale de Marie-George Pascal buvant le sang ruisselant de son fiancé assassiné confine au sublime : ce sang trop abondamment répandu pendant toute la durée du film trouve enfin une signification magistrale et assumée. Les Raisins de la mort illustrent bien les paradoxes de cette oeuvre météorique et résolument marginale où les pires compromis sont consentis pour permettre, l'espace d'un ou deux moments de grâce, l'affleurement de fulgurances poétiques uniques dans le cinéma français ». - Jean-Marie Sabatier, La Revue du cinéma - Image et son n°331

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire
     

    2 Commentaires

    Date : 08-12-2016 Heure : 09:15:19



    demande à supprimer

    BDFF

    Date : 09-12-2016 Heure : 23:30:10



    Quel est le motif de la demande de suppression ?