Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La liberté en croupe 
    Edouard Molinaro - 1970
    Achetez "La liberté en croupe" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    1 Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean Rochefort dans La liberté en croupe
     
     
    Jean Rochefort 


     Michel Serrault dans La liberté en croupe
     
     
    Michel Serrault 


     Juliette Villard dans La liberté en croupe
     
     
    Juliette Villard 


     Bernard Le Coq dans La liberté en croupe
     
     
    Bernard Le Coq 


     Maria Mauban dans La liberté en croupe
     
     
    Maria Mauban 


     Marion Game dans La liberté en croupe
     
     
    Marion Game 


     Maurice Garrel dans La liberté en croupe
     
     
    Maurice Garrel 


     Dora Doll dans La liberté en croupe
     
     
    Dora Doll 


     Serge Sauvion dans La liberté en croupe
     
     
    Serge Sauvion 


     Daniel Cauchy dans La liberté en croupe
     
     
    Daniel Cauchy 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    La liberté en croupe La liberté en croupe

    La liberté en croupe La liberté en croupe

    La liberté en croupe La liberté en croupe


    Document sans nom

    D'UN roman de Jacques Perry, Edouard Molinaro a tiré ce film très mode dont le héros est un jeune homme insolent, narquois et pas spécialement intelligent. Il se désintéresse également de ses études et des préoccupations politiques des camarades de sa génération. Tout en butinant de ci, de là, il affirme chercher le grand amour, la passion qui remplira sa vie. En vérité, rien n'indique le romantique passionné chez ce cynique flemmard qui ne rentre chez ses parents-bourgeois (bien sûr) que pour leur soutirer de l'argent. Un jour, l'affreux Jojo s'attarde davantage près de ses géniteurs, les sommant, à brûle-pourpoint de lui dire ce qui les retient unis. Il suggère que l'habitude et l'intérêt en sont les seules raisons et les invite crûment à se séparer. Démissionnaires jusqu'à la caricature, papa et maman passent aux aveux sans se permettre, quant à eux, la moindre investigation dans la vie sentimentale de leur rejeton... On nage en pleine comédie de boulevard quand papa prend la succession de son fils auprès d'une donzelle sosotte et que maman fait la conquête du « délicat » artlste-qui-avait-beaucoup-de-tendresse-pour son cher petit...

    Tandis que ses parents découvrent des ardeurs nouvelles, le fils croit avoir trouvé l'ame sœur : celle d'une étudiante passonaria : elle accepte de partir avec lui par le dernier train avant la grève générale de mai 1968 (pour une militante, c'est un sens assez curieux de l'engagement). La lointaine Corrèze ouvre aux amoureux, le temps d'une révolution larvée, une parenthèse éroticobucolique que le garçon verrait très bien ne pas se refermer, mais la fille se ressaisit soudain : la grève est terminée ; on a sûrement besoin d'elle à Paris ! Entre l'amour et l'action, elle a choisi. Déception du grand benêt romantico-cynique : ne vivait-elle donc pas exclusivement pour lui ?

    En vérité rien n'est moins convaincant que cette histoire si volontairement dans le vent. Tout y sonne faux, excessif, un peu niais. D'abord on ne croit pas une minute à la passion des jeunes. Cela tient du choix de l'interprète principal : Bernard Lecoq n'évoque en aucune façon un grand romantique, môme en 1968 ; son registre se borne à une seule expression : la goguenardise.

    Plus fine mouche et fort Jolie, Juliette Villard nous fait mieux accepter son personnage pourtant très superficiel. Heureusement Jean Rochefort et Maria Mauban sont là pour humaniser ce film sec et plat.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire
     

    1 Commentaire

    Fredabor

    Date : 26-02-2015 Heure : 20:44:52



    Je cherche à acheter le film "La liberté en croupe". Où puis le trouver? Merci