Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Un papillon sur l'épaule 
    Jacques Deray - 1978
    Achetez "Un papillon sur l'épaule" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Lino Ventura dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Lino Ventura 


     Claudine Auger dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Claudine Auger 


     Paul Crauchet dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Paul Crauchet 


     Jean Bouise dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Jean Bouise 


     Nicole Garcia dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Nicole Garcia 


     Roland Bertin dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Roland Bertin 


     Jacques Maury dans Un papillon sur l'épaule
     
     
    Jacques Maury 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Un papillon sur l'épaule Un papillon sur l'épaule

    Un papillon sur l epaule Un papillon sur l epaule

    Un papillon sur l epaule Un papillon sur l epaule

    Un papillon sur l epaule Un papillon sur l epaule

    Un papillon sur l epaule Un papillon sur l epaule

    Un papillon sur l'épaule Un papillon sur l'épaule


    Document sans nom Le moins qu'on puisse dire c'est que la mésaventure de Lino Ventura ne donne pas envie de faire escale à Barcelone. Ce paisible voyageur est à peine descendu à son hôtel qu'il entend un gémissement dans la chambre voisine. Il en pousse la porte, découvre un cadavre ensanglanté, et puis c'est le trou noir... Il se réveille dans une clinique presque vide, devant un pseudo-médecin trop curieux qui l'assaille de questions au sujet d'une mystérieuse mallette.
    Lino Ventura ne saura jamais si on l'a pris pour un autre, il ne saura pas qui sont ses ravisseurs, qui a été tué et pourquoi, il ne connaîtra jamais le contenu de cette mallette. Bref, il ne comprendra rien à son aventure. Mieux on lui laissera entendre, en haut lieu, qu'il a intérêt à ne pas chercher à comprendre... Quant à nous, nous comprenons très vite qu'il ne s'agit pas d'un film policier ou d'espionnage ordinaire. L'ambition de Jacques Deray rejoint le propos de certains grands romanciers contemporains : c'est, évidemment, une fable sur la solitude de l'individu dans un monde hostile où l'absurde fait régner la terreur. C'est le retour, au cœur du quotidien, du vieux destin de la tragédie grecque, qui écrase les humains dans son engrenage fatal.
    Cette symbolique, désormais familière, exige une maîtrise exceptionnelle du récit pour nous passionner encore. Jacques Deray est un technicien chevronné, il sait où placer sa caméra, il sait construire une scène. Malheureusement, il met ici tout ce métier au service d'une histoire qui ne peut nous convaincre.
    A la manière de ces films qui nous font bâiller en voulant décrire l'ennui, celui-ci nous mystifie en prétendant nous faire entrevoir le mystère qui nous cerne. C'est trop facile ! Un mystère nous captive si nous savons que la clé est au bout. Sinon, il est frustrant, comme une devinette dont la solution n'existe pas. Pendant un certain temps, nous partageons ici le désarroi de Lino Ventura (encore que sa naïveté et sa balourdise nous semblent exagérées). Puis, au lieu d'aller de révélation en rebondissement, on nous enlise dans l'inexpliqué comme dans des sables mouvants.
    Le personnage de Paul Crauchet, le plus fou ou le plus lucide de tous avec son « papillon sur l'épaule » (comme d'autres ont une araignée au plafond) devient le pivot occulte de toute l'histoire. La trouvaille est jolie, mais le film raté. D'autant plus que le coup de l'énigme impénétrable, c'est vraiment la porte ouverte (c'est le cas de le dire !) à toutes les invraisemblances.
    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire