Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Dis-moi que tu m'aimes 
    Michel Boisrond - 1974
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Dis-moi que tu m'aimes" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Mireille Darc dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Mireille Darc 


     Marie-José Nat dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Marie-José Nat 


     Jean-Pierre Marielle dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Jean-Pierre Marielle 


     Daniel Ceccaldi dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Daniel Ceccaldi 


     Georges Descrières dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Georges Descrières 


     Geneviève Fontanel dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Geneviève Fontanel 


     Jean Topart dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Jean Topart 


     Monique Delaroche dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Monique Delaroche 


     Erik Colin dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Erik Colin 


     Jean-Pierre Darras dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Jean-Pierre Darras 


     Raphaël Delpard dans Dis-moi que tu m'aimes
     
     
    Raphaël Delpard 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Dis-moi que tu m'aimes Dis-moi que tu m'aimes

    Georges Descrieres Georges Descrieres

    Jean Pierre Marielle et Daniel Ceccaldi Jean Pierre Marielle et Daniel Ceccaldi

    Jean Pierre Marielle et Lisbeth Hummel Jean Pierre Marielle et Lisbeth Hummel

    Marie Jose Nat Marie Jose Nat

    Marie Jose Nat Marie Jose Nat

    Marie Jose Nat Marie Jose Nat

    Marie Jose Nat et Mireille Darc Marie Jose Nat et Mireille Darc

    Marie Jose Nat et Mireille Darc Marie Jose Nat et Mireille Darc

    Mireille Darc Mireille Darc

    Mireille Darc Mireille Darc

    Mireille Darc et Marie Jose Nat Mireille Darc et Marie Jose Nat

    Mireille Darc et Marie Jose Nat Mireille Darc et Marie Jose Nat

    Jacqueline Fogt Jacqueline Fogt


    Document sans nom

    POUR Bertrand, sa femme, Victoire, représente essentiellement le repos du guerrier. Pour Richard, sa Charlotte n'a qu'à s'occuper des enfants (puisqu'elle a eu la chance qu'il lui en fasse deux), tirer son chariot au golf et, à la maison, le laisser regarder en paix le foot à la télé. Le repos du guerrier et la femme soumise se révoltent le même jour et flanquent à la porte ces hommes qui les comprennent si mal.
    C'est ainsi que Bertrand et Richard, deux copains de travail (ils font dans la publicité), se retrouvent un beau soir en train de camper dans leur bureau. Youpi ! Ils vont retrouver la joyeuse insouciance, l'âge d'or de leur liberté perdue. Et d'autant mieux que Lucien, leur ami, va leur offrir sa somptueuse hospitalité : sa femme, à lui, vient de s'enfuir avec le maître écuyer du club hippique qu'il dirige. Plus on est de fous... A trois, ceux-là épuisent assez vite les charmes indiscrets du célibat retrouvé et c'est avec un immense soulagement que deux d'entre eux reprennent le chemin du bercail conjugal. Quant au troisième, sa misogynie n'était pas une passade, il en prend aisément son parti. En somme tout rentre dans l'ordre.
    Le plus étonnant de cette petite comédie française dans le goût, sinon dans le ton, des grandes comédies américaines des années 30, c'est que la scénariste-dialoguiste Annette Wademant en soit l'auteur. Insidieusement mais sûrement, ce film, écrit par une femme, est profondément misogyne. Le travail des femmes est secondaire, leurs aspirations professionnelles ou leurs possibilités de réussite comptent pour du beurre. Si le couple Victoire-Bertrand ne peut avoir d'enfant c'est, évidemment, la faute de Victoire ; oserait-on déposséder un séducteur mâle d'un soupçon de sa virilité active? Quant à Charlotte, lorsqu'elle trouve un emploi, c'est un secrétariat pour lequel elle n'a d'autre compétence que de plaire au patron.

    Au gui l'an neuf

    Tout cela relève du cliché le plus éculé, d'une morale bien de chez nous, déjà vieillotte au temps de nos ancêtres les Gaulois mais qui ne désarme pas. N'en doutez pas : c'est elle qui a donné naissance à la gauloiserie. Il y en a ici de la gauloiserie, un peu appuyée, pour tout dire assez vulgaire mais j'ai sûrement tort de prendre ce film au sérieux. Les Gaulois devraient me rappeler qu'à cette période de l'année ("au gui l'an neuf" , le film-gadget est très prisé. " Dis-moi que tu m'aimes" est exactement un film-gadget, ce que Vittorio de Sica avait baptisé : « Uno telefono bianco », un de ces films à téléphone blanc dans lesquels on voyait des gens de réve, dans des appartements de rêve, utiliser inlassablement de luxueux téléphones blancs, pour ne rien dire. Ici c'est la mêmechose, le téléphone blanc est remplacé par un golf très vert, c'est tout, à cela près que les gens que l'on y rencontre ont à peu près autant d'humanité et de consistance que ceux dont se moquait de Sica.
    On espère tout de même que les acteurs ont goûté bien des agréments à travailler dans ce cadre de verdure, c'est beau et sain. Sous la direction décontractée de Michel Boisrond, Daniel Ceccaldi, Jean-Pierre Marielle, Jean-Pierre Darras échangent des propos badins en poussant leurs balles ; eux, ils ont l'air de s'amuser, cela fait plaisir à voir. Mireille Darc et Marie-José Nat sont plus appliquées sur le parcours mais elles n'ont pas grand-chose à faire sinon servir de faire-valoir à ces messieurs. Curieusement entrainée sur sa pente naturelle, Marie-José Nat laisse paraître parfois une émotion vraie qui résonne comme un solo nostalgique dans la frivolité ambiante.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire