Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Mandrin 
    Jean-Paul Le Chanois - 1962
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Mandrin" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Georges Rivière dans Mandrin
     
     
    Georges Rivière 


     Dany Robin dans Mandrin
     
     
    Dany Robin 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Mandrin Mandrin

    Mandrin Mandrin


    Document sans nom «MANDRIN (Louis), fameux chef de brigand, né à Saint Etienne de Saint-Geoirs (Isère) en 1724. roué vif à Valence en 1755 ». Le Petit Larousse n'en dit pas davantage mais une chanson, la chronique populaire et son cœur qui penche du bon côté autorisent Jean-Paul Le Chanois a nous en apprendre bien davantage sur ce bandit bien aimé. Cousin de Fanfan la Tulipe, frère cadet de Cartouche, voici le tonnelier Mandrin qui, à vingt-cinq ans, renonce à l'amour paisible de la pulpeuse fille du bourgmestre pour sa révolter, au nom des opprimés et des affamés, contre le gouvernement de Louis XV.
    Les Gardes Françaises à ses trousses. Mandrin, traqué, doit fuir vers la frontière avec son fidèle Court-Toujours. Rencontre avec des baladins, puis avec des contrebandiers truculents qui auraient bien plu a Mérimée, mais Mandrin n'a pas la vocation d'un brigand véritable et c'est auprès de ses nouveaux amis qu'il prend tout à fait conscience de sa mission « révolutionnaire » avant la lettre. Jean-Paul Le Chanois se sent vraiment à son affaire : exalter la figure de cetto grande canaille généreuse, qui discipline ses hommes au point de leur faire restituer les biens volés aux malheureux, cela l'enchante visiblement et il y réussit en quelques scènes lyriques et souvent colorées d'humour. Tous les cœurs vibrent à l'unisson du sien pour Mandrin, auquel Georges Rivière, son interprète, se dévoue avec un enthousiasme sincère. Certes, Rivière ne possède pas l'insolente jeunesse de Belmondo-Cartouche, ni le sourire irrésistible de Marais-Lagardère, mais il a de la fougue et des yeux bleus (le film est en couleurs) qui justifient pleinement les succès de Mandrin auprès des dames.
    Là-dessus, Jean-Paul Le Chanois se montre fort discret : Mandrin n'était probablement point ce boy-scout sentimental qu'il nous présente mais, lorsque l'on écrit une page d'histoire romancée, il faut songer à son public. Soucieux des écoliers candides. Le Chanois l'est également des âmes sensibles ; c'est ainsi qu'il laisse s'enfuir, une dernière fois, son héros vers un nouveau et généreux combat... Le supplice n'est pas loin, mais on peut encore l'ignorer un moment... Sylvia Monfort, Jeanne Valérie, Dany Robin jouent les dames de coeur de Mandrin dont Georges Wilson, picaresque et merveilleux. Maurice Baquet, Albert Rémy demeurent jusqu'au bout les fidèles.
    Le film, hélas ! a été post-synchronisé, et cela se voit autant que dans certaines émissions TV réalisées en play-back, où les chanteurs semblent toujours mimer un javanais sans aucun rapport avec les paroles que l'on entend. Souvenez-vous de Jean-Claude Pascal le soir du réveillon ! Jacqueline MICHEL
    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire