Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Cauchemar 
    Noël Simsolo - 1980
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Cauchemar" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Béatrice Bruno dans Cauchemar
     
     
    Béatrice Bruno 


     Pierre Clémenti dans Cauchemar
     
     
    Pierre Clémenti 


     Hélène Surgère dans Cauchemar
     
     
    Hélène Surgère 


     André Thorent dans Cauchemar
     
     
    André Thorent 


     Philippe Chemin dans Cauchemar
     
     
    Philippe Chemin 


     Marie-Georges Pascal dans Cauchemar
     
     
    Marie-Georges Pascal 


     Monique Mélinand dans Cauchemar
     
     
    Monique Mélinand 


     Dominique Erlanger dans Cauchemar
     
     
    Dominique Erlanger 


     Danièle Dubroux dans Cauchemar
     
     
    Danièle Dubroux 


     Chantal Delsaux dans Cauchemar
     
     
    Chantal Delsaux 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Beatrice Bruno Beatrice Bruno

    Beatrice Bruno Beatrice Bruno

    Beatrice Bruno Beatrice Bruno

    Beatrice Bruno et Helene Surgere Beatrice Bruno et Helene Surgere

    Cachemar Cachemar

    Lino Leonardi Lino Leonardi

    Marie Georges Pascal Marie Georges Pascal

    Monique Morelli et Rene Andreani Monique Morelli et Rene Andreani

    Monique Morelli Monique Morelli

    Patrick Morelli a droite Patrick Morelli a droite

    Pierre Clementi et Beatrice Bruno Pierre Clementi et Beatrice Bruno

    Pierre Clementi Pierre Clementi

    Rene Andreani Rene Andreani

    Stephane Shandor Stephane Shandor


    Document sans nom
    Béatrice Bruno Magdalena Schneider Pierre Clémenti Victor Hélène Surgère Barbra André Thorent Ugo Philippe Chemin Wernert Schneider / le jeune homme Lino Léonardi Raymond, le pianiste René Andreani Pierrot, le patron du bar Monique Morelli Nana, la chanteuse Stéphane Shandor Grégory Friedman Marie-Georges Pascal Lydia Monique Mélinand Gelinotte Patrick Morelli Ferdinand Dominique Erlanger Clara Chantal Delsaux la femme du terrain vague Danièle Dubroux la femme du banc Jean Narboni  Marie-Christine Dara  Thomas Schneider  Grégory Schneider  Senta Schneider  Danielle Schneider  Cyrille Durant-Béhar  Laurent Gerbi  Max Denis  Philippe Mellot  William K. Guérin   
    Document sans nom
    SCENARIO Noël Simolo ; PHOTOGRAPHIE Ramon Suarez ; SON Antoine Bonfanti ; MONTAGE Kadicha Bariha ; MUSIQUE Robert Schumann

    Dans un beuglant d'une ville portuaire, une jeune fille prend un instant la place du pianiste habituel, le vieux Raymond. Son interprétation fascine l'assistance. Ancien critique musical devenu pilier de comptoir, Grégory Friedman, croit reconnaître Magdalena Schneider disparue après avoir été accusée du meurtre de son propre frère, avec qui elle constituait un duo de musiciens prodiges. Friedman poursuit la jeune femme qui le repousse. Magdalena squatte une maison abandonnée et survit en se prostituant. Son sommeil est hanté par d'horribles cauchemars. Un homme mystérieux, en livrée de chauffeur, est sur sa piste et élimine froidement tous les témoins de son passage. Il travail pour le compte de Barbra, la belle-soeur de Magdalena qui veut mettre la main sur la jeune femme...

    « J'avais écrit le scénario de manière un peu littéraire. C'est en préparant le story-board que je me suis rendu compte que je pouvais le réaliser avec le budget limité dont je disposait. (...) J'avais envie de faire un film qui puisse se passer aujourd'hui, demain ou hier. C'est tout de même plus intéressant de filmer une rue avec un vieux mur de briques, un peu de merde et un réverbère que le Forum des Halles. D'ailleurs je voulais faire un film expressionniste (...) Pour moi, l'expressionnisme est un véhicule adéquat à cette volonté de travailler l'image et le son en priorité : Dans cauchemar, j'ai voulu mettre en avant le glauque et le sordide, comme cela se faisait chez Lang; Pabst ou Von Sternberg... Cet univers daté d'entre-deux-guerres existe encore aujourd'hui , mais les cinéastes le refoulent. Pourtant, le sordide peut conduire au sublime. C'est peut-être là son dernier refuge (...)» - Noël Simolo, Cinéma 80, n°264

    « Cauchemar est un film qui effectue un travail à partir d'un certain nombre de données culturelles (...) Il s'agit d'une oeuvre éminemment romantique, d'un mélodrame expressionniste qui se « dénonce » comme tel mais qui se prend au jeu, et joue jusqu'au bout, au premier degré pourrions-nous dire (...) S'attacher à un sens qu'on voudrait univoque, à un soi-disant vérisme, à un jeu « naturel » des acteurs, c'est avoir une idée réductrice du cinéma : art majeur qui peut, comme la littérature, s'autoriser toutes les licences (...) Le titre du film indique que nous sommes en présence d'une structure souple (...) Cauchemar,avec son aspect touffu et lyrique, est une oeuvre attachante et qui, en tout cas ressemble peu à ce que l'on voit d'habitude dans la production nationale ; un film qui mérite attention. » - Raphaël Bassan, La Revue du cinema, Image est son, n°356
    « Cauchemar révèle un auteur passionnant et un cinéaste rigoureux, en même temps qu'un directeur d'acteurs. Clémenti, Béatrice Bruno, Hélène Surgère et André Thorent sont ici remarquablement utilisés dans des emplois inhabituels et la plupart des seconds rôles, choisis avec perspicacité, font songer à ceux des années trente par leur qualité. Que le cinéma français d'aujourd'hui retrouve ce goût de l'acteur à tous les niveaux témoigne d'une assimilation critique et productrice d'un héritage trop souvent oublié » - Joël Magny, Cinéma 80, n°264

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire