Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Les Vampires : La Tête coupée 
    Louis Feuillade - 1915
    Achetez "Les Vampires : La Tête coupée" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Édouard Mathé dans Les Vampires : La Tête coupée
     
     
    Édouard Mathé 


     Jean Aymé dans Les Vampires : La Tête coupée
     
     
    Jean Aymé 


     Marcel Lévesque dans Les Vampires : La Tête coupée
     
     
    Marcel Lévesque 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Edouard Mathe et Florense Simoni Edouard Mathe et Florense Simoni

    Edouard Mathe Jean Ayme et Rita Herlor Edouard Mathe Jean Ayme et Rita Herlor

    Edouard Mathe Edouard Mathe

    Jean Ayme et X1 un vampire Jean Ayme et X1 un vampire

    Les vampires La tete coupee Les vampires La tete coupee

    Les vampires La tete coupee Les vampires La tete coupee

    Les vampires La tete coupee Les vampires La tete coupee

    Les vampires La tete coupee Les vampires La tete coupee

    Les vampires La tete coupee Les vampires La tete coupee

    Marcel Levesque et Edouard Mathe Marcel Levesque et Edouard Mathe

    Rita Herlor et Miss Edith Rita Herlor et Miss Edith

    Rita Herlor Rita Herlor

    Theles a gauche Theles a gauche

    X2 le directeur du Mondial X2 le directeur du Mondial

    X3 le jardinier X3 le jardinier

    X4 un gendarme X4 un gendarme


    Document sans nom
    Édouard Mathé Philippe Guérande Jean Aymé le Grand Vampire / le docteur Nox Marcel Lévesque Oscar Mazamette Rita Herlor Mrs SimpsonTheles le juge Hamel Florense Simoni Mme Guérande Miss Édith une vampire
    Document sans nom
    SCENARIO Louis Feuillade ; IMAGES Manichoux ; PRODUCTION Léon Gaumont
    Premier épisode de la série LES VAMPIRES sorti le 13 novembre 1915

    Philippe Guérande, reporter au journal « le Mondial », enquête sur Les Vampires une organisation de malfaiteurs particulièrement virulente. Le dossier qu'il a constitué est volé dans son bureau. Le voleur est vite retrouvé. Il s'agit de Mazamette, un employé du journal qui s'est engagé dans la terrible bande pour subvenir aux besoins de sa famille. Mazamette fait amende honorable et est pardonné. Guérande part pour le château de La Chesnaye, ou l'on vient de découvrir le corps décapité de l'inspecteur Durtal, en charge de l'enquête sur les Vampires. Il retrouve la tête du policier et démasque le Grand Vampire, qui a assassiné et pris la place du propriétaire des lieux. Le bandit parvient à s'échapper après avoir commis un autre forfait.

    Lorsque Louis Feuillade est réformé en 1915, il retrouve la maison Gaumont en plein marasme. Pas de charbon, peu de pellicule, une bonne partie du personnel mobilisé... La société concurrente, Pathé, ayant depuis plusieurs années développé une importante activité aux Etats-Unis est beaucoup moins impactée par la guerre et annonce la sortie du serial LES MYSTERES DE NEW YORK. Gaumont se doit de répondre et Feuillade met en chantier les VAMPIRES cherchant à renouer avec le succès des FANTOMAS. Le tournage démarre donc dans des conditions matérielles précaires. Une précarité accentuée par les incertitudes quant au sort des membres des équipes techniques et artistiques dont témoigne Louis Feuillade dans un entretien avec Marcel Allain :
    « J’entreprenais ce scénario avec qui ? Parbleu ! avec des artistes réformés, exemptés... et tous les huit jours visités par l’autorité militaire, menacés de récupération, astreints à la loi Dalbiez... Ah, c’était gai ! Du jour au lendemain, mes interprètes pouvaient me faire défaut. Mais j’étais l’auteur. Je pouvais modifier mon scénario. Il y a toujours moyen de s’en tirer ! (..) Quand un interprète m’était pris, eh bien ! je modifiais le scénario... pas plus malin que cela ! »

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire