Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Exhibition 
    Jean-François Davy - 1975
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Exhibition" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Claudine Beccarie dans Exhibition
     
     
    Claudine Beccarie 


     Jean-François Davy dans Exhibition
     
     
    Jean-François Davy 


     Ellen Earl dans Exhibition
     
     
    Ellen Earl 


     Béatrice Harnois dans Exhibition
     
     
    Béatrice Harnois 


     Frédérique Barral dans Exhibition
     
     
    Frédérique Barral 


     Benoît Archenoul dans Exhibition
     
     
    Benoît Archenoul 


     Noël Simsolo dans Exhibition
     
     
    Noël Simsolo 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Beatrice Harnois Beatrice Harnois

    Christel Micha au montage Christel Micha au montage

    Claudine Beccarie Claudine Beccarie

    Claudine Beccarie Claudine Beccarie

    Claudine Beccarie et Marie Noelle Louvet Claudine Beccarie et Marie Noelle Louvet

    Claudine Beccarie et sa mere Claudine Beccarie et sa mere

    Claudine Beccarie et X1 une amie Claudine Beccarie et X1 une amie

    Claudine Beccarie et X2 une amie Claudine Beccarie et X2 une amie

    Didier Faya et Jean Francois Davy Didier Faya et Jean Francois Davy

    Ellen Earl et Michel Dauba Ellen Earl et Michel Dauba

    Ellen Earl Ellen Earl

    Exhibition Exhibition

    Exhibition Exhibition

    Exhibition Exhibition

    Exhibition Exhibition

    Frederique Barral et Claudine Beccarie Frederique Barral et Claudine Beccarie

    Frederique Barral Frederique Barral

    Mandarine et Claudine Beccarie Mandarine et Claudine Beccarie

    Michel Caputo et Noel Simsolo Michel Caputo et Noel Simsolo

    Patrick Segalas Patrick Segalas


    Document sans nom
    Claudine Beccarie Jean-François Davy  Ellen Earl  Béatrice Harnois Frédérique Barral  Benoît Archenoul  Marie-Noëlle Louvet  Michel Dauba  Patrick Segalas  Mandarine  Didier Faya  Noël Simsolo  Michel Caputo dans leur propre rôle
    Document sans nom
    Réalisation : Jean-François Davy
    Scénario : Jean-François Davy
    Chef opérateur : Roger Fellous
    Caméra : Roland Querry
    Son : Roger Letellier, Gilles Ortion
    Mixage : Paul Bertault
    Montage : Christel Micha
    Assistants montage : Patricia Ardouin, François Chopineau
    Maquillage : Jacky Bouban
    Photographe plateau : Alain Sabatier
    Script : Claude Luquet
    Assistant réalisateur : Cyrille Chardon
    Régie : Michel Caputo
    Directeur de production : Rudy Jean Le Roy
    Production : Jean-François Davy - Contrechamps
    Sortie le 25 juin 1975

    Sur le tournage de "Change pas de main", Jean-François Davy, producteur du film, se trouve pour la première fois « confronté à la sexualité non simulée à l'écran ». L'idée lui vient alors de réaliser un « documentaire » mettant en scène actrices et acteurs « spécialisés ». Personnage central du film, Claudine Beccarie est propulsée première vedette française du porno. Le film triomphe avec 3.500.000 entrées. Davy reprendra des formules similaires pour ses réalisations suivantes : "Les Pornocrates", "Prostitution", "Exhibition 2" et "Exhibition 79".

    « EXHIBITION est un titre à la fois raccrocheur (aspect renforcé par la publicité, en partie fausse : « le premier film hardcore français ») et conforme au contenu explicite du film. Consacré à cette forme de cinéma qui consiste à exhiber les gestes de l’amour, il est aussi un strip-tease total de Claudine Beccarie. Cette dernière, spécialisée de longue date dans le cinéma érotique a vu son heure arriver avec la vogue (ou plutôt son extension dans l’exploitation cinématographique) du porno « raide » (hardcore), car elle fait partie de cette petite équipe, déjà vue dans LES JOUISSEUSES et quelques films récents, qui ne laissent dans l’ombre ni leur anatomie ni leur dextérité. Après des rôles quelconques, des contributions à des films tels que CHANGE PAS DE MAIN (évoqué dans EXHIBITION), elle apparaît pour elle-même - actrice médiocre, sauf peut-être d’un certain point de vue, celui de sa spécialité. Mais actrice qui ose…
    Le film de Davy nous la montre dans l’exercice de ses fonctions, et pas toujours de manière réellement distanciée et critique. On doit porter au crédit de l’intelligence du réalisateur de nombreuses scènes remarquables, mais l’ambiguïté d’EXHIBITION n’en subsiste pas moins. Davy provoque Claudine Beccarie et ses partenaires, les questionne (sur les rapports entre leur métier et la prostitution, sur le plaisir, sur leur morale et leur conscience personnelle et professionnelle, etc.), les spectateurs ignorent rien de la biographie de Claudine Beccarie, de quelques uns de ses problèmes, de la manière dont elle assume sa carrière ; mais la volonté critique déclarée à l’encontre du cinéma érotique esquive une critique de la production et des méthodes qui ont entraîné à l’expansion d’un spectacle érotique faussement libéré. Deux ou trois phrases égratignent de vagues agents de cette production. La critique est réduite à ceux qui s’offrent en spectacle. L’insistance avec laquelle Davy traque les problèmes intimes de Claudine Beccarie selon les procédés surannés du cinéma vérité et quelques effets superficiels du psychodrame à la Jean Rouch mâtiné de trucs télévisuels met la psychologie de l’héroïne au premier plan, et on regrette que l’enquête auprès des spectateurs sortant d’une salle spécialisée ne soit pas approfondie L’essentiel du phénomène n’est guère perçu dans ce film, auquel on doit tout de même quelques éléments de dossier et un témoignage qui se faufile dans les meilleures séquences. » - Daniel Sauvaget, La Saison cinématographique 1975

    Fiche réalisée par Stéphane Bruyère pour BDFF, 2016

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire