Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Jouissances perverses 
    Francis Leroi - 1979
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Jouissances perverses" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Agnès Lemercier dans Jouissances perverses
     
     
    Agnès Lemercier 


     Piotr Stanislas dans Jouissances perverses
     
     
    Piotr Stanislas 


     Morgane dans Jouissances perverses
     
     
    Morgane 


     Hervé Amalou dans Jouissances perverses
     
     
    Hervé Amalou 


     Jean-Pierre Armand dans Jouissances perverses
     
     
    Jean-Pierre Armand 


     Mika dans Jouissances perverses
     
     
    Mika 


     Gérard Grégory dans Jouissances perverses
     
     
    Gérard Grégory 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Agnes Lemercier Agnes Lemercier

    Agnes Lemercier Agnes Lemercier

    Agnes Lemercier Agnes Lemercier

    Agnes Lemercier Agnes Lemercier

    Agnes Lemercier Agnes Lemercier

    Agnes Lemercier et Mika Barthel Agnes Lemercier et Mika Barthel

    Agnes Lemercier et Morgane Agnes Lemercier et Morgane

    Agnes Lemercier et Morgane Agnes Lemercier et Morgane

    Claude Valmont Claude Valmont

    Herve Amalou Herve Amalou

    Joel Charvier Joel Charvier

    Maria Catalao Maria Catalao

    Marie Dominique Cabanne Marie Dominique Cabanne

    Morgane et Herve Amalou Morgane et Herve Amalou

    Omar Diawara Agnes Lemercier et Armand Omar Diawara Agnes Lemercier et Armand

    Piotr Stanislas et Agnes Lemercier Piotr Stanislas et Agnes Lemercier

    Piotr Stanislas Piotr Stanislas

    Vic Samama Vic Samama

    X1 une fille au club X1 une fille au club

    X2 une fille au club X2 une fille au club


    Document sans nom
    Agnès Lemercier Barbara - comme Jenny Feeling Piotr Stanislas Bob Morgane la fille du building Hervé Amalou un homme du building Claude Valmont un homme du building Vic Samama l'homme de l'appartement Jean-Pierre Armand le nageur Mika (Thèrèse Barthel) la nageuse Omar Diawara l'homme du taxi Armand le chauffeur de taxi Gérard Grégory le portier du club Marie-Dominique Cabannes  Maria Catalao  Micheline Avanti  Béatrice Lancel  Muray York  Jacques Larbi  Joel Charvier  Michel de Nyokinos des partouzeurs Annie Leroi 
    Document sans nom
    Titre original : JOUISSANCES PERVERSES
    Titres vidéo : LES JOURS ET LES NUITS D'EVA BLUE (VHS) / LES VICES CACHES D'EVA BLUE (DVD)

    Réalisation : Francis Leroi
    Scénario : Francis Leroi
    Image : François About
    Assistant opérateur : Thierry Arbogast
    Montage : Annabelle Le Doeuff, assistée de Julian Ruiz
    Musique : Jean-Pierre Pourret
    Mixage : Michel Peru
    Bruitage : Henry Humbert
    Maquillage : Claudie Jahan
    Assistant réalisation : Pierre B. Reinhard, Gérard Grégory
    Effets spéciaux : Pierre Drahnier
    Chef machiniste : Nacer Saber
    Chef électricien : Eric Guadagnin
    Production : Jean-Luc Brunet - Framo Diffusion
    Tournage : 1978
    Distribution : Alpha France
    Sortie le 25 avril 1979

    CRITIQUE(S):
    « Chapeau, lunettes noires, fines moustaches, cravate tendue comme un rasoir, un homme, dans une limousine américaine, suit une femme dans le dédale des pistes, des souterrains, des parkings, des dalles piétonnières, des appartements du quartier de La Défense pour la filmer et l’enregistrer dans ses différentes rencontres. Le crescendo en est classique : avec un homme dans un appartement, puis deux dans un taxi, avec une femme et deux hommes dans un hôtel, puis une partouze, pour finir par un triolet dans une piscine privée. Il reste toujours à distance mais quelques détails intriguent le spectateur tel ce téléphone bizarrement décroché qui permet au voyeur d’entendre et d’enregistrer les soupirs. La scène finale nous donne la clé : la femme nue, se blottissant contre son suiveur qui ôte ses moustaches postiches, lui demande avec tendresse : « Et maintenant, que prévois-tu pour le prochain week-end, chéri ? ».
    Francis Leroy repris ici le thème de THE PRIVATE AFTERNOON OF PAMELA MAN en le corsant : le voyeur-suiveur-filmeur n’est pas un détective mais le mari qui savoure doublement (dans l’instant et plus tard en sa compagnie par projection interposée) la conduite amoureuse de sa femme. Mais il a voulu y apporter une gageure : faire un film du silence du désir. Dans JE SUIS A PRENDRE, il s’était déjà engagé sur cette voie : le dialogue était neutre, très bref, presque inexistant, mais il s’articulait magistralement sur la progression dramatique. Ici le pas est sauté : la seule phrase prononcée est celle que nous citons, mais le réalisateur s’est désintéressé totalement du scénario et est tombé dans l’ornière du film à sketches. Cela dit, Leroy de très beaux restes : sa caméra est agréablement fluide ; il utilise magistralement les parkings et les passages des souterrains au soleil ; la photo (aucun crédit au générique) est digne de Fellous, la scène sous-marine est d’une douceur voluptueuse. Et surtout Jenny Feeling donne à toute l’œuvre un éclat d’une beauté de tigre. » - Résumé et analyse d'Alain Minard, La Saison cinématographique 1979

    « Avec ENTRECHATTES, l’un des meilleurs rôles d’Agnès Lemercier (…) Très concerté et volontairement glacé et distant. Un exercice de style efficace mais purement formel, dans lequel les personnages n’ont aucune épaisseur individuelle. Ils sont les figures d’une composition abstraite. Ambitieux esthétiquement, doté d’un casting intelligent (…). Une machinerie (…) mais qui fonctionne et fabrique une très relative profondeur. » - Francis Moury, Dictionnaire des films français pornographiques et érotiques 16 et 35 mm, Serious Publishing, 2011.



    Fiche réalisée par Stéphane Bruyère pour BDFF, 2017

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire