Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Karatékas & Co : Deux millions de fusils 
    Edmond Tiborovsky - 1973
    Achetez "Karatékas & Co : Deux millions de fusils" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean Marais dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Jean Marais 


     Jacques Hilling dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Jacques Hilling 


     Gérard Lorin dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Gérard Lorin 


     Jack Berard dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Jack Berard 


     Daniel Breton dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Daniel Breton 


     Michel Berreur dans Karatékas & Co : Deux millions de fusils
     
     
    Michel Berreur 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Karatekas and Co Deux millions de fusils Karatekas and Co Deux millions de fusils

    02  La recherche scientifique menacee 02 La recherche scientifique menacee

    03 expose de l Empereur joue par Jean Marais 03 expose de l Empereur joue par Jean Marais

    04 Jacques Hilling 04 Jacques Hilling

    05 Jean Marais et Jacques Hilling 05 Jean Marais et Jacques Hilling

    06 Gerard Lorin et Patrick Verde 06 Gerard Lorin et Patrick Verde

    07 entrainement pour Iska Kahn et Jean Pierre Marry 07 entrainement pour Iska Kahn et Jean Pierre Marry

    08 Iska Kahn ou la muraille de Chine 08 Iska Kahn ou la muraille de Chine

    09 Bernard Rousselet et Iska Kahn 09 Bernard Rousselet et Iska Kahn

    10 Jean Marais et Anna Gael 10 Jean Marais et Anna Gael

    11 les moniteurs du danger 11 les moniteurs du danger

    19 les rapides du danger 19 les rapides du danger

    20 a l assaut 20 a l assaut

    21 l Empereur en garde joue par Jean Marais 21 l Empereur en garde joue par Jean Marais

    22 coup dur joue par Iska Kahn 22 coup dur joue par Iska Kahn

    23 arrestation finale 23 arrestation finale

    24 mission accomplie pour les karatekas 24 mission accomplie pour les karatekas


    Document sans nom
    Jean Marais L'Empereur Anna Gaël Diana Bernard Rousselet Georges Iska Khan Iska Jean-Pierre Mary Filotin Jack Berard Le chef des moniteurs Michel Berreur Un moniteur Daniel Breton Un moniteur Yves Gabrielli Le veilleur de nuit Jacques Hilling Le P.D.G. Le Vigan Gilles Katz Lacaune Gérard Lorin Blomet Bruno Oppe  Un moniteur
    Document sans nom
    Karatékas & Co : Deux millions de fusils
    Edmond Tiborovsky - 1973

    Distribution :
    Jean Marais : l’Empereur
    Anna Gaël : Diana
    Bernard Rousselet : Georges
    Iska Kahn : Iska
    Jean Pierre Marry : Filotin
    et aussi :
    Jacques Hilling : PDG le Vigan
    Gérard Lorin : Blomet
    Jack Bérard : le chef des moniteurs
    Michel Berreur : un moniteur
    Daniel Breton : un moniteur
    Bruno Oppe : un moniteur
    Patrick Verde : Lambert
    Gilles Katz : Lacaune
    Marina. Falkmann : Nathalie
    Yves Gabrielli : le veilleur de nuit
    Marius. Balbino : le barman

    Karatékas & Co - 5ème épisode : Deux millions de fusils

    Réalisation: Edmond Tyborowski (1973)
    Scénario : José Rubery
    Adaptation et dialogues: Henri Viard
    Musique : José Rubery
    Direction musicale : Henri Pélissier
    Combats & cascades réglés par : Claude Carliez
    Armes & explosifs : Mac Cauvy
    Atelier de production : Claire Bonneval
    Chef de production : Lucien Bergamo
    Chef de plateau : Lucien Fallet
    Chef électricien : Henri Sarrazin
    Accessoiristes : Bertrand Pineau et Jacques Tena y Teno
    Cadrage vidéo : Alain Grazide, Jean-Jacques Ledos, Jean Wanwearbeke et Jacques Tichet Babou
    Assistants cadreurs : Paul Bocci, Jacques Defranchi et Jean Pannequin
    Décoration : Alain Maumoury et Robert Voisin
    Créatrice des costumes : Yvonne Sassino
    Costumière : M. Antoinette Dinety
    Illustration sonore : Maurice Saulnier
    Bruitage : Marcel Painvin
    Ingénieurs du son : Claude Couchouron et Michel Augeix
    Ingénieurs vision : Jean Galliou et J.M. Fadeuil
    Montage magnétoscope : Thérèse Sontag
    Ingénieur magnétoscope : Bernard Lasfargues
    Directeur de la photographie : Claude Robin
    Scripte : Colette Batifoulier
    Assistants réalisateurs : Daniel Bart et Marc Vaziaga
    Production : Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF)
    Diffusion : 27/08/1973 sur la Première Chaîne
    Durée : 74 mn

    Résumé : Cinq personnages venus de divers services se sont réunis pour former le Karatékas, agence spécialisée dans la pratique de l’activisme pacifiste. L’équipe est dirigée par L'Empereur (Jean Marais), un homme cultivé, officiellement conservateur en chef du Musée Guimet mais aussi ancien agent diplomatique spécial en Extrême-Orient. A l'occasion, l’Empereur reprend du service quand la cause lui parait bonne et cela va l'entrainer dans six aventures. Avant chaque enquête, le groupe écoute le rapport de leur chef et ensemble ils font un entrainement de karaté, car en tant que pacifistes, c'est leur seule arme pour se défendre.
    Dans ce 5ème épisode, L’Empereur des Karatékas reçoit le message suivant de la part de monsieur Le Vigan (Jacques Hilling) PDG du trust pharmaceutique ETERNITA : « Dans la nécessité de faire face à certaines éventualités de la guerre biologique, les états-majors scientifiques militaires ont mis au point des défoliants capables d’anéantir la végétation sur d’énormes espaces, les clichés secrets que je vous communique vous apporte la preuve. Mes laboratoires ont été amenés à se pencher sur ce problème, non dans le but de fabriquer le défoliant mais d’en celui de trouver une parade à ces effets et pour des raisons qui n’ont rien de militaires mais civiles en raison de l’état de diffusion de pollution qui menace les espaces verts des villes. Un de mes chercheurs qui se penchait sur le problème a été assassiné et son assassinat a été maquillé en suicide. A titre privé, je vous embauche comme simple détective …. ».
    Très vite, l’Empereur comprend que quelqu’un dans l’entourage du trust ETERNITA est responsable de cette entreprise machiavélique de la distribution d’une drogue qui tue les plantes lesquelles fabriquent l’oxygène nécessaire à la respiration des animaux et des hommes. Et pour répandre largement ce poison, ce seront les chasseurs qui, à leur insu, le feront tout en tirant sur les lapins et les merles. Il suffit de faire le calcul suivant : 5 grammes par cartouche X par 2 millions de chasseurs X par 20 dimanches de chasse X par 50 cartouches par jour de chasse et par chasseur. Cela fait 10 000 tonnes de poison /an et 20 millions d’hectares ravagés en France.
    Les karatékas n’ont pas une seule minute à perdre car dans 8 jours c’est l’ouverture de la chasse.

    Notes : Cinquième épisode de la série "Karatékas & Co", tournée avec des moyens vidéos en noir et blanc.
    L’utilisation de défoliants à des fins criminelles n’est pas qu’un scénario de téléfilm en 1973 mais hélas une réalité. Entre 1961 et 1971, l'armée américaine a déversé des tonnes d'herbicide sur le sol vietnamien. But de la manœuvre : empêcher les guérilleros Vietnamiens de se cacher dans les forêts du Sud-Vietnam, détruire leurs récoltes, mais aussi dégager les abords des installations militaires américaines et y prévenir les attaques. Selon les dernières estimations de 2,1 à 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés à ce défoliant baptisé Agent Orange.

    Denis D. D. décembre 2017

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire