Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La terre qui meurt 
    Jean Choux - 1926
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "La terre qui meurt" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Madeleine Renaud dans La terre qui meurt
     
     
    Madeleine Renaud 


     Georges Melchior dans La terre qui meurt
     
     
    Georges Melchior 


     Raymond Destac dans La terre qui meurt
     
     
    Raymond Destac 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Georges Melchior Georges Melchior

    Gilbert Dalleu et Therese Reignier Gilbert Dalleu et Therese Reignier

    Gilbert Dalleu Gilbert Dalleu

    Jean Dehelly Jean Dehelly

    Madame Gerard Madame Gerard

    Madeleine Renaud et Raymond Destac Madeleine Renaud et Raymond Destac

    Madeleine Renaud Madeleine Renaud

    Robert Thelin Robert Thelin

    Therese Reignier Therese Reignier


    Document sans nom
    Gilbert DALLEU  Toussaint Lumineau, le père Madeleine RENAUD  Roussille Lumineau Jean DEHELLY  André Lumineau Georges MELCHIOR  François Lumineau Robert THÉLIN  Mathurin Lumineau Raymond DESTAC  Jean Nesmy Thérèse REIGNIER  Eléonore Lumineau Madame GÉRARD  Félicité Gauvrit
    Document sans nom
    « La terre qui meurt », deuxième film de Jean Choux, est la première adaptation cinématographique du roman de René Bazin paru en 1899. Le film fut tourné en 1926 sur les lieux mêmes de l’action, à Sallertaine en Vendée. Madeleine Renaud y trouva son deuxième rôle au cinéma, celui de Rousille, la fille aimante du père Lumineau, et c’est un plaisir de la voir, toute jeune encore, douze ans avant sa rencontre avec Jean Grémillon qui lui donnera ses plus beaux personnages à l’écran.

    Le film, dont la version proposée aujourd’hui semble partielle, suit fidèlement l’action du roman. Dix ans plus tard, Jean Vallée en réalisera une nouvelle adaptation, parlante et en couleurs, avec Larquey dans le rôle de Toussaint Lumineau. Si l’on s’en tient à la description du personnage dans le roman – « les joues pleines, la mâchoire carrée, les yeux vifs qui disaient la santé, la force et l’habitude du commandement » - Gilbert Dalleu, l’interprète du film muet, est davantage le personnage que Pierre Larquey. A ses côtés, Georges Melchior joue le rôle de François Lumineau, le fils qui refuse d’aider son père à conserver ses terres, loin de l’image sympathique du journaliste Fandor qu’il incarnait douze ans plus tôt dans le « Fantomas » de Feuillade.

    Dans le rôle de Jean Nesmy, le fiancé de Rousille, apparaît sous son nom véritable - Raymond Gitenet – le futur Raymond Destac : sous ce pseudonyme, il tiendra le premier rôle masculin dans « La femme et le pantin » en 1929 et tournera une petite dizaine de films jusqu’à « Pontcarral, colonel d’Empire » en 1942, époque où il a adopté le nouveau pseudonyme de Tristan Sévère sous lequel il publie nombre de pièces de théâtre en collaboration avec sa femme, la comédienne Muse Dalbray. Sous ce nouveau pseudo, histoire de perturber le cinéphile moyen, on le retrouve à l’écran pour de petits rôles, entre autres dans « Le diable au corps » ou « La fête à Henriette » jusqu’en 1971 dans le feuilleton de Jean Dréville et Noël-Noël, « Le voyageur des siècles ».

    Jean-Paul Briant, Avril 2022

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire