Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La vie à l'envers 
    Alain Jessua - 1963
    Achetez "La vie à l'envers" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    1 Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Charles Denner dans La vie à l'envers
     
     
    Charles Denner 


     Jean Yanne dans La vie à l'envers
     
     
    Jean Yanne 


     Anna Gaylor dans La vie à l'envers
     
     
    Anna Gaylor 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    La vie à l'envers La vie à l'envers


    Document sans nom

    FILM à petit budget et à grandes ambitions, « La Vie à l'envers », d'Alain Jessua, plus qu'une histoire, conte l'aventure spirituelle d'un homme peu connu, Jacques Valin.
    Peu importe que notre héros soit agent immobilier, qu'il épouse par coup de tête Viviane, la covergirl qui partage sa vie sans y rien comprendre. Peu importe qu'il perde sa situation et bientôt sa femme. Au-delà de la bana1ité quotidienne, ce film pirandellien dénonce la réalité vécue. Jacques veut « rendre les objets transparents », il désire « aller au-delà des choses », selon ses propres termes. Il reprendrait volontiers à son compte la phrase de M. Teste de Paul Valéry : « Otez toute chose que j'y voie. » En fait, il applique cette maxime à la lettre puisqu'il finit par bannir de son intérieur tout le mobilier de sa chambre.
    C'est là une œuvre difficile qui réclame une grande participation du spectateur, mais aussi une œuvre passionnante par l'ambiguïté du personnage principal à qui Charles Denner prête ses traits et donne tout son talent. La réalisation est d'une grande sobriété. Les images sont d'autant plus claires que les problèmes de Jacques deviennent plus complexes.

    Un regard neuf

    Est-il fou cet homme qui quitte ses amis avant son repas de noces, qui passe un après-midi au bois de Vincennes à fixer un arbre et avoue ensuite au gardien détester les arbres ? Est-il inconscient ce mari qui reste sans réaction devant une tentative de suicide de sa femme, puis devant son départ ?
    Est-ce un simulateur celui qui, arrivé dans une clinique psychiatrique, dit en souriant : « Je les ai bien eus » ?
    Cet homme échappe en tout cas à toutes les normes. Délivré des contingences et des servitudes, il pose sur le monde un regard neuf et absent. Car, peut-être, a-t-il trouvé la seule totale liberté : la liberté du rêve.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire
     

    1 Commentaire

    dakkar

    Date : 30-01-2019 Heure : 19:50:22



    Excellent travail! Merci beaucoup.