Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Section spéciale 
    Costa-Gavras - 1975
    Achetez "Section spéciale" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Michel Lonsdale dans Section spéciale
     
     
    Michel Lonsdale 


     Pierre Dux dans Section spéciale
     
     
    Pierre Dux 


     Jacques François dans Section spéciale
     
     
    Jacques François 


     Jean Bouise dans Section spéciale
     
     
    Jean Bouise 


     Louis Seigner dans Section spéciale
     
     
    Louis Seigner 


     Roland Bertin dans Section spéciale
     
     
    Roland Bertin 


     François Maistre dans Section spéciale
     
     
    François Maistre 


     Jacques Spiesser dans Section spéciale
     
     
    Jacques Spiesser 


     Henri Serre dans Section spéciale
     
     
    Henri Serre 


     Michel Galabru dans Section spéciale
     
     
    Michel Galabru 


     Claude Piéplu dans Section spéciale
     
     
    Claude Piéplu 


     Jean Champion dans Section spéciale
     
     
    Jean Champion 


     Julien Guiomar dans Section spéciale
     
     
    Julien Guiomar 


     Maurice Teynac dans Section spéciale
     
     
    Maurice Teynac 


     Yves Robert dans Section spéciale
     
     
    Yves Robert 


     Jacques Rispal dans Section spéciale
     
     
    Jacques Rispal 


     Bruno Cremer dans Section spéciale
     
     
    Bruno Cremer 


     Jacques Perrin dans Section spéciale
     
     
    Jacques Perrin 


     Patrick Raynal dans Section spéciale
     
     
    Patrick Raynal 


     Nathalie Roussel dans Section spéciale
     
     
    Nathalie Roussel 


     Romain Bouteille dans Section spéciale
     
     
    Romain Bouteille 


     Henri Marteau dans Section spéciale
     
     
    Henri Marteau 


     Serge Marquand dans Section spéciale
     
     
    Serge Marquand 


     Maurice Baquet dans Section spéciale
     
     
    Maurice Baquet 


     Thérèse Liotard dans Section spéciale
     
     
    Thérèse Liotard 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Section spéciale Section spéciale

    Section spéciale Section spéciale

    Section spéciale Section spéciale


    Document sans nom

    Ce que je raconte toujours depuis « Z », explique Costa Gavras, ce sont les rapports de l'homme et du Pouvoir ; cela peut s'appeler aussi la politique. Ce qui retient mon attention et mon intérêt, ce sont les mécanismes inventés, mis en place par l'homme, qui échappent à son contrôle et finissent par le contrôler lui-même.

    Après « Z » et la Grèce des colonels, après « L'Aveu » et la Tchécoslovaquie stalinienne, c'est à la France de Pétain, avec « Section spéciale », qu'il consacre la troisième partie de sa trilogie sur la justice, l'arbitraire et la raison d'Etat. On lui avait souvent reproché de n'oser traiter que des sujets hors frontière ; avec la complicité de son scénariste dialoguiste, Jorge Semprun, il répond par « Section spéciale », qui se passe entre Vichy et Paris en 1941. C'est déjà de l'Histoire sans doute, mais sous laquelle couvent encore des passions.

    Une loi scélérate

    Août 1941. Le premier attentat partisan vient d'être commis contre un officier de l'armée d'occupation. Avant même que les autorités allemandes exigent des représailles, le maréchal et son ministre de l'Intérieur, Pierre Pucheu, les prennent de vitesse. Ils inventent et promulguent, toute affaire cessante, la loi d'exception la plus scélérate que puissent imaginer des Français contre des Français, au nom de la raison d'Etat. Cela permettra d'aller aisément cueillir, dans leurs cellules, des hommes déjà jugés pour des vétilles et condamnés à des peines légères, pour les envoyer à la guillotine. Pour venger la mort de l'officier, les Allemands auraient proposé ce marché à Vichy : 100 otages fusillés par eux ou 6 condamnés exécutés par les Français eux-mêmes. On n'est pas certain que ce marché ait jamais existé. Mais, du haut en bas de l'échelle, on a, à l'époque, répété cette fable et fait semblant d'y croire. C'était bien pratique pour appliquer une formule mathématique élémentaire : mieux vaut 6 que 100. D'autant plus que l'on avait fait courir le bruit, dans les hautes sphères, que les « 100 » seraient des personnalités alliées aux notables de Vichy, des magistrats, des avocats, bref de grands bourgeois tandis que les « 6 » n'étaient que des militants, des prolétaires, un journaliste communiste ; de quoi justifier leurs crimes, sans doute, aux yeux des magistrats infâmes qui acceptèrent d'envoyer ces hommes à la mort. En fait, ils n'en envoyèrent que 3. A mi-chemin, la machine s'enraya au cours des délibérations, un, deux, puis trois magistrats, indignés par la lâcheté du président, refusèrent de continuer à juger dans des conditions aussi abjectes.

    Le film retrace l'historique de la situation, l'illustre, l'éclaire, en souligne les grandes lignes de force. Le sujet était des plus arides et Costa Gavras n'a pas cherché à l'adoucir en le réduisant à une intrigue autour d'un héros. Il n'y a, ici, ni intrigue, ni héros — bon ou méchant — ni dramatisation d'aucune sorte ; il n'y a pas ce qu'on appelle une histoire, mais l'Histoire, les hommes qui l'ont faite et ceux qui l'ont subie sous le régime de Pétain, en France en 1941. Le vrai héros de « Section spéciale» c'est l'Etat et son appareil répressif nommé raison d'Etat, que le Larousse définit ainsi : « Considération de l'intérêt public justifiant une action injuste. » Le récit de Costa Gavras, de bout en bout captivant, fait penser à ces grandes émissions télévisées que nous regrettons tant : « La caméra explore le Temps ». Nous passons de la vie privée des familles de haut fonctionnaires, parquées jusque dans les salles de bains des hôtels de cures aux coulisses du gouvernement de Vichy, à la salle d'audience, puis au secret des délibérations du tribunal d'exception, tour à tour amusé, indigné, ému, scandalisé.

    La mise en scène n'échappe pas toujours à une monotonie un peu pesante, bien difficile à éviter quand la répétition se veut un argument dramatique, mais le plus souvent le film claque sec et net. A la vivacité du récit, répond le jeu des acteurs, le geste bref, le pas rapide, épousant le rythme d'une véritable course contre la montre, pour promulguer la loi, désigner les victimes, les envoyer à la mort ou tenter d'obtenir leur grâce. Tout cela avec une sorte de frénésie froide. La meilleure scène du film est peut-être ce moment de grandiose dérision où le jeune avocat arrive sous les lambris de l'Opéra de Vichy pour demander la grâce de son client tandis que le gouvernement, au grand complet, écoute, dans le recueillement, L'Ode au maréchal, de Paul Claudel. Il y a là, entre l'avocat, Jacques Perrin, le ministre, Michel Lonsdale, et le vieux garde des Sceaux, Louis Seigner, quelques échanges de regards d'une force très efficace. Il faudrait dire aussi que la démonstration de Costa Gavras ne s'arrête pas à Vichy et que son film possède valeur d'avertissement pour tous les temps contre le rouleau compresseur de la raison d'Etat. On voit qu'il s'agit d'une œuvre qui vise haut, loin, et nous concerne tous.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire