Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Moi y'en a vouloir des sous 
    Jean Yanne - 1972
    Achetez "Moi y'en a vouloir des sous" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Fernand Ledoux dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Fernand Ledoux 


     Jean Yanne dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Jean Yanne 


     Michel Serrault dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Michel Serrault 


     Bernard Blier dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Bernard Blier 


     Nicole Calfan dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Nicole Calfan 


     Jean-Roger Caussimon dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Jean-Roger Caussimon 


     André Gaillard dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    André Gaillard 


     Daniel Prévost dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Daniel Prévost 


     Jean-Marie Proslier dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Jean-Marie Proslier 


     Teddy Vrignault dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Teddy Vrignault 


     Ginette Garcin dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Ginette Garcin 


     Paul Préboist dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Paul Préboist 


     Jacques François dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Jacques François 


     Paul Mercey dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Paul Mercey 


     Marco Perrin dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Marco Perrin 


     Yvan Varco dans Moi y'en a vouloir des sous
     
     
    Yvan Varco 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Moi y'en a vouloir des sous Moi y'en a vouloir des sous


    Document sans nom

    ÇA commence par un pavé qui s'écrase sur la face d'un C.R.S. ; la visière relevée, le visage en sang, celui-ci crie : « Bobo ! ». C'est parti, le second film de Jean Yanne ne sera pas en retard d'irrespect et d'insolence sur le premier. On n'a pas oublié « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », charge sauvage d'un iconoclaste rigolard brisant avec délices les objets d'un culte qu'il avait fort bien servi : la radio publicitaire. Yanne pratique volontiers la tactique de la terre brûlée.

    Jeu de massacre

    Pour sa deuxième réalisation, il a rassemblé ses habituels complices : le scénariste Gérard Sire ; le dessinateur Tito Topin ; le compositeur Michel Magne et rechargé ses armes au vitriol mi-décapant mi-hilarant (cocktail Yanne breveté S.G.D.G.) avant d'aligner pour un tir nourri les syndicats et le patronat, les curés de choc et le M.L.F., les gaucho-caviar et les C.R.S. Ce n'est plus une charge, c'est un jeu de massacre, en rafales et réjouissant. Yanne ne manque pas de souffle et, chez lui, l'imagination a toujours été au pouvoir. Il la laisse cavaler, bride abattue, sur une idée qu'il a dû caresser comme un rêve avant d'en tirer une fable. Imaginez qu'un syndicat de gauche se mette à pratiquer les méthodes du capitalisme qu'il dénonce à grand renfort de meetings et de banderoles, il deviendrait le super P.D.G. indétrônable. -C'est la proposition que vient faire à son oncle, secrétaire général du syndicat en question, un jeune énarque en rupture de patron. Yanne lui-même endosse le rôle. Partant de là, il laisse filer la situation ; elle cascade, rebondit et ses embardées culbutent au passage tous les conformismes. A travers la logique implacable de sa gamberge onirique, Yanne retrouve le bon sens en passant par l'absurde. Il prend au pied de la lettre les revendications, les déclarations d'intention pour en faire des boomerangs. Il s'attaque à toutes les formes des Ecritures sacrées ; ni Marx ni Mao ni Matthieu ne sauraient résister à son humour corrosif. Cet affreux Jojo ne respecte rien : un coup à droite, un coup à gauche, un coup au patronat, un coup aux syndicats, un coup à l'église nouvelle et un autre au M.L.F., tout y passe, avec une sorte d'insolence naturelle, rythme de croisière et pas promenade qui permettent aux gags de fleurir et de s'épanouir à l'aise. Il y a beaucoup de gags dans « Moi y en a vouloir des sous », qui est d'abord, surtout et avant tout une énorme machine à rire. Les acteurs Bernard Blier, Jean-Roger Caussimon, Jacques François, Fernand Ledoux, Paul Préboist, Michel Serrault et Yanne lui-même sauront vous en convaincre. Pour vous mettre seulement l'eau & la bouche, je vous recommande la Square Dance, entre C.R.S. et gauchistes, et l'inauguration de la cathédrale, où le Credo et l'Internationale trouvent d'oecuméniques harmonies.

    Pessimisme profond

    Yanne ne se réclame pas de Proust, il ne cherche pas la subtilité, c'est le coup de poing. I1 nous assène en ricanant avec son pessimisme profond. Si, après avoir bien ri, un goût acre vous reste dans la bouche c'est que, sous le briseur d'Idoles, le casseur de slogans, sous l'Iconoclaste Jean Yanne, vous avez senti percer la détresse du mora1iste . Tout ce qu'il a, joyeusement, déboulonné devant vous, vous savez bien que vous en avez été, en êtes, et en serez dupes. Gauchiste, nihiliste, anarchiste, poujadiste. et fasciste, « Moi y en a vouloir des sous » est tout cela ; ce n'est pas moi qui le dit, c'est Jean Yanne lui-même et il aurait tout à fait raison s'il ajoutait encore misogyne et démagogue. Je vous l'ai dit : il ne manque pas de souffle, il est aussi rudement futé car, en déplaisant tour à tour à chacun, il finit par plaire à tout le monde, ce qui constitue la meilleur recette, si j'ose dire, pour avoir des sous. Bref, tout le monde il est bête, tout le monde il est méchant, sauf le gentil, l'intelligent Jean Yanne, qui doit se demander jusqu'où il pourra pousser la provocation et le mépris pour être à son tour, déboulonné. Il y a du suicidaire chez ce rigolo, mais son chant désespéré est le chant le plus drôle.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire