Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Flic story 
    Jacques Deray - 1975
    Achetez "Flic story" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Alain Delon dans Flic story
     
     
    Alain Delon 


     Jean-Louis Trintignant dans Flic story
     
     
    Jean-Louis Trintignant 


     Claudine Auger dans Flic story
     
     
    Claudine Auger 


     Maurice Biraud dans Flic story
     
     
    Maurice Biraud 


     André Pousse dans Flic story
     
     
    André Pousse 


     Mario David dans Flic story
     
     
    Mario David 


     Paul Crauchet dans Flic story
     
     
    Paul Crauchet 


     Denis Manuel dans Flic story
     
     
    Denis Manuel 


     Marco Perrin dans Flic story
     
     
    Marco Perrin 


     Henri Guybet dans Flic story
     
     
    Henri Guybet 


     Maurice Barrier dans Flic story
     
     
    Maurice Barrier 


     Françoise Dorner dans Flic story
     
     
    Françoise Dorner 


     William Sabatier dans Flic story
     
     
    William Sabatier 


     Frédérique Meininger dans Flic story
     
     
    Frédérique Meininger 


     Catherine Lachens dans Flic story
     
     
    Catherine Lachens 


     Christine Boisson dans Flic story
     
     
    Christine Boisson 


     Jacques Marin dans Flic story
     
     
    Jacques Marin 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Flic story Flic story

    Flic story Flic story

    Flic story Flic story


    Document sans nom

    FILM de gangster ou film policier ? Un policier et un gangster jouent à cache-cache dans « Flic Story », ce qui rend l'ouvrage plus fort, plus original, plus Intéressant que d'autres du même style, c'est qu'il s'agit d'une histoire vraie, d'une sorte de documentaire reconstitué.

    Faire revivre l'époque

    Le film est tiré du livre de souvenirs de l'inspecteur Roger Borniche qui, ayant arrêté 567 truands au cours de sa carrière à la Sûreté nationale, les connaît bien. A son tour, il s'est mis à table pour raconter minutieusement, coup par coup, l'histoire de ses trois ans de chasse à l'homme contre le tueur fou Emile Buisson. Jacques Deray a posé ses pas dans ceux de Roger Borniche et le suit fidèlement. Il fait d'abord revivre 1'époque (mode, allure, coiffures, voitures et appartements sont datés de 1947) puis il suit Borniche et ses collègues aux trousses de Buisson. Parallèlement, il suit Buisson et ses complices dans leurs planques et leurs « braquages » et brosse des paysages urbains qui vont du restaurant de luxe de Montmartre à ce bas Ménilmontant qui n'existera bientôt plus : rue Désirée, rue Gasnier-Guy, rue des Partants, rue de la Mare.

    Bien que le policier ne soit jamais armé et que le gangster tire à tort et à travers, jalonnant sa route de meurtres, la lutte est inégale : Borniche possède tout l'arsenal de la Grande Maison et sait s'en servir. Du fichier aux indicateurs, des confidences aux écoutes téléphoniques, des filatures aux interrogatoires, tout au long de la poursuite, Deray nous dévoile le mécanisme et les rouages de l'investigation policière. Accessoirement, il nous montre que les « flics » ne sont pas tous à mettre dans le même panier quand Borniche s'insurge contre les méthodes brutales d'un de ses collègues. Ils sont aussi des hommes comme les autres qui rentrent parfois le soir à la maison avec un gros dossier sous le bras, regrettant de ne pas pouvoir emmener leur femme au cinéma.

    Tout cela ne va pas sans un didactisme bien pensant, parfois un brin irritant. Surtout quand Alphonse Boudard, le dialoguiste, met par trop sa verve en veilleuse et laisse tomber de sa plume des aphorismes comme : « Orphelin à quinze ans d'un père alcoolique, ce n'est pas avec ça qu'on fait des séminaristes !... (Je cite de mémoire mais c'est l'idée), et ce revolver, « le P. 38, souvenir du Commando de France ! » O Alphonse ! Bleu-bite qui l'eût cru !

    Un train bien huilé

    A cela près, le film file bon train, bien carré, bien ficelé. La limite de Jacques Deray, c'est la suggestion. Il démontre, il expose, il explique, il ne va pas au-delà. Ainsi, quand Borniche-Delon nous confie, en final, que, pendant l'instruction, à force de rencontrer Buisson en tête à tête, il avait avec lui une sorte de complicité, il le dit, on l'entend mais on ne l'a pas ressenti ; cette complicité ne passe pas l'écran. Alain Delon en Borniche et Jean-Louis Trintignant en Buisson jouent le jeu avec conviction et pourtant, on ne peut s'empêcher d'imaginer leurs rôles intervertis rien que pour voir si le film serait tellement différent. Je ne le crois pas. Jacques Deray met sur les rails un train bien huilé et ne vise plus que le butoir d'arrivée. Seule surprise ici : le visage de Claudine Auger, vivant et vrai, à la portière.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire