Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Franz 
    Jacques Brel - 1971
    Achetez "Franz" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Barbara dans Franz
     
     
    Barbara 


     Jacques Brel dans Franz
     
     
    Jacques Brel 


     Danièle Evenou dans Franz
     
     
    Danièle Evenou 


     Serge Sauvion dans Franz
     
     
    Serge Sauvion 


     François Cadet dans Franz
     
     
    François Cadet 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Franz Franz

    Franz Franz


    Document sans nom

    LE premier film de Jacques Brel nous entraîne dans un univers qui ressemble à celui de ses chansons : des moyens d'expression aussi différents se rejoignent ainsi dans la cohérence d'une œuvre. Les lieux et les gens, sur cette plage de la mer du Nord, respirent la mesquinerie, le misérabilisme d'une certaine Belgique (celle que haïssait Baudelaire...) avec ses fêtes sinistres comme la « rigolade» ses beuveries et le cérémonial sauvage de ses combats de coqs.

    Un pauvre type

    Le héros (Brel lui-même) c'est le pauvre type, celui qui avait « apporté les bonbons », ridicule de timidité et de maladresse, victime désignée des mauvaises farces. Il s'appelle évidemment Léon, et ce Léon rencontrera sa Léonie : une Barbara décoiffée, plus aigle noir que jamais. La chronique de ces pauvres amants se déroule sur ce fond de petitesses et de déceptions... Décidément, l'attachement de Jacques Brel se confirme pour ce personnage qui semble s'abandonner à la volupté de sa niaiserie, mais qui cache, peut-être, au fond de lui, quelque secret merveilleux. Ou bien rien du tout, qui sait ? Ce Léon n'est pas un monolithe : il affirme gravement « qu'il ne faut pas rire avec la tendresse », et, l'instant d'après, « qu'il aime rigoler », ébauchant pour une Barbara de marbre la triste imitation d'un débile mental. Si ses envolées d'absolu évoquent un idéalisme de collégien, c'est peut-être qu'il est blessé d'un traumatisme ineffaçable. Quand il raconte ses faits d'armes au Katanga, le voilà soudain surexcité comme un gamin, et puis trop calme. Et nous ne saurons pas qui était, réellement, ce Franz qui donne son titre au film. On croit à un moment à une révélation, à un éclatement, et puis on revient à cette plage grise, dans une course qui n'a même pas la beauté du désespoir : tout continuera comme avant, on ne s'évade pas de chez « ces gens-là ».

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire