Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La cousine Bette 
    Yves-André Hubert - 1964
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "La cousine Bette" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Claudine Coster dans La cousine Bette
     
     
    Claudine Coster 


     Alice Sapritch dans La cousine Bette
     
     
    Alice Sapritch 


     Danièle Lebrun dans La cousine Bette
     
     
    Danièle Lebrun 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette

    La cousine Bette La cousine Bette


    Document sans nom
    Alice Sapritch la cousine Bette Jean Sobieski Wenceslas Elina Labourdette Adeline Hulot Danièle Lebrun Hortense Hulot Jacques Castelot le baron Hector Hulot Claudine Coster Valérie Marneffe Hubert de Lapparent Marneffe Jacques Monod Crevel Jean Jacques Steen le commissaire Pierval  le juge de paix François Marie le prêtre Anne Marie Rochan Mariette Louise Heylen Reine Pierre Risch le maréchal Hulot Lina Roxa la concierge Julio Carmona le brésilien Pierre Leomy Stidman André Chanal le dandy Hazel Carr Agathe Raymond Devime le premier médecin Michel Morano le deuxième médecin Claude Debord un invité Jacques Delmare un invité Jean Pierre Honoré un invité Hazel Carr la bonne Louise Heylen la bonne Jean Berger le récitant
    Document sans nom
    Adaptation fidèle pour la télévision, du roman d'Honoré de BALZAC par Jean-Louis BORY, dans une réalisation d'Yves-André HUBERT. Les répliques mises dans la bouche des personnages sont celles qu'a écrites le romancier.
    Lisbeth Fischer, la peu séduisante cousine Bette, restée demoiselle, hait sa famille qui voit pourtant en elle son ange tutélaire. Par ses machinations, utilisant la belle Valérie, elle parvient à ruiner le ménage de sa cousine Adeline et celui d'Hortense, fille d'Adeline. Elle déshonore en même temps le baron Hulot époux d'Adeline et désespère Wenceslas Steinbock, séduisant sculpteur polonais, mari d'Hortense, qu'elle avait protégé et espéré garder pour elle.
    Mots clés : adaptation télévisuelle (La cousine Bette) ; famille ; couple ; jalousie ; péché-religion (luxure) ; séduction ; adultère


    LA CRITIQUE DE GUILLAUME HANOTEAU

    Télé 7 jours N°243 du 14 novembre 1964

    Le triomphe de Balzac
    Qui donc oserait encore prétendre que la Télévision est une machine à décerveler ? Celle semaine, les ondes ont porté Balzac dans tous les foyers, et Balzac a été écouté avec passion. Je peux en témoigner.
    Au lendemain de « La Cousine Bette », Alice Sapritch a été abordée dans la rue par des centaines de spectateurs. J'élais à ses côtés. J'ai été frappé par l'intelligence, par la sensibilité des réflexions. Et, souvent, les boutades les plus pertinentes venaient des plus humbles.
    « La Cousine Bette », il est vrai, fut adaptée pour le spectacle comme jamais elle ne l'avait été auparavant. Comment, d'ailleurs, en aurait-il pu être autrement ? Jean-Louis Bory, agrégé, romancier, Prix Goncourt, n'est-il pas aussi un spécialiste de Balzac et de la littérature du XIXe siècle et un de nos plus brillants auteurs de Télévision ?
    Il était impossible de porter, en son entier, « La Cousine Bette » sur un plateau de tournage. Il aurait fallu un budget qui aurait ruiné notre O.R.T.F. pour plusieurs années. Et le résultat aurait été décevant, car une œuvre romanesque n'a pas les dimensions d'un écran.
    On devait donc choisir, écarter, couper et adopter un parti pris. Jean-Louis Bory a opté pour l'essentiel, pour le mécanisme dramatique de la vengeance. Et l'adhésion populaire lui a donné raison.
    Mais, dans l'univers du spectacle, une réussite est toujours une réussite collective. Jean-Louis Bory fut servi par une distribution en tous points excellente, et par le travail de Yves-André Hubert, qui a mené son action tambour battant, en l'entrecoupant seulement avec les songes de Bette savourant sa vengeance, ou avec les allées et venues de la cousine, courant à travers Paris afin de tisser ses intrigues.
    Quant à l'interprète principale de « La Cousine Bette », ma modestie conjugale m'empêche de vous en parler. Mais sachez que, par instants, on est fier de n'être qu'une moitié.

    Note BDFF : Guillaume Hanoteau était le mari d'Alice Sapritch.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire