Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Les biches 
    Claude Chabrol - 1967
    Achetez "Les biches" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jacqueline Sassard dans Les biches
     
     
    Jacqueline Sassard 


     Henri Attal dans Les biches
     
     
    Henri Attal 


     Jean-Louis Trintignant dans Les biches
     
     
    Jean-Louis Trintignant 


     Stephane Audran dans Les biches
     
     
    Stephane Audran 


     Dominique Zardi dans Les biches
     
     
    Dominique Zardi 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Les biches Les biches

    Les biches Les biches


    Document sans nom
    Jean-Louis Trintignant Paul Thomas Jacqueline Sassard  Why Stéphane Audran Frédérique Nane Germon Violetta Serge Bento Bookseller Henri Frances  Henri Attal Robèque Dominique Zardi Riais Claude Chabrol Filmmaker (uncredited)
    Document sans nom
    Paris : une jeune fille plaisante à regarder dessine sur le sol des biches. Une femme belle et altière la remarque. s'approche d'elle, lie conversation, la questionne, La jeune fille s'appelle Why, son interlocutrice Frédérique. Aucun préjugé n'existe pour cette dernière et elle convainc facilement Why de la suivre chez elle d'abord, puis plus loin encore.

    Saint-Tropez : Dans la propriété que possède Frédérique sur la Côte, les deux femmes coulent des jours euphoriques. Le manège de deux parasites, de deux bouffons plutôt, les dénommés Robègue et Riais, qui s'imaginent tout faire et qui ne font rien, les amuse. Un soir des amis viennent surprendre Frédérique. Parmi eux, un séduisant architecte, Paul, vers lequel Why se sent attirée. Paul répond à cet amour naissant de façon telle que la jeune fille le suit dans la nuit prête à s'offrir. C'était compter sans la vigilance jalouse de Frédérique qui commande aux parasites d'espionner le couple.

    Le lendemain, Paul voit arriver sur son chantier Frédérique, très sûre d'elle, de sa fortune et de sa beauté; Paul subit son charme et oublie le rendez-vous de Why. Celle-ci n'était qu'une passade. Frédérique sera une liaison et Paul tout naturellement s'installe dans la villa dont les deux bouffons sont exclus sans rémission. Quant à Why on lui fait assumer le rôle d'un objet charmant et délicat dont on joue au gré de sa fantaisie. Pauvre et fascinée par la richesse. Why accepte cette situation équivoque. essayant timidement, de reconquérir Paul.

    Paris : L'architecte et la grande bourgeoise y sont revenus, abandonnant Why au bord de la mer. La malheureuse n'en peut plus, elle rejoint Frédérique, qui, vraiment amoureuse de Paul, éconduit Why avec colère. Why tue sa protectrice, décroche le téléphone, appelle Paul et s'identifiant à Frédérique, engage la conversation avec lui.

    C.Chabrol n'a jamais été aussi bon que lorsque son épouse (S.Audran) incarnait un personnage de bourgeoise à deux visages... Perversion hitchcockienne ? Le talent a t'il à voir avec la libido ? (tout le monde connait la réponse) Ce film est totalement exemplaire à cet égard, un pur prétexte pour mettre en situation l'actrice, dans un de ses personnages les plus troubles. Ce personnage de Frédérique est d'ailleurs à comparer avec ceux de "Sans mobile apparent" (Labro) ou "Les saisons du plaisir" (Mocky), où l'actrice fut descendue sans ménagement de son équivoque piédestal chabrolien...

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire