Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Coup de foudre 
    Robert Enrico - 1976
    Achetez "Coup de foudre" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Catherine Deneuve dans Coup de foudre
     
     
    Catherine Deneuve 


     Philippe Noiret dans Coup de foudre
     
     
    Philippe Noiret 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Coup de foudre Coup de foudre


    Document sans nom

    Document sans nom
    En 1976, Robert Enrico retrouve Philippe Noiret, après les succès du Secret et du Vieux Fusil. Toujours en collaboration avec Pascal Jardin, il a écrit le scénario de Coup de Foudre, un film romantique. Le casting est royal, puisque Noiret donne la réplique à Catherine Deneuve (sa partenaire dans La Vie de Château et Touche pas à la femme blanche) et Sam Waterston (Gatsby le Magnifique). La musique est confiée à Serge Gainsbourg.

    L’histoire se déroule dans l’aristocratie française de 1914. Deux cousins, Ladislas (Noiret) et Michael (Waterston), sont amoureux de Flora (Deneuve), qu’ils protègent d’éventuels prétendants. Ce jeu à trois est perturbé par la déclaration de guerre. Ladislas et Michael sont mobilisés dans l’aviation, l’un en France, l’autre en Allemagne. Elle leur fait promettre de fêter chaque Noël avec elle chez Maxim’s. Seul Ladislas assiste au premier réveillon, pour s’entendre dire par Flora qu’elle n’épousera pas le survivant si l’un d’eux meurt sur le champ de bataille. L’année suivante, Ladislas atterrit avec son biplan sur la place de la Concorde. Il retrouve Flora et Michael, qui vient de s’évader d’un camp de prisonniers. Reconnu par des clients de l’établissement, il est obligé de fuir. Ladislas l’emmène dans son avion mais au moment du décollage, soldats et policiers leur tirent dessus. Flora accourt vers le brasier, désespérée…

    «C’était une histoire extrêmement conventionnelle et c’était pour cela qu’elle me plaisait beaucoup» raconte Philippe Noiret. «Et c’est le genre d’histoire qui a fait que des tas de gens ont aimé le cinéma. En plus, cela tombait au moment même où l’on assistait à un renouveau du film romanesque car les gens ont envie d’être émus par des histoires et des personnages… Alors on ne peut pas gloser sur les succès éventuels d’un film qui ne s’est pas fait, mais je suis à peu près sûr que ça aurait marché. C’était une histoire très classique qu’on avait l’impression d’avoir vue mille fois et de n’avoir pas vue. C’était aussi la peinture de la fin d’une époque – révolue à la guerre de 14 – avec des familles qui n’avaient pas le sentiment d’appartenir à une nation».

    Coup de Foudre est une coproduction franco-italo-allemande. Pendant la préparation du film, la lire se dévalue et les financiers transalpins se retirent du projet. C’est ensuite au tour des Allemands de faire faux bond. Le producteur Pierre Caro obtient des Artistes Associés une somme importante, mais qui ne lui sera versée qu’une fois le film terminé. Sans coproducteurs, Caro décide tout de même de faire débuter le tournage le 28 mars 1977. Autour du trio principal se trouvent Charles Vanel (Le Salaire de la Peur), Jean Bouise (Le Vieux Fusil), Renée Favre, Albert Simono et Jean Reney. Robert Enrico tourne à l’hôtel d’Orsay, rue de Lille, une scène d’hôpital, où Catherine Deneuve travaille comme infirmière. L’équipe se déplace ensuite sur le terrain d’aviation de la Ferté Allais. Flora apporte à Ladislas des fourrures collectées auprès de riches dames pour réchauffer les aviateurs, alors que débute une attaque allemande.

    «Coup de Foudre s’est arrêté un lundi matin après une semaine de tournage», se souvient Enrico. «Dès le vendredi soir, techniciens et acteurs avaient découvert qu’ils n’étaient pas payés. Peu de temps après l’annonce de l’arrêt du tournage, des producteurs sont venus voir Noiret et lui ont aussitôt proposé un contrat pour un autre film. Coup de Foudre a été repris quinze jours après par (le producteur) Robert Dorffman. Tout le monde était conscient qu’il fallait sauver le film : en mettant tous nos cachets en participation, on a considérablement réduit le budget du film. On est allé voir la télé et la SFP mais l’affaire a capoté après un refus de l’organisme de prêt bancaire, l’UFIC. Parmi ceux qui ont voté contre, j’ai eu la joie de découvrir les gens qui avaient proposé un contrat à Noiret…».

    L’expérience est douloureuse pour tous les participants. «Coup de Foudre est un film que j’ai volontairement et le plus vigoureusement possible rayé et gommé de ma conscience car j’ai été très touché et blessé par cette affaire» déclare Philippe Noiret en 1979. Quant à Catherine Deneuve, elle reste un an sans tourner. Les deux acteurs se retrouveront à plusieurs reprises (L’Africain, Fort Saganne), tandis que Noiret sera dirigé par Robert Enrico dans Pile ou Face en 1980.

    Philippe Lombard



    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire