Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Destins 
    Pierre Cardinal - 1965
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Destins" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Alice Sapritch dans Destins
     
     
    Alice Sapritch 


     Jean-François Poron dans Destins
     
     
    Jean-François Poron 


     Régine Blaess dans Destins
     
     
    Régine Blaess 


     Hélène Tossy dans Destins
     
     
    Hélène Tossy 


     Jeanne Perez dans Destins
     
     
    Jeanne Perez 


     Anne Carrère dans Destins
     
     
    Anne Carrère 


     Henri Crémieux dans Destins
     
     
    Henri Crémieux 


     Philippe Richard dans Destins
     
     
    Philippe Richard 


     Bernard Dhéran dans Destins
     
     
    Bernard Dhéran 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Destins de Francois Mauriac Destins de Francois Mauriac

    Destins de Francois Mauriac Destins de Francois Mauriac

    Destins de Francois Mauriac Destins de Francois Mauriac

    Destins de Francois Mauriac Destins de Francois Mauriac

    Alice Sapritch Alice Sapritch

    Jean Francois Poron Jean Francois Poron

    Jean Francois Poron Jean Francois Poron

    Jean Francois Poron Jean Francois Poron

    Jean Francois Poron Jean Francois Poron

    Regine Blaess Regine Blaess

    Regine Blaess Regine Blaess

    Regine Blaess et Jean Francois Poron Regine Blaess et Jean Francois Poron


    Document sans nom
    Alice Sapritch ELISABETH GORNAC Régine Blaess PAULE DE LA SESQUE Hélène Tossy MME LAGAVE Jeanne Perez MARIA LAGAVE Anne Carrère LA PRINCESSE Renée Cosima L'AMIE Jean François Poron BOB LAGAVE Robert Tzakiri PIERRE GORNAC Henri Cremieux M. LAGAVE Philippe Richard LE PERE GORNAC Bernard Dhéran ALAIN
    Document sans nom
    Résumé : En 1925, dans une belle propriété en Gironde et dans un intérieur petit-bourgeois à Paris. Cette oeuvre reprend les thèmes chers à Mauriac :rapports entre mère et fils et notion de péché.
    Avec quelques mots maladroits, un être plein de bonne volonté peut bouleverser le destin d'autres êtres : celui de deux jeunes gens qui s'aiment, celui d'une femme vieillissante qui a toujours vécu en marge du réel et dont un drame éteindra la fugitive lueur de chaleur humaine.

    Mots clés : Gironde ; Paris ; rapports humains (MERE-FILS) ; amour ; femme (VIEILLISSANTE) ; couple (JEUNES GENS QUI S'AIMENT) ; pêche

    Télé 7 jours N°272 :

    Destins : le triomphe d'une adaptation par GUILLAUME HANOTEAU

    Sans rien dévoiler de ma vie privée, je ne surprendrai pas en disant que j'ai beaucoup entendu parler de « Destins » ces temps derniers.
    Mais ce n'était pas une révélation. J'avais déjà, il y a de longues années de cela, lu ce roman de François Mauriac, et je l'avais aimé.
    Certains ont fait la petite bouche devant cette œuvre de début. Fichtre ! Nous leur conseillons d'en faire autant et, s'ils y parviennent, nous serons moins inquiet pour leur avenir littéraire.
    J'ai retrouvé « Destins » sur mon écran tel que je l'avais quitté sur le papier. C'est là certainement une des meilleures adaptations que nous ayons vues à la Télévision. Le mérite en revient au Prix Goncourt Jean-Louis Curtis, qui sut respecter le sens profond de l'histoire tout en la métamorphosant en une œuvre dramatique.
    Comme il a bien traduit cette tragédie de l'injustice humaine, ces bons que l'on ne parvient pas à aimer malgré toute leur valeur, et ces méchants que l'on chérit en dépit ou à cause de leur faiblesse.
    Pierre Cardinal, il est vrai, l'a puissamment aidé en recréant autour du drame la vie provinciale des années 1925. Le moindre détail était juste et nous avons cru ressentir jusqu'à la fraîcheur des chais.
    Nous avons peut-être moins aimé l'invasion de la vie au milieu de cette propriété girondine. Ces mondains étaient trop bruyants. Dans un certain milieu, les rosseries se chuchotent et ne se crient pas.
    Mais, en dehors de cette légère imperfection, quelle réussite dans le choix de la distribution ! Philippe Richard, le vieux Monsieur Cornac, Jeanne Pérez, une Maria que l'on aurait juré Girondine de toujours, Hélène Tossi et Henri Crémieux, le couple Lagave.
    Il n'est pas aisé d'être, sur le plateau, une jeune fille. Et c'est une jeune fille de 1925 ! Les conventions vous guettent. Régine Blaess les a déjouées en créant un personnage pur et pourtant sans mièvrerie. Jean-François Poron fut admirable lorsqu'au cours de la scène de Pierre, les larmes lui montèrent aux yeux.
    Qu'y a-t-il de plus difficile à réussir pour un acteur, qu'émouvoir en jouant un rôle antipathique. Robert Tzakiri y est parvenu. Pris par l'action, nous avons détesté ce Pierre phraseur, trop sûr de sa morale. Et puis, quand il posa sa tête sur les genoux de sa mère, quand il ne reçut d'elle qu'une caresse distraite, quand nous le sentîmes privé même de cette affection, nous eûmes pitié. Robert Tzakiri est un jeune mais déjà grand comédien.
    Pour juger Alice Sapritch, je me récuserai en invoquant l'excuse matrimoniale. Mais, cependant, la pudeur conjugale n'interdit pas la représentation. Je céderai donc la parole à une voix beaucoup plus autorisée que la mienne, à François Mauriac qui a écrit dans «Les Nouvelles Littéraires » : « J'étais venu avec appréhension à cette projection, car, quoique j'admire beaucoup Alice Sapritch, qui interprète le rôle d'Elisabeth Gornac. j'avais dans l'idée qu'elle n'était pas faite pour ce rôle. Je ne la voyais absolument pas dans cette dame mûre du Sud-Ouest de cette époque. Elle me paraissait d'une autre race, d'une autre espèce. Eh bien ! c'est là qu'une actrice montre ce qu'elle peut faire. Elle est devenue vraiment cette femme-là, cette bourgeoise d'il y a quarante ans, elle l'est devenue et elle l'est, à la fin tout particulièrement, d'une façon que j'ai trouvé bouleversante. »

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire