Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Jeu
  • Le triporteur 
    Jacques Pinoteau - 1957
    Achetez "Le triporteur" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Darry Cowl dans Le triporteur
     
     
    Darry Cowl 


     Béatrice Altariba dans Le triporteur
     
     
    Béatrice Altariba 


     Pierre Mondy dans Le triporteur
     
     
    Pierre Mondy 


     Roger Carel dans Le triporteur
     
     
    Roger Carel 


     Pierre Doris dans Le triporteur
     
     
    Pierre Doris 


     Mario David dans Le triporteur
     
     
    Mario David 


     Grégoire Aslan dans Le triporteur
     
     
    Grégoire Aslan 


     Jean-Claude Brialy dans Le triporteur
     
     
    Jean-Claude Brialy 


     Christiane Muller dans Le triporteur
     
     
    Christiane Muller 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Le triporteur Le triporteur

    Le triporteur Le triporteur


    Document sans nom
     
    Document sans nom
    LE TRIPORTEUR

    UN FILM DE JACK PINOTEAU (1957) d'après le roman de René Fallet
    Adaptation de Jacques Vilfrid, Jack Pinoteau et Jean Aurel
    Dialogues de Jacques Vilfrid Musique de Michel Legrand

    Antoine ............................ Darry COWL
    Popeline.................... Béatrice ALTARIBA
    Jean-Claude ................ Jean-Claude BRIALY
    Un gendarme .................... Pierre MONDY
    Mouillefarine .................... Grégoire ASLAN
    Le Paysan ........................ Roger CAREL
    Le speaker .................. Maurice GARDETT
    Dabek ......................... Mario DAVID
    Le dirigeant .................... Robert ARNOUX
    Marceline .................... Christiane MULLER
    Le soigneur .................... Alain BOUVETTE
    Boulet de Canon .................. Bob INGARAO

    L'EPOQUE ET LE LIEU En 1957, dans le Midi de la France.

    LE THEME Le livreur d'un pâtissier entreprend une randonnée en triporteur pour assister, à Nice, à un match de football où se produit l'équipe de son village. Ce voyage, semé d'incidents cocasses, donne naturellement prétexte à de nombreux gags. Si la réalisation est un peu trop sage et appliquée, la présence de Darry Cowl a introduit, dans le cinéma français un style d'interprétation tout à fait nouveau. Ce film est, pour lui, un véritable récital.

    LE DEBUT A Vauxbrelles, un village du Midi, Antoine est garçon livreur du boulanger-pâtissier Mouillefarine. Ce n'est pas un métier qui l'enthousiasme. Il s'intéresse davantage au football. Il est le supporter fanatique de l'équipe du village. Justement, celle-ci dispute un match de qualification pour la finale de la Coupe. Tout le village y assiste et applaudit les performances du gardien de but Dabek. Antoine, chargé de livrer une pièce montée avec son triporteur, est tout occupé du match. La pièce montée connaît un sort malheureux et Antoine démolit à moitié la boutique de Mouillefarine qui, furieux, le renvoie. Or, l'équipe locale a gagné et doit se rendre à Nice pour disputer la finale de la Coupe de football. Antoine, qui se trouve maintenant libre, monte sur son triporteur et prend la route pour aller assister à ce match sensationnel...

    A NOTER Au cours d'une séquence de ce film, un trucage prête la voix de Pierre Fresnay à Darry Cowl, lorsque ce dernier, réparant son triporteur, parodie une intervention chirurgicale directement inspirée par « Un grand patron ».



    Document sans nom

    Article de presse , 1970 :

    En 15 ans, René Darricau, devenu Darry Cowl, a tourné 83 films.

    A quarante-cinq ans, Darry Cowl (quatre-vingt-trois films en quinze ans) déclare : « Je commence, maintenant, à prendre mon métier de comédien au sérieux. Si mon prochain film n'est pas bon, c'est que je ne suis pas fait du tout pour ça : j'entrerai alors dans la menuiserie.»

    Darry Cowl qui revient de vacances, bronzé, l'œil vif, plus dynamique que jamais, tournera ce quatre-vingt-quatrième film en septembre. Il ne veut pas en parler : « On n'a pas encore signé, explique-t-il. Je viens seulement de rencontrer le producteur et le metteur en scène. Ça ne serait pas honnête vis-à-vis d'eux. Mais ce sera un film psychologique très chouette. »
    « Le Triporteur », tourné en 1957, était le premier film dont Darry, né René Darricau, à Vittel, devait obtenir la vedette. Il avait, pourtant déjà joué dans une bonne trentaine dont « Assassins et voleurs », de Sacha Guitry, « Cette sacrée gamine », de Michel Boisrond, avec la future célèbre Brigitte Bardot, «Sois belle et tais-toi », de Marc Allégret, « Le Naïf aux quarante enfants », « A pied, à cheval, en voiture »...

    Avec Sacha Guitry

    Aujourd'hui, treize ans après « Le Triporteur » et cette période où il tournait facilement dix à quinze films par an, Darry Cowl n'aime pas évoquer son passé de comique zozoteur et bégayeur. « Je faisais n'importe quoi, reconnaît-il, j'arrivais, je bafouillais un texte et je repartais. Je ne me souviens même plus de tous les rôles que j'ai pu jouer alors. Il me reste à peine le souvenir d'avoir massacré ce qui aurait pu être un très joli film de Carlo Rim, « Le Petit Prof ». J'aurais pu faire un très bon film, mais je traversais une période difficile, ça n'allait pas du tout... » Son travail avec Sacha Guitry, dans « Assassins et voleurs », lui rappelle des heures plus agréables : « Mon rôle était celui d'un témoin qui se trompe de salle au Palais de justice. Il tombe dans une affaire de pommes de terre. A peine arrivé, je devais lancer mon texte d'un trait : Guitry voulait tourner la scène en un seul plan. Il me donna quatre pages écrites très serrées, le tout à apprendre pour le lendemain. Quand j'ai vu ça, j'ai pensé « Impossible ! On ne peut pas dire du Guitry comme ça, c'est très « à dire », le Guitry, il exige une autre voix et une autre diction que la mienne. » Alors, je lui ai dit : « Si ça ne vous ennuie pas, Maître, je voudrais simplifier un peu mon dialogue. » Il m'a tout de suite donné son accord. Le lendemain, sur le plateau, on a joué à pile ou face pour savoir quelle version de la scène on allait d'abord tourner, la sienne ou la mienne.

    Darry, chef d'orchestre

    On a commencé par la mienne. J'ai dit le texte à ma façon, je m'étais préparé des points de repère. Il a dit : « C'est bon » et a décidé qu'il était inutile de retourner la scène. Avant de devenir comédien, Darry Cowl était musicien. Premier prix d'harmonie, de fugue et de composition. A vingt ans, il accompagnait Bourvil. « C'était au Canada, on faisait une tournée de musichall. Je dirigeais un orchestre de trente-cinq musiciens dans la seconde partie. Tous les soirs, pendant trente jours, Bourvil me faisait rire. » Ici, Darry Cowl énumère les acteurs comiques qu'il admire et qu'il aime : Danny Kaye, Laurel et Hardy, Raimu... A ce nom, il s'arrête pour préciser : « Evidemment, Raimu n'était pas vraiment un comique, pas plus que Charlot, mais quelle force ! » Fernandel aussi parvient à dérider Darry Cowl qui, lui, ressemble plus à un jeune agrégé d'université qu'à un acteur comique. « J'ai tourné avec Poiret et Serrault, avec Galabru et avec Fernandel dans « Le Roi Dagobert ».

    Sans dormir

    Darry Cowl se rappelle très bien le tournage du «Triporteur». «On tournait du côté de Grasse. Je jouais toutes les nuits au Monopoly avec Francis Blanche, qui a une maison à Eze-Village. J'ai tourné ce film sans avoir pratiquement dormi. Comme c'est le seul qui ait vraiment marché, conclut-il, je me demande si j'ai intérêt à dormir... »

    Jack Pinoteau : un film avec Louis de Funès

    Le Triporteur n'est pas le premier film que Jack Pinoteau ait tourné avec Darry Cowl. Ils avaient déjà fait ensemble, en 1958, « L'Ami de la famille » qui, par parenthèse, nous avait révélé Jean-Claude Brialy. Depuis quelques années déjà, Jack Pinoteau (notre photo) n'avait qu'une idée en tête : sortir le cinéma français d'un certain comique périmé, paysan ou autre, pour aller vers le burlesque et le comique absurde. Or, Darry Cowl possédait, selon lui, cette décontraction, insolente et poétique, cette logique à rebours, cette poésie du contraste que l'on trouve chez W.C. Fields, les Marx et les Ritz Brothers. Ainsi la parodie « chirurgicale » du « Triporteur » est devenue un classique de la cinémathèque. Peu de temps après le tournage du « Triporteur », une grave maladie obligea Jack Pinoteau à quitter les studios pour le sana. Il ne revint que quatre ans plus tard à ce cinéma qui est. pour lui, une affaire de famille. Car son père, Lucien Pinoteau, fut, au début du siècle, le régisseur du premier « film d'art » : « L'Assassinat du duc de Guise ». Et son frère, Claude, est le plus proche collaborateur de Lelouch. Après la série des « Globe-trotters », qu'il a tournée avec Claude Boissol, Jack Pinoteau a réalisé, pour la TV, six films avec Fernandel que nous verrons à la rentrée. Actuellement, il achève « Polly à Venise », une série de treize émissions de trente minutes qui, sur un scénario de Cécile Aubry, nous révéleront le jeune Thierry Missud (huit ans). Jack Pinoteau va enfin tenter, avec Louis de Funès de renouveler le comique cinématographique.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire