Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • HISTOIRES A DORMIR DEBOUT 
    Daniel Delieutraz - 1985
    Achetez "HISTOIRES A DORMIR DEBOUT" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Gérard Barray dans HISTOIRES A DORMIR DEBOUT
     
     
    Gérard Barray 


     Eléonore Hirt dans HISTOIRES A DORMIR DEBOUT
     
     
    Eléonore Hirt 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    HISTOIRES A DORMIR DEBOUT HISTOIRES A DORMIR DEBOUT


    Document sans nom
    Frédéric DARD L’auteur Gérard BARRAY Don Giovanni Séverine BUJARD la femme de sa vie… Eléonore HIRT sa tante
    Document sans nom
    Nous sommes dans le bar d’un grand hôtel. Un homme est en train de penser tout haut. C’est un écrivain (Frédéric Dard). Il a repéré, accoudé au bar, une homme seul (Gérard Barray) , qui boit et qui fume…Certainement un habitué. Plutôt séduisant, l’homme paraît désabusé …

    Ses poumons et son foie doivent être en piteux état ! C’est sûr !

    L’auteur s'approche et échange quelques propos avec cet homme qu’il appelle déjà “Don Giovanni” dans son imagination ; il va en faire le personnage central d’une de ses histoires en lui faisant perdre un peu de sa superbe.

    D’abord, ce Dom Juan va être rongé de l’intérieur par “la bête” . Il va se faire teindre en blond, traîner son ennui dans les soirées, ne plus avoir envie de rien, au point de ne plus se lever et de ne plus se nourrir.

    Son coiffeur le teint en brun en lui assurant qu’il va rajeunir de 10 ans ! Et finalement, ce sera même de 15 ans … Notre séducteur se sent rajeunir, reprend goût à la vie et, le plus beau, n’a plus de tâche au poumon ! Mieux ! Il semblerait qu’il n’en ait jamais eue…L’auteur décide de lui mettre une jolie femme dans ses bras. Il lui choisit une belle brune frisée pour une aventure, mais lui réserve la femme de sa vie, pour après, pour le grand amour ! (Séverine Bujard).

    Don Giovanni est en pleine forme, monte à cheval, est amoureux et emmène sa bien-aimée à Damas …Pourquoi pas Damas ?

    Là-bas, malheureusement, il envoie au tapis un homme qui se montrait indélicat envers sa compagne. Manque de chance, c’est un policier… ! Le voilà condamné à 6 mois de prison … Derrière les barreaux, il rechute, la « vilaine bête » revient …ses cheveux blanchissent…Il est vieux ! Rapatrié dans son pays, il supplie qu’on lui teigne les cheveux !

    « Quand tu iras mieux, promis ! » lui répond sa tante (Eléonore Hirt) …C’est le serpent qui se mord la queue …Pour aller mieux, il faut qu’il se fasse teindre les cheveux…

    Une histoire à dormir debout n’est-ce pas ?



    Commentaires

    Ce petit conte à l’humour décalé, reprend un peu le thème de Faust en jouant sur l’éternel problème de l’âge mûr qui voudrait retrouver sa jeunesse.

    Ce qui rend l’intrigue attrayante, c’est qu’elle nous est racontée comme une histoire où les personnages réels évoluent dans des décors dessinés…

    Un court métrage surprenant et réussi où l’on a plaisir à retrouver deux grands amis dans la vie, Frédéric Dard et son regard si bleu, et Gérard Barray qui semble s’être prêté avec beaucoup de plaisir à cette fantaisie tragi-comique, aux accents doux-amers.

    Gérard Barray: « La technique de tournage était très particulière: nous tournions dans des décors pratiquement vides, peints en bleu. On passait le résultat dans ce qui s´appelle, si je me souviens bien une "blue box" et on rajoutait les décors dessinés. Il était, je pense très compliqué de faire coïncider tous les éléments... »

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire