Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • L'une chante, l'autre pas 
    Agnès Varda - 1977
    Achetez "L'une chante, l'autre pas" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Thérèse Liotard dans L'une chante, l'autre pas
     
     
    Thérèse Liotard 


     Valérie Mairesse dans L'une chante, l'autre pas
     
     
    Valérie Mairesse 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    L'une chante, l'autre pas L'une chante, l'autre pas


    Document sans nom

    CELLE qui chante, qui n'arrête pas de chanter, c'est Pauline (Valérie Mairesse), la pétulante, la révoltée. Etudiante en rupture de famille, en 1962, Pauline rencontre Suzanne (Thérèse Liotard). Suzanne ne chante pas, elle est plus douce, plus secrète, résignée en apparence. A vingt-deux ans, elle a deux enfants sur les bras et un troisième s'annonce. Le père, photographe dépressif et désespérant, songe déjà au suicide. Tomberons-nous dans le misérabilisme ? En s'écriant comiquement "Quel mélo !", Suzanne évite cet écueil. Cinéaste ironique et tendre, Agnès Varda sait prendre ses distances, ménager l'émotion et le sourire.

    Images précises

    Dix ans plus tard. Suzanne retrouve Pauline, devenue "Pomme" au procès de Bobigny, parmi les femmes qui manifestent pour la liberté de l'avortement. Pomme chante toujours, des refrains féministes désormais, et bientôt son fiancé iranien l'emmène dans son pays. Suzanne, après un dur retour à la terre paternelle, est responsable du planning familial à Hyères. Les deux amies se quittent à nouveau, s'écrivent des centaines de cartes postales avant de se retrouver encore... En images précises et belles, Agnès Varda nous conte longuement l'histoire entrecroisée de ces deux vies de femmes. Cela commence très bien, sur ce ton insolite qui n'appartient qu'à elle... Pour l'époque « moderne », elle s'attache à définir soigneusement l'arrière-plan des années 70 : celui des luttes féministes, de leurs difficultés et de leurs victoires. Etrangement, le propos du film s'apparente dès lors au pléonasme. Cinéaste à part entière depuis plus de vingt ans, Agnès Varda n'avait guère besoin, pour nous convaincre de la justesse de ce combat, de joindre sa voix à ce concert enthousiaste et parfois naïf. L'impression qui en reste est celle d'un certain ressassement sur un thème à l'ordre du jour, d'une certaine banalité s'il n'y avait sa chaleureuse humanité.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire