Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • L'assassin a peur la nuit 
    Jean Delannoy - 1942
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "L'assassin a peur la nuit" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Jean Chevrier dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Jean Chevrier 


     Mireille Balin dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Mireille Balin 


     Louise Carletti dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Louise Carletti 


     Henri Guisol dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Henri Guisol 


     Gilbert Gil dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Gilbert Gil 


     Jules Berry dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Jules Berry 


     Georges Lannes dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Georges Lannes 


     Lucien Callamand dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Lucien Callamand 


     Pierrette Caillol dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Pierrette Caillol 


     Jean Gaven dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Jean Gaven 


     Jacques Tarride dans L'assassin a peur la nuit
     
     
    Jacques Tarride 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Balin et Chevrier Balin et Chevrier

    Balin joue Lola Gracieuse Balin joue Lola Gracieuse

    Charlotte Classis Charlotte Classis

    Georges Lannes et Lucien Callamand Georges Lannes et Lucien Callamand

    Georges Lannes et Maurice Tricard Georges Lannes et Maurice Tricard

    Georges Lannes Georges Lannes

    Gilbert Gil et Alexandre Fabry Gilbert Gil et Alexandre Fabry

    Gilbert Gil et Jean Chevrier Gilbert Gil et Jean Chevrier

    Gilbert Gil et Louise Carletti Gilbert Gil et Louise Carletti

    Gisele Alcee Gisele Alcee

    Guisol fait un casse Guisol fait un casse

    Henri Guisol et Georges Yvon Henri Guisol et Georges Yvon

    Henri Guisol et Pierrette Caillol Henri Guisol et Pierrette Caillol

    Henri Guisol Henri Guisol

    Jacques Tarride et Jean Chevrier Jacques Tarride et Jean Chevrier

    Jacques Tarride Jacques Tarride

    Jean Chevrier et Louise Carletti Jean Chevrier et Louise Carletti

    Jean Chevrier Jean Chevrier

    Jean Gaven et Gilbert Gil Jean Gaven et Gilbert Gil

    Jules Berry et Mireille Balin Jules Berry et Mireille Balin

    Jules Berry Jules Berry

    Louise Carletti et Charlotte Classis Louise Carletti et Charlotte Classis

    Louise Carletti et Gilbert Gil Louise Carletti et Gilbert Gil

    Louise Carletti Louise Carletti

    Mireille Balin et Georges Lannes Mireille Balin et Georges Lannes

    Mireille Balin et Jean Chevrier Mireille Balin et Jean Chevrier

    Mireille Balin Mireille Balin

    Roland Pegurier Roland Pegurier


    Document sans nom
    Jean CHEVRIER  Olivier Roi Mireille BALIN  Lola Gracieuse Louise CARLETTI  Monique Henri GUISOL  Maurice Gilbert GIL  Gilbert Jules BERRY  Jérôme Georges LANNES  Inspecteur Paluaud Charlotte CLASSIS  la grand-mère Alexandre FABRY  Père Toine Lucien CALLAMAND  le directeur du Petit Brummel Pierrette CAILLOL  Emilienne Roland PEGURIER  Pierrot Jean GAVEN  Louis, ami de Gilbert Jacques TARRIDE  Joseph Gisèle ALCEE  Juliette Maurice TRICARD  le veilleur de nuit Georges YVON  un ouvrier Maud SAINTANGE       
    Document sans nom
    Après « Les disparus de Saint-Agil » et « L’assassinat du Père Noël », « L’assassin a peur la nuit » est la troisième adaptation au cinéma d’un roman de Pierre Véry, cette fois sans la dimension onirique qui faisait le prix des deux films de Christian-Jaque. L’intrigue est avant tout policière.

    Le beau titre du film ne tient ses promesses que dans la dernière demi-heure. En effet l’action commence par le casse d’un magasin parisien, « Le Petit Brummel », commis par Olivier Roi, un brave gars qui a mal tourné, et son complice Maurice. Olivier quitte sa maîtresse Lola Gracieuse – de son vrai nom Marie Alphonsine Gratien ! – pour échapper à l’enquête du Commissaire Paluaud. Lola subit la pression de Jérôme, antiquaire douteux et recéleur notoire, qui voudrait qu’elle soit sa maîtresse. En Provence, Olivier se lie avec Gilbert qui le fait engager sur un chantier. La sœur de Gilbert, Monique, une jeune fille naïve, tombe amoureuse d’Olivier…

    La dimension policière du film n’est pas omniprésente : à la séquence du casse succède l’intermède provençal où l’histoire d’amour naissante entre Olivier et Monique devient primordiale de même que le personnage de Gilbert qui rêve de voyages et d’aventures. Le retour à Paris met en avant le personnage maléfique de Jules Berry, détestable à souhait au point de devenir la victime idéale du meurtre suggéré par le titre ; on regrette que son rôle se limite à trois scènes. L’interprète principal, Jean Chevrier, est convaincant et bien entouré, en particulier par Henri Guisol, très amusant dès la première séquence en cambrioleur du genre trouillard.

    Alors âgée de trente-et-un ans, Mireille Balin est d’une grande beauté ; en 1942, elle fut à l’affiche de cinq films mais c’était quasiment la fin de son parcours cinématographique… A l’inverse, Jacqueline Audry, ici assistante du metteur en scène, était à l’aube de sa carrière de cinéaste.

    Le film n’a certes pas l’ambition de certains films ultérieurs de Delannoy, de « L’éternel retour » à « La symphonie pastorale » ; plus modeste, il a pourtant mieux vieilli.

    Jean-Paul Briant, Mars 2021


    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire