Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Le beaujolais nouveau est arrivé 
    Jean-Luc Voulfow - 1978
    Achetez "Le beaujolais nouveau est arrivé" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean Carmet dans Le beaujolais nouveau est arrivé
     
     
    Jean Carmet 


     Michel Galabru dans Le beaujolais nouveau est arrivé
     
     
    Michel Galabru 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Le beaujolais nouveau est arrivé Le beaujolais nouveau est arrivé


    Document sans nom

    AU fond d'une banlieue pluvieuse et boueuse, cernée par les tours de béton et d'acier, comment pourrait-on oublier la misère et la grisaille s'il n'y avait cet élixir magique, le beaujolais nouveau? Dans un bistrot comme on n'en fait plus, ultime refuge de chaleur humaine, Jean Carmet émerveille le cercle des habitués hébétés en vantant les mérites du divin breuvage, leur expliquant doctement comment le raisin, en ce pays de Cocagne, mûrit doucement grâce au « soleil du matin ».

    Tragique accident

    Cette année, catastrophe! Le beaujolais nouveau n'est pas arrivé. La cargaison du bistrot s'est répandue sur la chaussée du périphérique à la suite d'un tragique accident... Heureusement, il reste une planche de salut : Carmet est au mieux avec une comtesse de là-bas, propriétaire d'un cru miraculeux. Son vieux coq sur l'épaule, il prend la route, flanqué de son ami arabe Kamel et du « capitaine » Galabru. Les trois compagnons vont vivre des aventures épiques à la recherche du beaujolais, tels des Chevaliers de la Table Ronde en quête du Graal. Ils ne le boiront jamais, ils ne pourront qu'en imaginer le bouquet fruité et la « jolie jupe », mais avec quel lyrisme! René Fallet, auteur du roman adapté par le jeune cinéaste Jean-Luc Voulfow, n'a pas dû se forcer pour chanter les délices du beaujolais, et sans doute a-t-il pensé à son ami Jean Carmet quand il a créé le personnage de Camadule, amoureux des petits vins de pays, cycliste émérite et détenteur du certificat d'études. Ce Camadule n'est pas un vulgaire mythomane, c'est un poète, un savoureux conteur. Avec lui, Jean Carmet trouve un rôle selon son cœur.

    Michel Galabru, dont on reconnaît enfin l'immense talent, n'est pas moins humain dans le rôle de ce capitaine bougon, ami fidèle et cœur généreux. Quant à Rabah Loucif, il complète le trio (le quatuor, n'oublions pas le coq) avec beaucoup de drôlerie et un joli soupçon d'émotion, le temps d'une trop courte idylle. Les mousquetaires du beaujolais nous enseignent une philosophie, une sagesse qu'on espère possible, par laquelle Fallet rejoint le Rabelais de l'abbaye de Thélème : « Fais ce qui te plaît. » En cours de route, ils en donneront une leçon à Pierre Mondy, représentant en cravates obsédé parles affaires et le temps perdu, qui sera vite converti. Nous le sommes aussi, c'est pourquoi on pardonne le rythme un peu traînant de cette route sinueuse.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire