Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Le juge et l'assassin 
    Bertrand Tavernier - 1975
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Le juge et l'assassin" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Michel Galabru dans Le juge et l'assassin
     
     
    Michel Galabru 


     Philippe Noiret dans Le juge et l'assassin
     
     
    Philippe Noiret 


     Isabelle Huppert dans Le juge et l'assassin
     
     
    Isabelle Huppert 


     Jean-Claude Brialy dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Claude Brialy 


     Renée Faure dans Le juge et l'assassin
     
     
    Renée Faure 


     Cécile Vassort dans Le juge et l'assassin
     
     
    Cécile Vassort 


     Jean-Roger Caussimon dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Roger Caussimon 


     Jean Bretonnière dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean Bretonnière 


     François Dyrek dans Le juge et l'assassin
     
     
    François Dyrek 


     Monique Chaumette dans Le juge et l'assassin
     
     
    Monique Chaumette 


     Yves Robert dans Le juge et l'assassin
     
     
    Yves Robert 


     Jean Amos dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean Amos 


     Arlette Bonnard dans Le juge et l'assassin
     
     
    Arlette Bonnard 


     Liza Braconnier dans Le juge et l'assassin
     
     
    Liza Braconnier 


     Jean-Claude de Goros dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Claude de Goros 


     Jean-Pierre Leroux dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Pierre Leroux 


     René Morard dans Le juge et l'assassin
     
     
    René Morard 


     Bob Morel dans Le juge et l'assassin
     
     
    Bob Morel 


     Jean-Pierre Sentier dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Pierre Sentier 


     Michel Fortin dans Le juge et l'assassin
     
     
    Michel Fortin 


     Jean-Marie Galey dans Le juge et l'assassin
     
     
    Jean-Marie Galey 


     Catherine Verlor dans Le juge et l'assassin
     
     
    Catherine Verlor 


     Maurice Jacquemont dans Le juge et l'assassin
     
     
    Maurice Jacquemont 


     Gérard Jugnot dans Le juge et l'assassin
     
     
    Gérard Jugnot 


     Christine Pascal dans Le juge et l'assassin
     
     
    Christine Pascal 


     Daniel Russo dans Le juge et l'assassin
     
     
    Daniel Russo 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Le juge et l'assassin Le juge et l'assassin

    Cecile Vassort Cecile Vassort

    Galabru Noiret Galabru Noiret

    Huppert Noiret Huppert Noiret

    Isabelle Huppert Isabelle Huppert

    Isabelle Huppert Isabelle Huppert

    Jean Claude Brialy Jean Claude Brialy

    Le juge et assassin Tavernier Le juge et assassin Tavernier

    Le juge et assassin Tavernier Le juge et assassin Tavernier

    Michel Galabru Michel Galabru

    Michel Galabru Michel Galabru

    Philippe Noiret Philippe Noiret

    Philippe Noiret Philippe Noiret

    Philippe Noiret Philippe Noiret


    Document sans nom
    Philippe NOIRET  le juge Rousseau Michel GALABRU  Joseph Bouvier Isabelle HUPPERT  Rose Renée FAURE  Madame Rousseau Jean-Claude BRIALY  le procureur Villedieu Cécile VASSORT  Louise Lesueur Yves ROBERT  Professeur Degueldre Jean-Roger CAUSSIMON  le chanteur de rues Monique CHAUMETTE  Madame Lesueur Jean BRETONNIERE  le député Michel FORTIN  le chirurgien de l'hospice François DYREK  le vagabond libéré Jean AMOS  la gardien-chef Arlette BONNARD  la fermière Liza BRACONNIER  la religieuse à l'hôpital Aude LANDRY  Suzanne, soeur de Rose Jean-Claude DE GOROS  Docteur Dufour Jean-Pierre LEROUX  Radeuf Bob MOREL  l'Ane Rouge Gilles DYREK  Victor René MORARD  un roulant Jean-Pierre SENTIER  un journaliste Jean-Marie GALEY  un journaliste Catherine VERLOR  Francine Lesueur Maurice JACQUEMONT  le curé Gérard JUGNOT  le photographe Antoine BAUD  un gendarme à cheval Daniel RUSSO  un gardien Christine PASCAL  une ouvrière en grève Didier HAUDEPIN  un ouvrier en grève Marcel AZZOLA  le joueur d'accordéon Philippe SARDE  le pianiste
    Document sans nom
    Avec deux réussites éclatantes, "L'horloger de Saint-Paul" (1973) et " Que la fête commence" (1974), Bertrand Tavernier venait d’entamer magistralement sa prestigieuse carrière. En interrogeant Pierre Bost sur ses projets inaboutis, il découvre une ébauche datant de la fin des années quarante et destinée à l’époque à Claude Autant-Lara et Gérard Philipe. Le scénario s'appuyait sur les mémoires du Juge Emile Fourquet devenu célèbre pour avoir piégé le "Jack l'Eventreur de l'Ardèche", Joseph Vacher, vagabond responsable de près de trente meurtres commis à la suite d'une déception amoureuse. Il fut décapité le 31 décembre 1898 à l'issue d'un procès expéditif.

    Bertrand Tavernier reprend avec Jean Aurenche le scénario confié par Pierre Bost peu avant sa mort : Vacher devient Bouvier, Fourquet devient Rousseau mais le film retient nombre de détails et de propos authentiques de l'affaire Vacher. Pour Tavernier, ce film historique est « très actuel » car la France de 1976 n'a pas encore aboli la peine de mort. Le scénario dresse le tableau d'une France antidreyfusarde où l'antisémitisme "est à la mode et béni par l'Eglise" ; celle-ci en prend pour son grade, de même que la médecine et la Justice.

    Dirigé pour la troisième fois par Tavernier, Philippe Noiret interprète un magistrat arriviste qui ne suscite guère la sympathie. Après tant d'années au service des nanars les plus improbables, de "Poussez pas grand-mère dans les cactus" au "Plumard en folie", Michel Galabru a l'impression de débuter à l'écran et se considère sur le tournage "comme un nouveau-né". Il panique à l'idée de jouer face à Noiret qu'il admire et s'étonne de ce que Tavernier a sorti de lui : le film sera son « bâton de maréchal » !

    Isabelle Huppert joue la maîtresse du magistrat, dont la pureté lumineuse rappelle Emilie, la petite prostituée de "Que la fête commence". Les deux films se terminent d'ailleurs par une incitation à la révolte des opprimés, ce que souligne la présence fugitive de Christine Pascal. Renée Faure, illustre sociétaire de la Comédie Française, joue à la perfection la dame patronnesse qui donne la soupe aux nécessiteux en échange d'une signature contre le "traître Dreyfus". On sent la délectation d'Aurenche et Tavernier à lui faire énoncer les pires horreurs lors de la description des meurtres de Bouvier : "éventration, viol, égorgement" susurre-t-elle, la mine offensée et gourmande. En Procureur de la République, Jean-Claude Brialy, sobre et caustique, sera très remarqué.

    Le tournage en Ardèche, sur les lieux mêmes de l’action, permet à Tavernier d’utiliser l'écran large afin de donner un "côté western" aux errances de Bouvier. Les meurtres ne seront jamais montrés à l'écran mais les noms inscrits au générique s'écrivent en lettres de sang sur la neige. Le moment où le juge fait tracer à Bouvier son itinéraire sanglant sur la carte de France donnera lieu à une prouesse technique dont Tavernier est particulièrement fier : un plan-séquence de six minutes mené à bien grâce à l'efficacité d’une équipe enthousiaste.

    Si le film fait aujourd'hui figure de classique, la réception critique fut partagée. Les journaux conservateurs attaquèrent violemment le propos du cinéaste, certains n'hésitant pas à en profiter pour militer contre l'abolition de la peine de mort. En revanche, les éloges pleuvent sur les deux comédiens principaux. Lors de la cérémonie des Césars, Galabru est récompensé, de même que le scénario et la musique de Philippe Sarde.

    Avec le recul, Bertrand Tavernier regrette une fin trop démonstrative, tournée trop vite, le décor de l'usine en grève manquant de réalisme. Si le message politique est surligné, il paraît impossible de ne pas être ému par les derniers plans où Isabelle Huppert entonne la dernière chanson du film. Interprète du chanteur de rues, Jean-Roger Caussimon écrivit trois chansons pour le film, dont "La Commune est en lutte" qu'il reprend lui-même sur le générique de fin. Le film s'impose comme une œuvre qui fait honneur au cinéma français, un des meilleurs films de cette époque.

    Jean-Paul Briant, novembre 2020


    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire