Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Sans merveille 
    Michel Mitrani - 1964
    Achetez "Sans merveille" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean-Claude Pascal dans Sans merveille
     
     
    Jean-Claude Pascal 


     Marcel Bozzuffi dans Sans merveille
     
     
    Marcel Bozzuffi 


     Alexandra Stewart dans Sans merveille
     
     
    Alexandra Stewart 


     Elizabeth Ercy dans Sans merveille
     
     
    Elizabeth Ercy 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Sans merveille Sans merveille

    Jean Claude Pascal Jean Claude Pascal

    Sans Merveille Sans Merveille

    Sans Merveille Sans Merveille

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Alexandra Stewart Alexandra Stewart

    Elisabeth Ercy et Alexandra Stewart Elisabeth Ercy et Alexandra Stewart

    Elisabeth Ercy Elisabeth Ercy

    Jean Claude Pascal Jean Claude Pascal


    Document sans nom
    Pascal, Jean Claude (Franck, premier rôle dramatique à la télévision) Bozzuffi, Marcel  (Charles) Stewart, Alexandra  (Hélène, premier rôle dramatique à la télévision) Ercy, Elisabeth  (Diana)
    Document sans nom
    "Sans merveille", première oeuvre pour la télévision de Marguerite Duras et Gérard Jarlot est, tout au long d'une année, l'histoire de l'amour de Franck et d'Hélène, de leur rencontre et de leur pouvoir à mettre fin à cet amour ou à le rendre éternel. Le film s'ouvre sous le signe du destin par la rencontre de Franck et d'Hélène à Deauville. Au terme d'un vagabondage à travers le Deauville de la Belle Epoque, ils décident de se marier sans plus attendre ... dans l'émerveillement de l'hypnose. Une année se passe ... Cette durée sera rendue sensible de la façon suivante : une seule conversation qui ne se limitera pas au cadre et au temps dans lequel et pendant lequel elle a lieu, mais sera artificiellement dispersée à travers divers lieux et diverses saisons. "Nous nous aimons, sans merveille, sans éternité ..." dit Franck. Mais Franck tient à Hélène et pour ne pas tomber dans l'habitude conjugale, il va inventer un système, un mensonge, un secret, provoquer une crise. Ce mécanisme fonctionnera à merveille : quand tout éclatera, l'amour et la mort seront vainqueurs ... Deux autres personnages ont aussi leur importance : Charles, le complice et Diana, l'instrument du destin.
    Mots clés : drame ; banlieue (parisienne, ouest) ; Sèvres ; villa (baroque, 1900) ; couple ; amour (absolu) ; vérité (mensonge) ; mort


    Document sans nom

    Baroque et obscur

    En faisant tourner à notre intention « Sans merveille », la R.T.F. a obéi à un louable souci de donner à la Télévision un de ses premiers chefs-d'œuvre.
    Rien ne fut négligé pour mener à bien cet orgueilleux projet. On réquisitionna la littérature avec Marguerite Duras, la romancière du « Barrage contre le Pacifique » et la scénariste de « Hiroshima mon amour », Gérard Jarlot, qui, cette année, a obtenu le prix Médicis, le jeune cinéma avec Michel Mitrani, dont l'œuvre télévisée, « Tous ceux qui tombent », a été couverte de louanges et de lauriers, une musicienne de grand talent, Germaine Tailleferre, et l'opérateur préféré d'Alain Resnais, Vierly.
    Hélas ! les chefs-d'œuvre ne se fabriquent pas comme des babas au rhum. II n'y a pas de recette. Il y a peut être même une loi contraire : plus on veut faire l'ange, plus on fait la bête, plus on veut imaginer un chef-d'œuvre, plus on accouche d'un monstre raté.
    Ainsi, dans la brillante équipe de « Sans merveille », personne ne retrouva la verve de ses succès d'antan. Et, mardi, le public ne comprit rien à cette histoire baroque et obscure. II s'irrita même contre ces comédiens qui psalmodiaient ou qui faisaient des gestes de danseurs maladroits. Il chercha en vain, par-delà la villa style Majorelle, les glaces sorcières, les rocailles, la diction difficile de la belle Alexandra Stewart et le visage fatigué de Jean-Claude Pascal, une miette d'humanité à laquelle il se serait raccroché.
    Par milliers, les postes se sont fermés.
    Mais le public ne se serait-il pas trompé ? Il est bien certain que si l'on avait donné les « Chants de Maldoror », de Lautréamont, en feuilleton, cette publication aurait déterminé une vague de désabonnements. Et, cependant, « Maldoror » est un chef-d'œuvre.
    Tel n'est pas, à notre avis, « Sans merveille ». Il y a quelques jours, Jean-Paul Sartre écrivait à propos de Mallarmé qu'il était légitime d'employer un langage difficile pour dire des choses difficiles.
    En écoutant et en regardant « Sans merveille », nous avons eu l'impression que son style compliqué ne servait pas à donner accès à un sujet difficile, mais bien à masquer un sujet très simple et sans véritable originalité, le sujet d'une nouvelle qui aurait pu paraître dans un hebdomadaire féminin à grand tirage.

    Guillaume Hanoteau, Télé 7 jours n°214, 25 avril 1964

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire