Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Thomas l'imposteur 
    Georges Franju - 1965
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "Thomas l'imposteur" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Emmanuelle Riva dans Thomas l'imposteur
     
     
    Emmanuelle Riva 


     Jean Servais dans Thomas l'imposteur
     
     
    Jean Servais 


     Michel Vitold dans Thomas l'imposteur
     
     
    Michel Vitold 


     Rosy Varte dans Thomas l'imposteur
     
     
    Rosy Varte 


     Hélène Dieudonné dans Thomas l'imposteur
     
     
    Hélène Dieudonné 


     Gabrielle Dorziat dans Thomas l'imposteur
     
     
    Gabrielle Dorziat 


     Bernard Lavalette dans Thomas l'imposteur
     
     
    Bernard Lavalette 


     Jean-Roger Caussimon dans Thomas l'imposteur
     
     
    Jean-Roger Caussimon 


     Jean Ozenne dans Thomas l'imposteur
     
     
    Jean Ozenne 


     Jean Degrave dans Thomas l'imposteur
     
     
    Jean Degrave 


     Raymond Jourdan dans Thomas l'imposteur
     
     
    Raymond Jourdan 


     Antoine Marin dans Thomas l'imposteur
     
     
    Antoine Marin 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Thomas l imposteur Thomas l imposteur

    Emmanuelle Riva et Jean Servais Emmanuelle Riva et Jean Servais

    Emmanuelle Riva Emmanuelle Riva

    Fabrice Rouleau et Sophie Dares Fabrice Rouleau et Sophie Dares

    Fabrice Rouleau Fabrice Rouleau

    Rosy Varte Rosy Varte

    Rosy Varte Rosy Varte

    Rosy Varte et Michel Vitold Rosy Varte et Michel Vitold

    Thomas l'imposteur Thomas l'imposteur


    Document sans nom
    Fabrice Rouleau Thomas Emmanuelle Riva la princesse de Bormes Jean Servais Pesquel-Duport Sophie Darès Henriette Michel Vitold le docteur Vernes Rosy Varte Mme Valiche Hélène Dieudonné la tante de Thomas Édith Scob l'infirmière Gabrielle Dorziat la cartomancienne Bernard Lavalette le docteur Gentil Jean-Roger Caussimon l'évêque Édouard Dermit le capitaine Roy Jean Ozenne le comte d'Orange Georges Casati le prêtre Jean Degrave un invité au bal Raymond Jourdan le médecin militaire Bob Lerick un fusilier marin Jean Magis Paget Antoine Marin le capitaine André Méliès l'homme âgé au bal Gaston Meunier un danseur Jean Marais  (voix off)le narrateur Robert Burnier  (rôle non-spécifié) Hy Yanowitz   un officier allemand
    Document sans nom

    Résumé :

    Lors de la Première Guerre mondiale, en septembre 1914, dans Paris déserté par ses habitants à cause du risque d'invasion par les troupes allemandes, la princesse de Bormes se fait ambulancière et héberge les soldats blessés dans son hôtel particulier reconverti en hôpital. Thomas, un sous-lieutenant se présentant comme un neveu de l'aristocrate et renommé général de Fontenoy, se propose de l'aider dans sa mission. La sollicitude que le jeune homme porte à la princesse éveille jalousie et curiosité dans l'entourage de celle-ci. C'est ainsi qu'on découvre qu'il n'est qu'un roturier, mais personne ne dévoile la supercherie, car son dévouement est sans limites : Thomas partira combattre au front où la mort l'attend…

    Critique de l'époque :


    Il y a douze ans, après avoir vu ses courts métrages, « Le Sang des bêtes » et « Hôtel des Invalides », Jean Cocteau confiait son roman « Thomas l'Imposteur » à Georges Franju : « Je te donne « Thomas » : c'est par toi que je veux être trahi. » Il fallut à Franju s'armer de beaucoup de patience. Les producteurs n'imaginaient pas comment « Thomas l'Imposteur » pouvait devenir un film. « C'est si mince... », disaient-ils. Mince, en effet (cent quatre-vingts pages dépouillées, dans le format du Livre de Poche), mais quelle richesse et quelle force explosive contient ce récit frémissant de sensibilité écorchée sous son détachement et son humour pudique.

    Fidélité à Cocteau

    «Thomas l'Imposteur » est l'histoire d'une rencontre imprévisible entre deux personnages d'exception, au début de la Grande Guerre : la Princesse de Bormes et Guillaume Thomas. La Princesse a refusé de quitter Paris, comme les gens de son monde l'ont fait lorsque le gouvernement est parti pour Bordeaux. Elle a l'idée de transformer son hôtel en hôpital et d'aller chercher des blessés près du front. Ce n'est point l'esprit de sacrifice des dames d'œuvres qui l'anime, mais elle est née actrice et elle n'entend pas demeurer seulement une spectatrice de cette grande aventure la guerre.
    Guillaume, lui, est un adolescent rêveur, livré à lui-même et à ses songes. Jean Cocteau disait de lui : « Il trouve dans le mensonge une antichambre des aventures. » C'est par le sortilège d'un énorme mensonge qu'il pénètre dans son western : la guerre.
    Ce n'est pas un héros, c'est un rêveur égaré dans le plus réaliste des cauchemars. Cette guerre qu'il noua fait regarder de près, de la coulisse mais à distance, Franju la peint avec une admirable vigueur. Il communique à son film un réalisme fantastique qui rehausse avec force sa soumission absolue au texte. Lorsque Cocteau écrit : « Un prêtre, dans une longue salle trouée, administrait de paillasse en paillasse et, pour mettre l'hostie dans les bouches, desserrait les dents avec une lame de couteau », Franju le montre en images inexorables et sa fidélité va bien au-delà d'une fidélité ordinaire. Ainsi, lorsqu'il « invente » le cheval enflammé, on croit voir une des images fulgurantes dont Cocteau possédait le secret.
    Dans le rôle à facettes, léger, grave, moqueur et grave de la princesse de Bormes, Emmanuelle Riva est merveilleuse. C'est une comédienne d'une finesse exceptionnelle. Quant au jeune Fabrice Rouleau, il incarne Thomas avec une justesse qu'il ne doit pas seulement à la concordance de son âge avec celui du personnage, mais également à sa sensibilité et à la direction de Franju qui a réussi à la maintenir à la hauteur de partenaires prestigieux, tels Rosy Varte, Jean Servais, Michel Vitold.
    On aurait souhaité qu'un film de la qualité de « Thomas l'Imposteur » représentât la France au prochain Festival de Cannes. Il n'en est rien, hélas, mais Franju n'en conçoit nulle amertume. Aux raisons embarrassées que l'on a avancées auprès de lui, il a répondu par une boutade : « Je préfère avoir fait un film antimilitariste sur une guerre que la France a gagné plutôt qu'un film militariste sur une guerre qu'elle a perdue. » On sait que c'est « La 317' section », film sur la guerre d'Indochine, qui représentera officiellement la France dans la compétition cannoise.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire