Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • L'appel du destin 
    Georges Lacombe - 1953
    Achetez "L'appel du destin" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean Marais dans L'appel du destin
     
     
    Jean Marais 


     Jacqueline Porel dans L'appel du destin
     
     
    Jacqueline Porel 


     Renée Devillers dans L'appel du destin
     
     
    Renée Devillers 


     Édouard Delmont dans L'appel du destin
     
     
    Édouard Delmont 


     Léon Walther dans L'appel du destin
     
     
    Léon Walther 


     Fernand Sardou dans L'appel du destin
     
     
    Fernand Sardou 


     Jackie Sardou dans L'appel du destin
     
     
    Jackie Sardou 


     Charles Deschamps dans L'appel du destin
     
     
    Charles Deschamps 


     Jean Lanier dans L'appel du destin
     
     
    Jean Lanier 


     Georgette Anys dans L'appel du destin
     
     
    Georgette Anys 


     Fernand Rauzena dans L'appel du destin
     
     
    Fernand Rauzena 


     Julien Verdier dans L'appel du destin
     
     
    Julien Verdier 


     Philippe Richard dans L'appel du destin
     
     
    Philippe Richard 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Appel du destin Appel du destin

    Charles Deschamps et Alfred Baillou ou inconnu Charles Deschamps et Alfred Baillou ou inconnu

    Edouard Delmont et Roberto Benzi Edouard Delmont et Roberto Benzi

    Edouard Delmont Edouard Delmont

    Enfant prodige Enfant prodige

    Fernand Sardou et Jean Marais Fernand Sardou et Jean Marais

    Georgette Anys Fernand Sardou et Jean Marais Georgette Anys Fernand Sardou et Jean Marais

    Jacqueline Porel et Charles Deschamps Jacqueline Porel et Charles Deschamps

    Jean Marais Jean Marais

    Jean Marais et Jacqueline Porel Jean Marais et Jacqueline Porel

    Jean Marais et Roberto Benzi Jean Marais et Roberto Benzi

    Jean Marais Jacqueline Porel Jean Marais Jacqueline Porel

    Jean Marais Jean Marais

    Le jeune chef d orchestre Le jeune chef d orchestre

    Marcel Lebas Marcel Lebas

    Pianiste et pere du chef d orchestre Pianiste et pere du chef d orchestre

    Renee Devillers et Jacqueline Porel Renee Devillers et Jacqueline Porel

    Roberto Benzi Roberto Benzi

    Roberto Benzi Roberto Benzi


    Document sans nom
    Roberto Benzi Roberto Lombardi, le jeune chef d'orchestre Jean Marais Lorenzo Lombardi, son père, pianiste Jacqueline Porel Lucienne Lombardi, sa mère Renée Devilliers Germaine Obrecht, gouvernante de Roberto Edouard Delmont Monsieur Galibert Fernand Sardou Le dotorre Georgette Anys "La Grosse Lolo" Charles Deschamps Monsieur Roze, imprésario Léon Whalter Le critique Fernand Rauzéna Torquato Germaine Pape Madame Torquato Julien Verdier Un musicien Jackie Sardou Une patiente du Dotorre Philippe Richard Le Directeur Jean Lanier Un ami Marcel Lebas Le facteur René Brun  Dominique Marcas    
    Document sans nom
    L'appel du destin est le deuxième film de Georges Lacombe, à la gloire du jeune musicien prodige de l'époque, Roberto Benzi.
    Dans cette histoire, il s'appelle toujours Roberto, bien que ce ne soit pas du tout la suite de « Prélude à la gloire », tourné par le même réalisateur avec la même jeune vedette quelques années plus tôt. Non, dans cet opus, Roberto Lombardi, 14 ans, est un chef d'orchestre talentueux et précoce qui dirige de grands concerts avec une maîtrise remarquable et se produit dans les grandes villes italiennes.
    Sa mère (Jacqueline Porel) et sa gouvernante (Renée Devillers) le suivent dans ses déplacements ainsi que son impresario (Charles Deschamps). Son père ? Il ne l'a jamais vu ! Pourtant ce père inconnu vit toujours : Lorenzo Lombardi, (Jean Marais) ex-pianiste virtuose, s'est laissé aller et est maintenant noyé dans l'alcool. Son dottore (Fernand Sardou) et la gentille « grosse Lulu » (Georgette Anys) prennent soin de lui.
    Un jour, Lorenzo veut voir son fils diriger un orchestre... Il se faufile dans la salle de répétition, avant d'être éjecté avec pertes et fracas... Le lendemain, il se débrouille pour rencontrer Roberto à la plage. Le père et le fils échangent gentiment. Lorenzo revient au théâtre et son ex-femme lui demande de sortir de la vie de son fils . Trop tard ! Roberto réalise que Lorenzo est son père ...Il part le retrouver, comprend qu'il était un grand artiste autrefois. Il n'aura de cesse de tout faire pour qu'il retrouve le goût de vivre grâce à la musique. Non sans mal il y parviendra, aidé par le malicieux Monsieur Galibert (Edouard Delmont) et mieux, il parviendra à réunir ses parents. Le final verra le fils dirigé son père soliste, sur fond de grande musique signée Beethoven.


    Anecdotes que j'ai recueillies au téléphone auprès de Monsieur Roberto Benzi lui-même par téléphone, en 2007 à propos de ce film :


    « J'ai gardé un excellent souvenir de ce 2e film qui me donnait Jean Marais comme père. C'était un acteur très célèbre et j'étais impressionné. Il a été très gentil et m'a mis en confiance dès le début. Il était très respectueux du gamin que j'étais et aimait me voir au pupitre de l'orchestre. Je suis resté son ami toute ma carrière. Bien plus tard, nous avons fait une représentation ensemble où il disait des poèmes de Jean Cocteau entre autres sur une musique que je dirigeais. Nous avions des échanges réguliers. Je pense qu'il avait une affection filiale pour moi. Mon seul et grand regret est de n'avoir pas été assez présent auprès de lui, la dernière année de sa vie. »

    Donatienne Roby,
    Juillet 2018


    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire