Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Fièvres 
    Jean Delannoy - 1942
    Achetez "Fièvres" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Tino Rossi dans Fièvres
     
     
    Tino Rossi 


     Ginette Leclerc dans Fièvres
     
     
    Ginette Leclerc 


     Madeleine Sologne dans Fièvres
     
     
    Madeleine Sologne 


     Jacqueline Delubac dans Fièvres
     
     
    Jacqueline Delubac 


     René Génin dans Fièvres
     
     
    René Génin 


     Jacques Louvigny dans Fièvres
     
     
    Jacques Louvigny 


     André Bervil dans Fièvres
     
     
    André Bervil 


     Georges Bever dans Fièvres
     
     
    Georges Bever 


     André Carnège dans Fièvres
     
     
    André Carnège 


     Léonce Corne dans Fièvres
     
     
    Léonce Corne 


     Maxime Fabert dans Fièvres
     
     
    Maxime Fabert 


     Albert Michel dans Fièvres
     
     
    Albert Michel 


     Maurice Marceau dans Fièvres
     
     
    Maurice Marceau 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Fievres 1942 Jean Delannoy Fievres 1942 Jean Delannoy

    Alexandre Mathillon ou inconnu et Tino Rossi Alexandre Mathillon ou inconnu et Tino Rossi

    Eugene Frouhins ou inconnu Eugene Frouhins ou inconnu

    Georges Bever Georges Bever

    inconnue inconnue

    Jean Reynols Jean Reynols

    Lucien Galas et Jean Reynols Lucien Galas et Jean Reynols

    Lucien Galas Lucien Galas

    Madeleine Sologne Madeleine Sologne

    Marcelle Yrven Marcelle Yrven

    Mathilde Alberti et Jacques Louvigny Mathilde Alberti et Jacques Louvigny

    Tino Rossi chante dans l abbaye Tino Rossi chante dans l abbaye

    Tino Rossi et inconnu Tino Rossi et inconnu

    Tino Rossi et Jacques Louvigny Tino Rossi et Jacques Louvigny

    Tino Rossi et Rene Genin Tino Rossi et Rene Genin

    Tino Rossi Ginette Leclerc Tino Rossi Ginette Leclerc

    Tino Rossi Jacqueline Delubac Tino Rossi Jacqueline Delubac

    Tino Rossi Madeleine Sologne Tino Rossi Madeleine Sologne

    Tino Rossi Rene Genin et Ginette Leclerc Tino Rossi Rene Genin et Ginette Leclerc

    Depart pour l abbaye Depart pour l abbaye


    Document sans nom
    Tino Rossi Jean Dupray, chanteur d'opéra Madeleine Sologne Maria Dupray, son épouse Jacqueline Delubac Edith Watkins René Génin Louis Martet Ginette Leclerc Rose, fiancée de Louis Jacques Louvigny Tardivel, l'imprésario de Jean Lucien Galas le jeune voyou qui se réfugie dans l'abbaye Mathilde Alberti La patronne du café André Bervil Antonio, un invité d'Edith Georges Bever Georges, le domestique des Dupray André Carnège Le médecin de Maria Léonce Corne Caboussol, un invité aux fiançailles de Louis Maxime Fabert Charles, un violoniste Eugène Frouhins le cabotin Maurice Marceau Un journaliste Frédéric Mariotti Un convive Alexandre Mathillon Le directeur Albert Michel Un musicien dans la salle d'attente Jean Pignol l’agent Jean Reynols Le prieur Marcelle Yrven La vieille actrice Henri Farty  Georges-François Frontec  Jacques Beauvais  Francine Claudel  Léna Darthès  Jacqueline Marbaux 
    Document sans nom
    « Fièvres » est sans doute, de tous les films de Tino Rossi, le plus profond et le plus inspiré. Certes, il incarne toujours un chanteur, mais cette fois-ci, il chante (fort bien d'ailleurs) l'Ave Maria de Schubert et le Largo d'Haendel. C'est à mon humble avis, l'opus où Tino fait le plus preuve de vérité et de sincérité.

    L'intrigue est une histoire humaine et l'on perçoit le sens spirituel que Jean Delannoy a voulu y mettre.
    Notons la présence sympathique de Jacques Louvigny, de René Génin. Madeleine Sologne est bien jolie, Jacqueline Delubac et Ginette Leclerc assument leur rôle de garces prêtes à tout pour satisfaire leurs caprices.
    Tourné pendant la guerre, ce film évoque un petit port du midi qui en fait est celui de Saint-Georges-de-Didonne, en Charente Maritime et on reconnaît facilement la belle Abbaye de Sablonceaux.


    L'intrigue

    Un voyou (Lucien Galas) se réfugie dans une abbaye pour échapper aux gendarmes. Il s'est battu violemment avec un rival à cause d'une jeune fille dont il était épris.
    Le prieur de l'abbaye soigne sa jambe blessée et lui conseille de renoncer à se venger et de s'en aller. Il lui raconte l'histoire d'un abbé, arrivé il y a 20 ans, qui justement est en train de chanter le Largo d'Haendel. Cet abbé a aimé et souffert comme lui.

    On découvre ainsi l'histoire de Jean Dupray, (Tino Rossi) un grand chanteur d'opéra. Alors qu'il chante le Don Juan de Mozart, son impresario (Jacques Louvigny) lui signale la présence d'une admiratrice assidue, Edith Watkins, (Jacqueline Delubac) une femme très riche. Cette femme gâtée et capricieuse jette son dévolu sur le chanteur. Ce dernier est pourtant marié à la charmante et fragile Maria (Madeleine Sologne). Edith insiste et finit par devenir la maîtresse de Jean. Maria s'en aperçoit et fait un malaise : son cœur lâche.
    Effondré de chagrin et de remords, Jean quitte Paris et son métier et gagne un petit port de pêche du midi. Il devient l'ami de Louis (René Génin), amoureux de Rose (Ginette Leclerc). Cette dernière , aguicheuse, veut séduire Jean ; ce dernier repousse ses avances, mais Louis aveuglé de jalousie, sort son couteau. Le drame est évité de justesse. Jean prend la décision de se réfugier dans l'abbaye voisine pour y vivre le reste de sa vie dans la spiritualité le silence et la sérénité en chantant de toute son âme.

    Le voyou écoute la fin de l'histoire, et suit les conseils du prieur : « La plus belle victoire est celle que l'on remporte sur soi-même ». Il part apaisé vers de nouveaux horizons.

    Donatienne Roby,
    Août 2018

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire