Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La tare 
    Louis Feuillade - 1911
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "La tare" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Renée Carl dans La tare
     
     
    Renée Carl 


     Jean Aymé dans La tare
     
     
    Jean Aymé 


     Alice Tissot dans La tare
     
     
    Alice Tissot 


     Jane Pierson dans La tare
     
     
    Jane Pierson 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Henri Collen et Renee Carl Henri Collen et Renee Carl

    Henri Collen et Renee Carl Henri Collen et Renee Carl

    Henri Collen et Renee Carl Henri Collen et Renee Carl

    Jane Pierson a droite Jane Pierson a droite

    Jane Pierson et Marie Dorly a droite Jane Pierson et Marie Dorly a droite

    Jean Ayme au centre Jean Ayme au centre

    Jean Ayme Jean Ayme

    le bureau de placement le bureau de placement

    les filles de la brasserie les filles de la brasserie

    Marie Dorly au centre Marie Dorly au centre

    Pauline Royer a droite Pauline Royer a droite

    Pauline Royer et Jean Ayme Pauline Royer et Jean Ayme

    Pauline Royer et Renee Carl Pauline Royer et Renee Carl

    Renee Carl Renee Carl

    Renee Carl Renee Carl

    Renee Carl et Jean Ayme Renee Carl et Jean Ayme

    Renee Carl et Pauline Royer Renee Carl et Pauline Royer

    Renee Carl Henri Collen Marie Dorly Renee Carl Henri Collen Marie Dorly

    X1 au centre X1 au centre

    XX chez le docteur Perrin XX chez le docteur Perrin


    Document sans nom
    Renée Carl Anna Moulin, dite Nana Jean Aymé Alphonse Marnier Henri Collen Dr Paul Perrin Pauline Royer la jeune fleuriste Marie Dorly une dame de charité Jane Pierson une dame de charité Alice Tissot une dame au bureau de placement Max Dhartigny 
    Document sans nom
    Réalisation : Louis Feuillade
    Scénario : Louis Feuillade
    Caméra : Georges Guérin
    Production : S.E.G. - Société des Etablissements L. Gaumont
    Distribution : C.C.L. - Comptoir Ciné-Location
    Durée : 42 mn
    Date de sortie : 1er octobre 1911

    Anna Moulin, dite Nana est serveuse-montante dans une brasserie du Quartier Latin. Alphonse, un étudiant en médecine, profite de ses sentiments pour lui soutirer régulièrement de l'argent. Un soir, Nana confie ses états d'âme à un client égaré, le docteur Perrin. Touché par la détresse de la jeune femme, celui-ci lui offre une chance de sortir de sa condition. Nana suit le docteur Perrin sur la Côte-d'Azur, pour l'assister dans son oeuvre de charité, une hospice ou il recueille malades, vieillards et enfants abandonnés. Nana se rend vite indispensable. Au point qu'à sa mort, le docteur lui confie la direction de l'établissement. Entièrement dévouée à son oeuvre, intégrée à la meilleure société, Nana a semble-t-il bien tourné la page du Quartier Latin. Jusqu'au jour ou Alphonse retrouve sa trace...

    COMMENTAIRES :
    « Inaugurant en octobre 1911 le Gaumont-Palace, LA TARE est exemplaire des intentions de Louis Feuillade envers la ligne, tant esthétique que morale, de sa collection de films classés sous l'enseigne de LA VIE TELLE QU'ELLE EST. Un argument qui n'est pas sans rappeler ceux des romans d'Emile Zola, des Goncourt et de leurs séides complaisants, un préambule alors considéré comme osé dans un spectacle cinématographique cantonné aux sujets familiaux (les scènes de la brasserie « de femmes », transparent prétexte à l'évocation d'une maison close) et, finalement, la violente dénonciation de la morale réactionnaire en vigueur dans les cercles bourgeois et aristocratiques où s'exerce en ce temps la charité publique. Un rôle en or pour Renée Carl, passant avec virtuosité de la figure d'une prostituée fataliste à celle d'une dame d'oeuvre accablée par son passé et le final, étonnant, d'un suicide commué en engagement humanitaire et colonial. » - Présentation Coffret Gaumont Le Cinéma Premier 1897-1913, vol. 1, - Gaumont Video, 2008

    S.B. - Novembre 2018

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire