Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • La nuit des traquées 
    Jean Rollin - 1980
    Partager cette page sur Facebook :
    Achetez "La nuit des traquées" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter


    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo


    Distribution :


     Brigitte Lahaie dans La nuit des traquées
     
     
    Brigitte Lahaie 


     Cathy Stewart dans La nuit des traquées
     
     
    Cathy Stewart 


     Bernard Papineau dans La nuit des traquées
     
     
    Bernard Papineau 


     Alain Plumey dans La nuit des traquées
     
     
    Alain Plumey 


     Élodie Delage dans La nuit des traquées
     
     
    Élodie Delage 


     Jack Gatteau dans La nuit des traquées
     
     
    Jack Gatteau 


     Natalie Perrey dans La nuit des traquées
     
     
    Natalie Perrey 


     Jean Rollin dans La nuit des traquées
     
     
    Jean Rollin 


     Jean Cherlian dans La nuit des traquées
     
     
    Jean Cherlian 


     Marilyn Jess dans La nuit des traquées
     
     
    Marilyn Jess 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Bernard Papineau Bernard Papineau

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie Brigitte Lahaie

    Brigitte Lahaie et Cathy Stewart Brigitte Lahaie et Cathy Stewart

    Brigitte Lahaie et Dominique Journet Brigitte Lahaie et Dominique Journet

    Cathy Stewart Cathy Stewart

    Cathy Stewart Cathy Stewart

    Cathy Stewart et Brigitte Lahaie Cathy Stewart et Brigitte Lahaie

    Christiane Farina Christiane Farina

    Christiane Farina Christiane Farina

    Dominique Journet Dominique Journet

    Dominique Journet Dominique Journet

    Dominique Journet Dominique Journet

    Dominique Journet Dominique Journet

    Dominique Saint Cyr Dominique Saint Cyr

    Elodie Delage Elodie Delage

    Jack Gatteau Jack Gatteau

    Jean Cherlian et Gregoire Cherlian Jean Cherlian et Gregoire Cherlian

    Jean Herel Jean Herel

    Lionel Wallman et Jean Rollin Lionel Wallman et Jean Rollin

    Marilyn Jess Marilyn Jess

    Natalie Perrey Natalie Perrey

    Rachel Mhas et Vincent Gardere Rachel Mhas et Vincent Gardere

    Rachel Mhas et Vincent Gardere Rachel Mhas et Vincent Gardere

    Rachel Mhas Rachel Mhas

    Vincent Gardere Vincent Gardere


    Document sans nom
    Brigitte Lahaie Elisabeth Dominique Journet Véronique Cathy Stewart Catherine Vincent Gardère RobertBernard Papineau le docteur Francis Rachel Mhas Solange, l'assistante du docteur Dominique Saint-Cyr une amie du docteur Natalie Perrey  la mère Alain Plumey Alain, un interné Christiane Farina Christiane, une internée Élodie Delage Marie, une internée Jack Gatteau Pierre, une internée Jean Hérel Jacques, un interné Jacques Gall  Jean Cherlian un homme de main Gregoire Cherlian un homme de main Jean Rollin un infirmier tueur Lionel Wallman un infirmier tueur Marilyn Jess une internée
    Document sans nom
    SCENARIO Jean Rollin ; IMAGES Jean-Claude Couty ; MONTAGE Gilbert Kikoïne ; MUSIQUE Philippe Bréjean ; DIRECTEUR DE PRODUCTION Monique Samarcq ; PRODUCTION Impex - Jacques Roitfeld ; Sortie le 20 août 1980

    NOTE(S)
    Ressorti le 14 janvier 1981 sous le titre FILLES TRAQUEES, avec deux scènes additionnelles. Le film est dédié à Martine Delva, la jeune actrice qui devait initialement interpréter le rôle de Véronique, décédée dans un accident de la route peu avant le tournage.

    « Il se passe quelque chose avec ce film là, c‘est que tout le monde est unanime à dire que c‘est ce que j‘ai fait de pire. Moi, je l‘aime bien parce que c‘est ce que j‘ai fait de plus ambitieux, donc forcément de plus raté. Il y avait un scénario assez complexe. Tout un tas de choses dans ce film, auxquelles je tenais bien, et il n‘en reste que des moments privilégiés : ce sont des passages, des bouts, des petites scènes, des éléments personnels.(…) Si vous voulez, c‘est un bâclage, et un peu un ratage, mais il y a dedans suffisamment de choses qui me sont personnelles et que j‘avais envie de faire, pour que le film me plaise bien. A l‘arrivée, c‘est comme un produit confus, un peu semblable au VIOL DU VAMPIRE, une espèce de soupe de tout un tas de choses avec trop de concessions qui nous ont obligé à faire des choses bâtardes. » - Jean Rollin, entretien avec Marc Georges publié dans Monster Bis n°20, janvier 1982

    CRITIQUE(S) :
    « Fidèle à ses fictions mêlant le plus gratuitement érotisme et épouvante, Jean Rollin exploite une fois encore le filon très superficiellement écologique des RAISINS DE LA MORT (1978) ; la cause des dérèglements horrifiques est ici un accident atomique. La récupération d’une préoccupation d’actualité n’est guère subtile et ne cherche pas à l’être, s’appuyant sur une dramaturgie hasardeuse où apparaissent les grosses ficelles du manichéisme. Les stéréotypes sont parfois réjouissants, rappelant les clichés feuilletonesques les plus guindés - « On n’échappe pas si facilement à la Tour Noire », déclare face aux fuyardes intrépides la mystérieuse assistante du docteur, enveloppée dans son trench-coat. Quand il veut renoncer aux effets faciles d’une horreur volontiers sanguinolente, Rollin sait, aidé d’une belle photographie hivernale, poétiser son Grand Guignol et rendre plus suggestif le sadisme qui lui tient à cœur : la mort de Véronique au bord d’une voie ferrée, tel gros plan de son visage immobile où quelque chose « bouge encore » (chevelure qui n’en finit pas de s’affaisser, goutte de sang s’écoulant lentement) tandis que le hurlement d’une locomotive envahit la bande-son, les images finales du couple en bout de course, titubant vers une issue improbable, donnent au suspens forcé du dénouement le lyrisme un peu convenu des évasions impossibles. » - Jacques Valot, La Saison cinématographique 1981


    Fiche réalisée par Stéphane Bruyère pour BDFF, 2016

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire