Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Compartiment tueurs 
    Costa-Gavras - 1964
    Achetez "Compartiment tueurs" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    Commentaire
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Catherine Allégret dans Compartiment tueurs
     
     
    Catherine Allégret 


     Yves Montand dans Compartiment tueurs
     
     
    Yves Montand 


     Simone Signoret dans Compartiment tueurs
     
     
    Simone Signoret 


     Michel Piccoli dans Compartiment tueurs
     
     
    Michel Piccoli 


     Jacques Perrin dans Compartiment tueurs
     
     
    Jacques Perrin 


     Pascale Roberts dans Compartiment tueurs
     
     
    Pascale Roberts 


     Pierre Mondy dans Compartiment tueurs
     
     
    Pierre Mondy 


     Charles Denner dans Compartiment tueurs
     
     
    Charles Denner 


     Jean-Louis Trintignant dans Compartiment tueurs
     
     
    Jean-Louis Trintignant 


     Nadine Alari dans Compartiment tueurs
     
     
    Nadine Alari 


     Monique Chaumette dans Compartiment tueurs
     
     
    Monique Chaumette 


     Jacques Dynam dans Compartiment tueurs
     
     
    Jacques Dynam 


     Bernadette Lafont dans Compartiment tueurs
     
     
    Bernadette Lafont 


     Tanya Lopert dans Compartiment tueurs
     
     
    Tanya Lopert 


     Christian Marin dans Compartiment tueurs
     
     
    Christian Marin 


     Philippe Rouleau dans Compartiment tueurs
     
     
    Philippe Rouleau 


     Claude Dauphin dans Compartiment tueurs
     
     
    Claude Dauphin 


     Daniel Gélin dans Compartiment tueurs
     
     
    Daniel Gélin 


     Albert Michel dans Compartiment tueurs
     
     
    Albert Michel 


     André Valmy dans Compartiment tueurs
     
     
    André Valmy 


     Charles Millot dans Compartiment tueurs
     
     
    Charles Millot 


     Clément harari dans Compartiment tueurs
     
     
    Clément harari 


     Dominique Bernard dans Compartiment tueurs
     
     
    Dominique Bernard 


     Dominique Zardi dans Compartiment tueurs
     
     
    Dominique Zardi 


     Georges Géret dans Compartiment tueurs
     
     
    Georges Géret 


     Jacqueline Staup dans Compartiment tueurs
     
     
    Jacqueline Staup 


     Jean Droze dans Compartiment tueurs
     
     
    Jean Droze 


     Jenny Orléans dans Compartiment tueurs
     
     
    Jenny Orléans 


     José Artur dans Compartiment tueurs
     
     
    José Artur 


     Josée Steiner dans Compartiment tueurs
     
     
    Josée Steiner 


     Marcel Bozzuffi dans Compartiment tueurs
     
     
    Marcel Bozzuffi 


     Maurice Chevit dans Compartiment tueurs
     
     
    Maurice Chevit 


     Nicole Desailly dans Compartiment tueurs
     
     
    Nicole Desailly 


     Serge Marquand dans Compartiment tueurs
     
     
    Serge Marquand 


     Serge Rousseau dans Compartiment tueurs
     
     
    Serge Rousseau 


     William Sabatier dans Compartiment tueurs
     
     
    William Sabatier 


     Claude Mann dans Compartiment tueurs
     
     
    Claude Mann 


     Paul Pavel dans Compartiment tueurs
     
     
    Paul Pavel 


     Claude Berri dans Compartiment tueurs
     
     
    Claude Berri 


     André Weber dans Compartiment tueurs
     
     
    André Weber 


     Francis Terzian dans Compartiment tueurs
     
     
    Francis Terzian 


     Françoise Arnoul dans Compartiment tueurs
     
     
    Françoise Arnoul 


     Pierre Réal dans Compartiment tueurs
     
     
    Pierre Réal 


     Roland Malet dans Compartiment tueurs
     
     
    Roland Malet 


     Lionel Vitrant dans Compartiment tueurs
     
     
    Lionel Vitrant 


     Marcel Rouzé dans Compartiment tueurs
     
     
    Marcel Rouzé 


     Denise Péron dans Compartiment tueurs
     
     
    Denise Péron 


     Maurice Auzel dans Compartiment tueurs
     
     
    Maurice Auzel 


     Jean-François Gobbi dans Compartiment tueurs
     
     
    Jean-François Gobbi 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Compartiment tueurs Compartiment tueurs

    Compartiment tueurs Compartiment tueurs

    Alari Montand Mondy Alari Montand Mondy

    Albert Michel Jacques Perrin Albert Michel Jacques Perrin

    Andre Valmy Andre Valmy

    Andre Weber a droite Andre Weber a droite

    Bernard Paul a gauche Bernard Paul a gauche

    Catherine Allegret Jacques Perrin Catherine Allegret Jacques Perrin

    Catherine Allegret Catherine Allegret

    Charles Denner Charles Denner

    Charles Millot Charles Millot

    Christian Marin Bernadette Lafont Christian Marin Bernadette Lafont

    Christian Remy a droite Christian Remy a droite

    Claude Berri a gauche Claude Berri a gauche

    Claude Dauphin Claude Dauphin

    Claude Mann Claude Mann

    Claude Mann Claude Mann

    Claude Mann Nadine Alari Claude Mann Nadine Alari

    Claude Mann Yves Montand Claude Mann Yves Montand

    Clement Harari a droite Clement Harari a droite

    Compartiment tueurs Compartiment tueurs

    Compartiment tueurs Compartiment tueurs

    Compartiment tueurs Compartiment tueurs

    Daniel Gelin Daniel Gelin

    Denise Peron a droite Denise Peron a droite

    Dominique Berrnard a gauche Dominique Berrnard a gauche

    Francis Terzian a droite Francis Terzian a droite

    Francoise Arnoul a droite Francoise Arnoul a droite

    Jacqueline Staup Jacqueline Staup

    Jacques Dynam Jacques Dynam

    Jacques Perrin Jacques Perrin

    Jacques Perrin Catherine Allegret Jacques Perrin Catherine Allegret

    Jean Droze assis au milieu Jean Droze assis au milieu

    Jean Francois Gobbi sur la moto Jean Francois Gobbi sur la moto

    Jean Louis Trintignant Simone Dignoret Jean Louis Trintignant Simone Dignoret

    Jean Louis Trintignant Jean Louis Trintignant

    Jean Pierre Perier au milieu Jean Pierre Perier au milieu

    Jenny Orleans Jenny Orleans

    Jose Artur a droite Jose Artur a droite

    Josee Steiner a gauche Josee Steiner a gauche

    Le tueur Le tueur

    Lionel Vitrant en bas a droite Lionel Vitrant en bas a droite

    Louis Jojot a gauche Louis Jojot a gauche

    Lucien Desagneaux tres amoureux Lucien Desagneaux tres amoureux

    Marcel Bozzuffi Georges Geret Marcel Bozzuffi Georges Geret

    Marcel Rouze assis au fond Marcel Rouze assis au fond

    Maria Rosa Rodriguez Jean Pierre Cassel avec Signoret et X Maria Rosa Rodriguez Jean Pierre Cassel avec Signoret et X

    Maurice Auzel Dominique Zardi Maurice Auzel Dominique Zardi

    Maurice Chevit face a Pierre Mondy Maurice Chevit face a Pierre Mondy

    Michel Piccoli Michel Piccoli

    Monique Chaumette Monique Chaumette

    Nadine Alari Nadine Alari

    Nicole Desailly a droite Nicole Desailly a droite

    Pascale Roberts Pascale Roberts

    Pascale Roberts Pascale Roberts

    Paul Pavel Paul Pavel

    Petar Martinovitch a gauche Petar Martinovitch a gauche

    Philippe Rouleau Philippe Rouleau

    Pierre Mondy Pierre Mondy

    Pierre Mondy Yves Montand Pierre Mondy Yves Montand

    Pierre Real a droite Pierre Real a droite

    Roland Malet a gauche Roland Malet a gauche

    Serge Marquand Pascale Roberts Serge Marquand Pascale Roberts

    Serge Rousseau en controleur Serge Rousseau en controleur

    Simone Signoret Simone Signoret

    Simone Signoret Simone Signoret

    Simone Signoret Jean Louis Trintignant Simone Signoret Jean Louis Trintignant

    Tanya Lopert Tanya Lopert

    William Sabatier au milieu William Sabatier au milieu

    Yves Montand Yves Montand

    Yves Montand Yves Montand

    Yves Montand Claude mann Yves Montand Claude mann

    Yves Montand Jacques Dynam Yves Montand Jacques Dynam

    Yves Montand Jean Francois Gobbi Yves Montand Jean Francois Gobbi

    Yves Montand Pierre Mondy Yves Montand Pierre Mondy

    Yves Montand Simone Signoret Yves Montand Simone Signoret


    Document sans nom
    Catherine Allégret Benjamine Bombat dite ‘Bambi’  Jacques Perrin Daniel Roy Simone Signoret Eliane Darrès Michel Piccoli René Cabourg Pascale Roberts Yves Montand l’inspecteur Grazziani dit ‘Grazzi' Pierre Mondy le commissaire Tarquin Claude Mann l’inspecteur stagiaire Jean-Lou Gabert Charles Denner Bob Vatsky, l’amant de Georgette Thomas Jean-Louis Trintignant Eric Grandin Nadine Alari Mme Grazziani Monique Chaumette Mme Rivolani Maurice Chevit la voix de l’inspecteur Félix et l’inspecteur Moutard Jacques Dynam l’inspecteur Malec Bernadette Lafont la sœur de Georgette Thomas Tanya Lopert Mme Garaudy Christian Marin le beau-frère de Georgette Thomas Jenny Orléans la sœur de René Cabourg Paul Pavel Marcel Rivolani Philippe Rouleau l’inspecteur Antoine Serge Rousseau le contrôleur du train André Valmy un inspecteur de police Claude Berri un porteur à la gare de Lyon Charles Millot le médecin légiste dans le train Dominique Bernard l’employé de la gare de Lyon Jean Droze un homme interrogé à la P.J. André Weber l’ivrogne à la P.J. Christian Rémy un inspecteur de police José Artur le journaliste à la P.J. Louis Jojot  le mendiant quai des Célestins Lucien Desagneaux un amoureux au restaurant Francis Terzian un inspecteur de police Petar Martinovitch l'exhibitionnsite de la gare de Lyon Serge Marquand le 2d amant imaginaire de Georgette Thomas Bernard Paul le conducteur qui chante en décapotable Maria Rosa Rodriguez (en photo) une actrice avec Eliane Darrès Jean-Pierre Cassel (en photo) un acteur avec Eliane Darrès Daniel Gélin un professeur de l’école vétérinaire Françoise Arnoul une élève de l’école vétérinaire Pierre Réal un inspecteur de police sur la scène du meurtre de Rivolani Roland Malet un agent de police sur la scène du meurtre de Rivolani Marcel Bozzuffi le 1er agent de police en bas de l’immeuble d’Eliane Darrès Georges Géret le 2d agent de police en bas de l’immeuble d’Eliane Darrès Nicole Desailly la concierge de l’immeuble d’Eliane Darrès Lionel Vitrant l’inspecteur de police qui interroge le producteur Marcel Rouzé un inspecteur de police Claude Dauphin le frère d’Eliane Darrès La voix d’Edmond Ardisson la voix de l’inspecteur de Marseille Albert Michel le patron du café-tabac de la place de Rungis Jacqueline Staup la chef du pool de dactylos Clément Harari la femme qui regarde Daniel à travers la vitre de la cabine téléphonique au café-tabac de la place de Rungis Denise Péron une poivrote au café-tabac de la place de Rungis Maurice Auzel l’inspecteur avec le ciré et le chapeau noirs au café-tabac de la place de Rungis Dominique Zardi l’inspecteur avec l’imper clair au café-tabac de la place de Rungis William Sabatier le commissaire Zoufi Josée Steiner la réceptionniste de l’hôtel Arizona Jean-Pierre Périer le client dans les toilettes de l’hôtel Arizona Jean-François Gobbi le 1er motard qui accompagne la police    
    Document sans nom
    Distributeur : 20th Century Fox
    D’après le roman de Sébastien Japrisot publié en 1962 aux Editions Denoël
    Adaptation de Costa-Gavras
    Directeur de la photographie : Jean Tournier
    Caméraman : Charles-Henri Montel
    Musique : Michel Magne
    Editions musicales : Hortensia – P.E.C.F.
    Chef décorateur : Rino Mondellini
    Ingénieurs du son : Jo de Bretagne, Jacques Carrère
    Mixages : Jean Nény
    Chef monteur : Christian Gaudin
    Premier assistant réalisateur : Bernard Paul
    Assistant réalisateur : Jean-Pierre Périer-Pillu
    Script-girl : Annie Maurel
    Costumes : Jacqueline Moreau
    Maquillage : Janine Jarreau
    Photographe : Dolly Schmidt
    Direction de production : Jean-Paul Delamotte, Serge Lebeau
    Cantine : Eymeric Jorat
    Studios : Studios de Saint-Maurice
    Extérieurs : Paris, Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort (Val de Marne)
    Auditorium : S.I.M.O.
    Filmé en noir et blanc avec le procédé Franscope
    Enregistrement son : Système Westrex
    Laboratoires : Franay L.T.C. St. Cloud
    Effets optiques : LAX
    Visa de contrôle cinématographique n°29.845
    Produit par Julien Derode pour Productions et Editions Cinématographiques Françaises
    Durée : 92 min.
    Tournage du 30/11/1964 au 27/01/1965
    Date de sortie à Paris : 17/11/1965 aux cinémas Normandie, Rex, Rotonde

    Nombre d’entrées à Paris : 352.258
    Nombre d’entrées en France : 1.079.154

    Titre en Allemagne de l’ouest : Mord im Fahrpreis inbegriffen
    Date de sortie : 02/09/1966
    Titre flamand en Belgique : Compartiment voor doders
    Date de sortie : 22/04/1966
    Titre au Brésil : Crime no Carro Dormitório
    Titre au Danemark : Mord i natekspressen
    Date de sortie : 14/01/1966
    Titre en Espagne : Los raíles del crimen
    Titre aux Etats-Unis : The Sleeping Car Murder
    Date de sortie : 07/03/1966
    Titres en Finlande : Mord i sovvagn
    Mord i sovvagnet
    Murha makuuvaunussa
    Date de sortie : 14/01/1966
    Titre en Grande-Bretagne : The Sleeping Car Murder
    Date de sortie : 09/1966
    Titre en Hollande : Moord in de slaapwagen
    Date de sortie : 31/03/1966
    Titre en Hongrie : A tökéletes buntény
    Date de sortie : 07/11/1966
    Titre en Irlande : The Sleeping Car Murder
    Date de sortie : 04/08/1967
    Titre en Italie : Vagone letto per assassini
    Titre au Mexique : Crimen en el coche cama
    Date de sortie : 10/10/1968
    Titre en Pologne : Przedzial morderców
    Titre au Portugal : 6 ª. Testemunha
    Titre en Suède : Dödens kupé
    Date de sortie : 19/11/1965
    Titre en Turquie : Caniler treni
    Date de sortie : 12/1967
    Titre en Yougoslavie : Kupe za ubice

    Notes :
    - 1er film de Costa-Gavras qui s’est entouré d’amis acteurs qu’il retrouvera à plusieurs reprises.
    - Certaines sources mentionnent Jean Lefèbvre et Robert Sabatier, il ne sont pas dans le film.

    Résumé : Daniel Roy, jeune homme désargenté, monte à Avignon dans un train qui va à Paris. Voyageant sans billet, il sympathise avec une
    jeune fille, Bambi, qui lui propose de venir occuper la seule place libre de son compartiment couchettes. En arrivant à la gare de Lyon
    Daniel s’esquive de bonne heure mais sur le quai de la gare il s’aperçoit que Bambi a oublié de lui amener sa valise, il retourne la
    chercher, remarque une silhouette sortant du wagon et constate qu’une des occupantes, Georgette Thomas est morte. Il n’en dit rien à Bambi
    qui l’emmène dans un studio prêté par sa cousine. La police judiciaire, sous la conduite du commissaire Tarquin et de l’inspecteur
    Grazziani, s’attache d’abord à identifier tous les occupants du compartiment et commence par enquêter sur la famille et les relations de
    la victime qui a été étranglée. René Cabourg, un des passagers du compartiment au comportement plutôt trouble, téléphone à l'inspecteur
    Grazziani qui lui demande de passer le voir, puis il se rend à un match de boxe où il est abattu de 2 coups de feu dans les toilettes. En
    fouillant dans les affaires de Daniel, Bambi trouve un portefeuille appartenant à une femme du compartiment, Eliane Darrès, une actrice, et
    la jeune fille propose de le ramener à la police. C’est alors que Daniel lui fait part de la mort de Georgette Thomas et de la silhouette
    qu’il a aperçue. Afin de ne pas s’attirer d’ennuis ils décident de ramener eux-mêmes le portefeuille à sa propriétaire mais se présentent
    chez elle juste au moment où la police arrive. Eliane Darrès n’a que le temps de renvoyer son gigolo, Eric Grandin, avant de recevoir les
    enquêteurs. Peu de temps après, elle puis Marcel Rivolani, un autre passager, sont à leur tour abattus. Tarquin et Grazziani constatent
    qu’étrangement l’assassin retrouve les passagers du compartiment avant eux. Ayant trouvé une photo d’Eric Grandin dans l’appartement
    d’Eliane Darrès, Grazziani va l’interroger, il leur révèle qu’il était son amant depuis 6 mois et qu’elle devenait envahissante mais il a
    un parfait alibi lorsqu’elle a été tuée. Un après-midi, Daniel évite de justesse la venue de 2 hommes venus pour tuer Bambi à son domicile,
    dont l’un est la silhouette aperçue par le jeune homme dans le train. La jeune fille étant à son travail, Daniel fonce lui téléphoner dans
    un café afin de lui conseiller de ne pas rentrer chez elle et de se réfugier dans un hôtel, puis il appelle la police désirant parler à
    l’inspecteur Grazziani mais celui-ci étant occupé par ailleurs c’est son adjoint Gabert qui répond, prétendant être Grazziani. Daniel
    raconte tout ce qu’il sait, dit où se trouve Bambi et décide d’attendre dans le café. Grazziani apprenant que l’on a essayé de le joindre
    et que c’est Gabert qui a répondu comprend tout. La police intervient d’abord à l’hôtel où est cachée Bambi et y trouve Eric Grandin venu
    pour tuer la jeune fille, il avoue sans peine que lui et Gabert étaient amants mais ce dernier se montrant jaloux de la liaison d’Eric avec
    Eliane Darrès a échafaudé un plan permettant de l’éliminer : tuer une personne au hasard dans le compartiment afin d’orienter d’abord la
    police sur une fausse piste, puis supprimer d’autres occupants – dont Eliane - en pensant faire croire qu’ils n’étaient que des témoins
    gênants. Pendant ce temps Gabert arrive au café où l’attend Daniel et essaie de le tuer, le jeune homme réussit à se sauver, Gabert
    parvient à s’échapper avec la police à ses trousses. La course poursuite s’achève sur le quai de la Seine, Gabert coincé et réalisant qu’il
    n’a aucune chance de s’en sortir retourne son arme contre lui. L’affaire est close.

    Compléments réalisés par Jean-Pierre Pecqueriaux, avril 2017


    Document sans nom

    Article de presse en 1973 .

    Costa-Gavras : "Dans compartiment tueurs, je n'ai fait monter que des amis"

    «COMPARTIMENT TUEURS », est le premier film de CostaGavras, mais le second repris par la télévision, après « Un homme de trop ». « Compartiment tueurs » fut tourné en 1964, en huit semaines, pour cent dix millions d'anciens francs. Un petit budget, même pour l'époque, compte tenu d'une distribution réunissant Yves Montand, Simone Signoret, Michel Piccoli, Pierre Mondy, Daniel Gélin, Jean-Louis Trintignant, Jacques Perrin. Sans l'amitié qui lie tous ces comédiens, composer un générique aussi prestigieux eût été d'autant plus impossible pour un débutant que Daniel Gélin, pour ne parler que de lui, ne fait pratiquement que passer dans le film. Costa Gavras n'était alors qu'un simple « premier assistant » de trente et un ans, ancien de l'I.D. H.E.C., venu à dix-neuf ans de Grèce pour terminer ses études à Paris. « Pour mes débuts, reconnaît-il, j'ai eu vraiment toutes les chances. Des amis qui, non seulement ont lu mon scénario et m'ont encouragé à le tourner, mais ont tenu à le jouer ; un producteur entreprenant et honnête, Julien Derode ; une station de radio, RTL, qui s'est offerte à en assurer le lancement ; enfin l'adhésion immédiate du grand public. » Toutes ces chances n'étaient pas le seul fait du hasard. Costa-Gavras était considéré comme un professionnel accompli par tous les grands metteurs en scène avec qui il avait travaillé, René Clair et René Clément entre autres, qui portent une part de responsabilité dans ce coup de maître de leur cadet. René Clément, qui venait d'avoir Costa-Gavras comme assistant pour « Le Jour et l'Heure », lui avait demandé de ne pas entreprendre un nouveau travail durant les quatre mois qui le séparaient de son prochain film. Et René Clair lui répétait : « Un assistant ne doit jamais rester inactif. Un film terminé, s'il n'a pas trouvé d'autre engagement, il doit s'intéresser au montage ou bien penser au film qu'il ferait pour son propre compte s'il en avait les moyens... »

    Cinq millions ou rien

    De ces recommandations apparemment contradictoires, Costa-Gavras tint compte à la fois en s'offrant quatre mois de vacances et en cherchant un sujet pour lui-même. Il le trouva dans le roman de Sébastien Japrisot, « Compartiment tueurs », dont il entreprit l'adaptation. Très vite emballé, il chercha à en acquérir les droits. L'éditeur en demandait cinq millions, chiffre qui dépassait évidemment les disponibilités d'un premier assistant. Costa-Gavras proposa, alors, une option, mais l'éditeur voulait cinq millions ou rien. Costa n'en poursuivit pas moins son travail, mais à peine l'avait-il terminé qu'il apprit qu'Henri Verneuil s'intéressait, lui aussi, à « Compartiment tueurs », Costa avait été l'assistant de Verneuil, il alla le trouver. « C'est vrai, admit Verneuil. Audiard et moi travaillons sur ce bouquin, mais nous n'arrivons pas à nous en sortir. Nous allons abandonner... » Rassuré, Costa porta son « script » à Simone Signoret pour avoir son avis. Dans le milieu du cinéma, la sûreté du jugement de la grande comédienne est connue, et c'est souvent qu'elle rend ce genre de service. Costa en avait un autre à lui demander ; il voulait confier le principal rôle féminin à sa fille, Catherine Allégret. Simone Signoret trouva excellente l'adaptation du roman de Japrisot, mais commença par refuser la participation de Catherine, qui avait son bac à préparer. En revanche, elle revendiqua, pour elle-même, le rôle secondaire de la mère Darrès.

    Son préféré : Montand

    Pressenti pour le rôle de l'inspecteur, Yves Montand se montra réticent parce que Costa tenait à le faire parler avec l'accent marseillais. Il finit, néanmoins, par accepter, et Simone Signoret ne put maintenir très longtemps son refus pour Catherine, « à condition qu'elle continue de travailler pour passer son bac. Catherine rata son bac, mais réussit avec éclat son entrée dans le cinéma. Dans cette entreprise née sous le signe de l'amitié, le reste de la distribution ne souleva aucune difficulté. Pierre Mondy et Gélin durent même insister pour « en être ». Julien Derode. aujourd'hui directeur des Studios de Boulogne, s'entendit avec l'éditeur de Japrisot et produisit le film ; comme il ne pouvait être question d'assurer à toutes ces vedettes un cachet à la mesure de leur notoriété, chacune accepta d'être rémunérée au pourcentage. « Compartiment tueurs » fut. ainsi, l'un des premiers films français financés en participation. Depuis, Yves Montand est resté l'interprète préféré de Costa-Gavras. Le sens de l'amitié aussi est resté : « Etat de siège ». son dernier film, a été produit par la société fondée par l'ami Jacques Perrin, qui n'a pas de vrai rôle dans l'action mais qu'on aperçoit dans deux silhouettes anonymes. A l'inverse de son confrère Marin Karmitz, qui déclare se servir du cinéma pour faire de la politique, Costa-Gavras ne se réclame d'aucun parti : « Je ne pense pas, dit-il, que telle ou telle idéologie puisse assurer le bonheur des hommes simplement parce qu'elle le réclame. Toutes les idéologies ont besoin d'être critiquées et le cinéma peut servir à le faire... » Position dont il s pu mesurer l'inconfort avec « L'Aveu », sévèrement accueilli par les communistes français et soviétiques. « Etat de siège », qu'il a écrit avec Franco Salinas d'après l'histoire authentique de l'exécution, après enlèvement, d'un agent américain par les Tupamaros urugayens a rencontré moins de réticences. Le critique de « Literaturnaia Gazeta » ne trouve à lui reprocher que d'avoir montré les Tupamaros « trop gentils». Costa-Gavras n'entend pas se consacrer exclusivement au cinéma politique. Si on lui proposait un sujet comique ou satirique, il l'accepterait d'enthousiasme. De même, il serait enchanté de travailler pour la télévision. Mais il a eu un aperçu assez décevant de la façon dont les choses se passent, quelquefois, d.ans les projets de coproduction avec l'O.R.T.F. On lui avait demandé une idée de « grande dramatique ». Il proposa un roman-fresque d'un célèbre écrivain français, mais ce projet fut jugé « d'inspiration trop sociale » pour le public de la TV. Le roman en question, c'était « Les Thibault », de Roger Martin du Gard...

    Elle va être la fille de sa mère.

    CATHERINE ALLEGRET (notre photo) est la fille de Simone Signoret et d'Yves Allégret, metteur en scène de « Manèges » (et frère de Marc, le réalisateur de « Lac aux dames »). Elle avait dix-huit ans et la seule expérience de quelques cachets de figuration, lorsqu'elle tourna « Compartiment tueurs », qui fit d'elle la révélation de l'année 1965. Depuis, après avoir été l'hôtesse du « PopClub », de José Artur, elle a tourné une quinzaine de films, en particulier « Carré de dames pour un as », de Jacques Poitrenaud. « Le Temps de vivre », de Bernard Paul, « Smic, smac, smoc », de Claude Lelouch, « Sex-shop », de Claude Berri et, tout récemment, « Le Dernier Tango à Paris », de Bernardo Bertolucci, et « Les Volets clos », de Jean-Claude Brialy. On l'a vue également au théâtre, à l'Atelier, où le regretté André Barsacq l'avait choisie pour sa dernière reprise de « Ce soir, on improvise », de Pirandello. Catherine a aussi créé la curieuse pièce du douanier Rousseau, « La Vengeance d'une orpheline russe ». « C'est une des comédiennes les plus douées de sa génération, témoigne Costa-Gavras. Il est regrettable qu'on ne lui confie pas des emplois plus consistants... » Costa-Gavras, pour sa part, ne tourne que des films « d'hommes ». Mais Catherine, mariée au comédien Jean-Pierre Castaldi, de qui elle a un enfant de trois ans, a trouvé un rôle qui, pour une fois, n'est pas une composition : dans « Les granges brûlent », de Jean Chapot. elle sera la fille... de Simone Signoret.

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire