Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Des gens sans importance 
    Henri Verneuil - 1955
    Achetez "Des gens sans importance" sur Amazon
    ou sur En cas de non disponibilité me contacter

    2 Commentaires
    Partager sur Facebook :
    Aucune vidéo à voir ou à télécharger sur ce site dont l'unique objet est de rendre hommage aux comédiens français, le lien Amazon permettant de se procurer légalement les oeuvres que je présente ici uniquement en photo



    Distribution :


     Jean Gabin dans Des gens sans importance
     
     
    Jean Gabin 


     Pierre Mondy dans Des gens sans importance
     
     
    Pierre Mondy 


     Françoise Arnoul dans Des gens sans importance
     
     
    Françoise Arnoul 


     Paul Frankeur dans Des gens sans importance
     
     
    Paul Frankeur 


     Yvette Etiévant dans Des gens sans importance
     
     
    Yvette Etiévant 


     Dany Carrel dans Des gens sans importance
     
     
    Dany Carrel 


     Lila Kedrova dans Des gens sans importance
     
     
    Lila Kedrova 


     Robert Dalban dans Des gens sans importance
     
     
    Robert Dalban 


     Nane Germon dans Des gens sans importance
     
     
    Nane Germon 


     Max Mégy dans Des gens sans importance
     
     
    Max Mégy 


     Héléna Manson dans Des gens sans importance
     
     
    Héléna Manson 


     Marcelle Arnold dans Des gens sans importance
     
     
    Marcelle Arnold 


     Gabriel Gobin dans Des gens sans importance
     
     
    Gabriel Gobin 


     Edmond Ardisson dans Des gens sans importance
     
     
    Edmond Ardisson 


     Jack Ary dans Des gens sans importance
     
     
    Jack Ary 


     Alain Bouvette dans Des gens sans importance
     
     
    Alain Bouvette 


     Jean Daurand dans Des gens sans importance
     
     
    Jean Daurand 


     Gérard Darrieu dans Des gens sans importance
     
     
    Gérard Darrieu 


     Raoul Marco dans Des gens sans importance
     
     
    Raoul Marco 


     Jacques Marin dans Des gens sans importance
     
     
    Jacques Marin 


     Germaine Michel dans Des gens sans importance
     
     
    Germaine Michel 


     Philippe Clair dans Des gens sans importance
     
     
    Philippe Clair 


     Édouard Francomme dans Des gens sans importance
     
     
    Édouard Francomme 


     Jean Blancheur dans Des gens sans importance
     
     
    Jean Blancheur 

    Si les fiches que je réalise pour BDFF pèchent parfois par leur non-exhaustivité côté distribution, c'est que je n’ai pu réunir le nom de tous les acteurs, faute de preuves. En effet, la passion du cinéma qui m’anime ne m’assure pas toujours les moyens d’investigations suffisants, aussi certaines fiches pourront-elles sembler bien incomplètes aux cinéphiles qui les consulteront. Elles ont cependant le mérite de se baser sur des éléments dûment vérifiés.
    Images du film :
    Toutes les images sont cliquables pour les obtenir en plus grand.

    Des gens sans importance Des gens sans importance

    Des gens sans importance Des gens sans importance

    Mondy Arnoul Mondy Arnoul

    Mondy Gabin Arnoul Mondy Gabin Arnoul

    Dany Carrel Dany Carrel

    Dany Carrel Dany Carrel

    Etievant Carrel Etievant Carrel

    Francoise Arnoul Francoise Arnoul

    Gabin Mondy Gabin Mondy

    Jean Gabin Jean Gabin

    Jean Gabin Jean Gabin

    Lila Kedrova Lila Kedrova


    Document sans nom

    1962 : Jean Gabin "Ces gens sans importance" m'ont mis sur les rotules

    « Quand je vois marcher les gens comme des automates et lever les bras au ciel pour manifester leur douleur, j'ai envie de rigoler, même si on me dit que c'est un classique du cinéma. » Henri Verneuil, auteur de films à succès, se demande pourquoi on passe de vieux films à la Télévision. Quand il entend le mot culture, il a envie de tirer sa caméra. Ce soir, cependant, il fera une petite entorse à son régime intellectuel et s'assiéra sagement, comme tout le monde, devant sa TV pour revoir « Des gens sans importance », une oeuvre qui ne date que de 1956, mais qui compte déjà parmi les films dont on se souvient.

    Il ne rira pas. D'abord parce qu'il s'agit d'un film plutôt noir. Ensuite parce que c'est un film de lui. Et puis, aussi, parce que ces « gens sans importance » marquent une étape importante dans la carrière de Verneuil : sa rencontre avec Jean Gabin. — C'était la première fois que je tournais avec Gabin, dit-il. On s'est observés pendant un certain temps, jaugés. Finalement, on a fait deux autres films ensemble : « Le Président » et « Un singe en hiver ». Le 15 octobre prochain, on remet ça pour la quatrième fois. Le scénario de « Des gens sans importance » avait été tiré, sans grand enthousiasme, d'un roman de Serge Groussard. Non que le roman fut mauvais. Mais le « climat » n'y était pas. — Il y a des années où le public veut du noir, d'autres années où il veut du rose. L'année 1956 était vouée au rose, explique le réaliste Henri Verneuil.

    Or, le roman de Groussard était noir. Mais les contrats sont les contrats et Verneuil se mit au travail. Pour se « mettre dans le bain » de la triste histoire de l'époux d'une femme agressivement jalouse, un camionneur quinquagénaire qui finit par s'éprendre d'une servante d'auberge à peine sortie de l'adolescence (n'ayez pas peur, elle mourra fort à propos et le camionneur rentrera chez lui), Verneuil, « qui n'aime pas l'intrusion des hommes de lettres dans le cinéma », a fait Paris-Bordeaux et retour en compagnie de deux « routiers » qui trans-portaient des drogues pharmaceutiques, de nuit, dans un trente tonnes. — Dans la cabine, j'ai lutté avec eux contre le sommeil et j'ai écouté leurs histoires. Ce sont eux qui m'ont raconté celle du soir de Noël que j'ai utilisée dans le film. Ils n'avaient pas dormi. Brusquement, ils ont vu un grand lit couvert de coussins et entouré de lumières. Hypnotisé, le conducteur a foncé. Il a arrêté son camion d'un coup de frein brutal à quelques centimètres de la vitrine d'un marchand de meubles qui avait trop amoureusement « fignolé » son décor de fin d'année. Gabin, qui rêva d'être chauffeur de locomotive et fut apprenti maçon, puis manœuvre dans une fonderie avant de devenir acteur et propriétaire exploitant d'un domaine normand, ne se tenait plus d'aise à l'idée d'être camionneur pour le temps du film.

    Henri Verneuil se souvient de son zèle avec émotion : — Pendant dix jours entiers, il s'est entraîné à conduire son trente tonnes comme un professionnel. Au cours des huit semaines que dura le tournage, c'est lui qui tenait le volant dans tous les plans. Même lorsqu'on ne le voyait pas. « Quand je descends de la cabine, disait-il, si ce n'est pas moi qui conduis, ça se voit et c'est mauvais. » Gabin le consciencieux, l'irascible, l'inquiet, commençait par crâner en affirmant qu'il était plus facile de conduire un trente tonnes qu'un tracteur, mais, le soir, il avouait : « Quand on a la responsabilité d'un film sur les épaules, vous savez, des fois, on finit sur les rotules. C'est ce qui m'est arrivé en tournant « Des gens sans importance » — Pour le tournage de ce film, raconte Verneuil, on avait construit la façade d'un poste à essence au bord d'une route départementale toute droite et peu fréquentée. Des voitures s'arrêtaient pourtant quelquefois pour faire le plein d'essence et Paul Frankeur répondait aux conducteurs surpris : «: Y en a plus. » Un seul est descendu un jour. Il était furieux. Nous déjeunions sur le talus. Il a ouvert la porte pour se plaindre au patron et s'est trouvé devant l'échafaudage de poutres qui soutenaient la façade du poste. Il a refermé précipitamment la porte, est remonté dans sa voiture et a démarré sur les chapeaux de roues sans prononcer un mot.

    Comme il arrive souvent, l'équipe technique et les acteurs ont plus ri pendant le tournage que le public au film. D'ailleurs, il n'était pas question de faire rire le public, mais de l'émouvoir et, l'année 1956 étant considérée comme une année gaie, « les gens sans importance » passèrent inaperçus. — Entendons-nous, précise Verneuil. Le succès, pour moi, c'est 400.000 entrées dans les salles d'exclusivité. Il y en a eu 150.000, mais c'est le film qui m'a rapporté le plus de prix : médaille d'or en Chine et au Japon, Prix Populiste de la Mise en scène et Prix Populiste de l'Interprétation pour Gabin.

     

    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire
     

    2 Commentaires

    Date : 17-12-2016 Heure : 16:49:56



    Blier ou ça?

    BDFF

    Date : 17-12-2016 Heure : 21:44:36



    La fatigue sans doute... J'ai rectifié. Merci de m'avoir signale cette erreur.