Base de Données

de films français avec images
  • Accueil
  • Films
  • Acteurs
  • Réalisateurs
  • Nouveautés
  • Contact
  • Equipe
  • Jacques Charon

    Naissance : 1920
    Décès : 1975
    Si vous avez un site Internet ou un blog sur Jacques Charon
    vous pouvez figurer ici en me laissant un message     

    1 Commentaire     LIVRE : Visages du cinéma français Vol.1 : A – B
    Jacques Charon
    Vous pouvez déposer un commentaire :

     pseudo
     E-mail   (Non-publié)

     Votre commentaire
     

    1 Commentaire

    Christian Souque

    Date : 21-04-2018 Heure : 09:34:16



    Jacques ! Tu m’as toujours ébloui, au plus profond, avant de savoir lire et bien plus encore aujourd’hui…T’écouter toi, c’est détester tous les autres. Quel grand risque ! Il faut être amnésique, faire abstraction sous peine que tout paraisse morne, monocorde, insipide… Il existe assurément d’excellents jeunes comédiens et mes olympes débordent, sont pleines à craquer et c’est vrai mais je me disais que l’on pourrait se piquer de théâtre, être assidus, appliqués, travailler dur, jamais ne pourrons effleurer l’ombre de la cheville de Jacques Charon ! J’ai bien écouté le texte, chaque mot et syllabes, observé, comme pour Stéphane Grappelli au violon, c’est la perfection, rien à redire, géniale interprétation ! Tu as usé ton cœur si vite à toujours donner, nous offrir les justes intonations, comme autant de trésors, l’expression conforme, art si difficile que ta diction des plus admirables donnait toujours l’impression fausse de facilité. Etoile merveilleuse aux amoureux des planches, tu t’es consumé pour notre bonheur. Honneur à toi, grand ami, grand maître, dieu du théâtre aux initiales parlantes, au nom d’artisan divin, grâce te soit conservée. Mon culte pour toi jamais ne pourra se tarir… Tout au contraire ! Non, mon Seigneur, cela ne se peut. Un ami d’Ella Fitzgerald a dit après sa mort, très sûr de lui, avec cet accent de vérité qui en impose, rend tout débat indécent : « Nous n’entendrons plus jamais cela…!» Il avait raison, je suis d’accord avec lui… Jacques ! Comme j’aime pour toujours, le dernier souffle, ton jeu. Grand ami ! Grand maître ! Honneur à toi !